Sylvain St-Laurent

Si Winnipeg peut...

CHRONIQUE / On peut dire que l’artillerie lourde a été déployée, jeudi. Pierre Dorion s’est rendu en personne, à Winnipeg, pour assister au match qui opposait les Jets à l’Avalanche du Colorado.

Il avait de la compagnie, en soirée, dans la tribune de la presse du Bell MTS Place. Son bras droit Peter MacTavish était à ses côtés. Le dépisteur en chef de l’organisation, Jim Clark, avait aussi fait le voyage.

Sylvain St-Laurent

De tolérance et d’inclusion

CHRONIQUE / Au volant de mon véhicule, lundi midi, j’écoutais distraitement la radio. En entrevue, Mark Borowiecki parlait de son rôle d’ambassadeur pour la campagne « Le hockey est pour tout le monde » de la Ligue nationale de hockey, dans le but de combattre l’homophobie.

« Notre organisation a décidé de soutenir cette cause de façon sérieuse, cette année. Tant mieux, parce que c’est une cause qui m’apparaît très importante. Je le disais, un peu plus tôt, dans le vestiaire. Le hockey doit vraiment être pour tout le monde. Pas juste pour les gens qui me ressemblent ou qui partagent mes opinions », a-t-il déclaré.

Sylvain St-Laurent

Duchene et Stone d’abord?

CHRONIQUE / À deux semaines de la date limite des transactions, tout le monde attend. Les feux d’artifice pourraient débuter d’une minute à l’autre.

On se demande, d’ailleurs, si les Sénateurs d’Ottawa ralentissent tout le monde. Le spectacle annuel aurait peut-être déjà débuté, si cette formation savait sur quel pied danser.

Sylvain St-Laurent

Il a les moyens, avez-vous compris?

CHRONIQUE / Ce n’est pas très conventionnel, comme façon de faire. Le propriétaire d’un club sportif qui prend la parole en public pour, essentiellement, jurer qu’il a toujours les moyens de bien gérer son entreprise.

Non, ce n’est pas quelque chose qu’on voit chaque jour. On parle toutefois d’Eugene Melnyk, ici. Dans les 10 derniers mois, le proprio des Sénateurs a multiplié les efforts dans le but de rétablir des ponts avec les partisans. Les résultats tardent à se manifester. On a même le droit de penser que quelques-unes de ses initiatives ont été contre-productives. On peut quand même reconnaître qu’il ne craint pas de sortir des sentiers battus.

Sylvain St-Laurent

Simple question de confiance?

CHRONIQUE / Pour un gars qui ne veut pas trop parler, Matt Duchene a dit un tas de choses diablement intéressantes, depuis le début de la semaine.

Mark Stone joue à l’homme invisible, ces temps-ci. Il n’est pratiquement jamais dans le vestiaire en même temps que les journalistes.

Sylvain St-Laurent

«Il n’a jamais cessé de s’améliorer»

CHRONIQUE — À TRAVERS LA LNH / Les dirigeants des Bruins de Boston ont vite compris qu’ils avaient, devant eux, un joueur spécial. Le camp d’entraînement 2003 tirait à sa fin. Le moment était venu de procéder aux dernières coupes. Patrice Bergeron était toujours là.

Il fallait se rendre à l’évidence. Ce jeune centre québécois que l’équipe avait repêché en deuxième ronde, quelques mois plus tôt, n’avait rien fait pour mériter un renvoi dans les rangs juniors. Chaque jour, il trouvait un moyen de se maintenir parmi les meilleurs attaquants du club.

Sylvain St-Laurent

Un Rough Rider au Super Bowl

CHRONIQUE / Mike Nelms ne porte pas trop souvent sa bague de champion du Super Bowl. « Elle attire un peu trop l’attention. Ça me rend mal à l’aise », fait-il valoir.

Il ne porte pas trop souvent le bijou à son doigt, faut-il préciser. Depuis le jour où on lui a remis, en 1983, il se déplace rarement sans d’abord le glisser dans une de ses poches.

Sylvain St-Laurent

Ceci pourrait rebondir ailleurs

CHRONIQUE / La comparaison m’est venue, tout d’un coup, en début de semaine.

J’étais en train de jaser des Sénateurs, en direct, sur les ondes d’une station de radio montréalaise. Les animateurs de l’émission s’intéressaient aux joueurs qui pourraient être vendus, d’ici la date limite des transactions.

Sylvain St-Laurent

Quatre médailles et un an plus tard...

CHRONIQUE / Mine de rien, ça fait déjà un an.

Je venais de rencontrer Jean-François Ménard. Je discutais avec le préparateur mental des olympiens depuis trois minutes, à peine, quand je lui ai rappelé qu’à pareille date, l’an dernier, la planète s’apprêtait à vivre les Jeux olympiques de PyeongChang.