Sylvain Rodrigue quitte le Saguenay pour s’établir en Californie, afin de se rapprocher des espoirs chez les gardiens des Oilers d’Edmonton. Il habitera maintenant à Bakersfield, où évolue la formation de la Ligue américaine.

Sylvain Rodrigue déménage en Californie

Afin de poursuivre son mandat avec l’organisation des Oilers d’Edmonton, Sylvain Rodrigue déménagera prochainement ses pénates en Californie, plus précisément à Bakersfield, à une heure trente au nord de Los Angeles. Le responsable du développement des gardiens sera accompagné dans cette nouvelle aventure de sa conjointe, Catherine Fortin, et de leur fils cadet Émile.

«Disons qu’on change de coin pour les prochaines années», témoigne Sylvain Rodrigue qui est présentement dans le processus de vente de la maison à Saguenay. Lors des dernières saisons, Émile portait les couleurs des Espoirs, dans le réseau de hockey de développement. Il se retrouvera dorénavant dans la Ligue de la Californie, avec les Condors juniors, lui qui sera 2e année bantam la saison prochaine. 

Ce changement est venu quelque peu naturellement de part et d’autre alors que les dirigeants des Oilers désiraient qu’il se rapproche des jeunes espoirs de l’équipe dans la Ligue américaine, et de la ECHL, à Wichita. L’an prochain, il aura notamment à l’oeil deux jeunes qui gradueront chez les professionnels, Dylan Wells et Stuart Skinner. Il sera donc beaucoup moins dans ses valises alors que lors des dernières années, il a fait la navette entre Edmonton, la Californie et le Québec. «Au lieu d’être 24 jours sur la route par mois, je vais être 24 jours à la maison. Ça améliore vraiment mes conditions. L’équipe voulait ça en même temps. Ils trouvaient que ça n’avait pas d’allure, que j’étais tout le temps en train de traverser le continent d’un bout à l’autre», convient Sylvain Rodrigue, précisant qu’au besoin, il y a un vol quotidien entre Los Angeles et Montréal. 

«Ce n’est pas long. Il y a un vol quotidien entre Montréal et Los Angeles. Qu’il arrive n’importe quoi ou qu’on veuille venir voir Olivier, on peut sauter dans l’avion et cinq heures plus tard, on est à Montréal. Je peux en témoigner, je l’ai assez fait souvent», rappelle en riant celui qui débutera prochainement sa neuvième saison avec l’organisation des Oilers. «Je suis maintenant le doyen dans l’organisation. Ça va vraiment vite. C’est capoté», de confier Rodrigue qui travaille en collaboration avec l’entraîneur des gardiens des Oilers, Dustin Schwartz.