Vincent Coulombe et Ivan Tsafack ont signé leur lettre d’intention jeudi. Ils feront le saut l’an prochain avec les Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy en division un de basketball collégial. Le tout s’est fait en compagnie des entraîneurs Davor Kurilic et Mirza Hodzic et leurs coéquipiers du Bleu et Or juvénile.

Sur les traces de leur idole

Vincent Coulombe et Ivan Tsafack suivent les traces de leur idole Alexandre Leclerc. Les deux joueurs de basketball du Bleu et Or de la Polyvalente Arvida ont signé jeudi leur lettre d’intention afin de poursuivre leur carrière en division un collégiale, l’an prochain, avec les Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy.

Pour souligner cette première depuis 2012 avec Alexandre Leclerc, qui en est à sa dernière saison avec le Rouge et Or de l’Université Laval, les dirigeants du club jonquiérois avaient fait les choses en grand après un entraînement de l’équipe en début de soirée. Les deux finissants ont signé le document et endossé leurs nouvelles couleurs devant leurs coéquipiers et plusieurs jeunes joueurs de la relève du Bleu et Or, un peu à l’image de ce qui se fait aux États-Unis dans la NCAA. L’entraîneur-chef de la formation masculine des Dynamiques, Davor Kurilic, s’était également déplacé pour l’occasion, accompagné de son adjoint Mirza Hodzic.

« Ça n’arrive pas souvent. On voulait que ce soit spécial et que ça crée un sentiment chez les autres jeunes qui vont pouvoir se dire : ‘‘Si ça arrive à des petits gars de chez nous en secondaire 5 et que je suis en secondaire 2, si je travaille autant qu’eux, peut-être que ça va m’arriver à moi également’’. Je suis content pour les deux gars, mais pour le club au complet avec ce que ça va créer comme dynamique. Ils vont croire à quelque chose », a expliqué l’entraîneur-chef de la formation, Simon-Pierre Ouellet.

« On est vraiment contents. C’est une opportunité en or qu’on a. Je pense que je ne réalise même pas encore la chance que j’ai », a exprimé Vincent Coulombe avec un large sourire, comme son coéquipier, quelques minutes après l’activité.

« C’est quand même impressionnant de pouvoir dire qu’on est les premiers en six ans, depuis Alexandre Leclerc », a rappelé Ivan Tsafack. « Pour nous, Alexandre Leclerc, c’est une légende », de prendre la peine de préciser Vincent Coulombe.

« C’est un poids de moins. On n’a plus besoin d’essayer d’impressionner tout le monde. On peut se concentrer sur notre équipe et gagner », de renchérir Ivan Tsafack, né au Cameroun. Après un déménagement en France, sa famille s’est installée au Saguenay à la fin de son primaire, où il a découvert le basketball et rencontré Vincent Coulombe. Les deux amis se suivent depuis ce temps dans différentes équipes et surtout avec le Bleu et Or.

Les deux joueurs mènent le Bleu et Or offensivement en ce début de saison, jeune de trois matchs. Ivan Tsafack, qui se plaît comme centre, mais également efficace comme ailier, affiche une moyenne de 19,5 points par match, tandis que Vincent Coulombe, plus petit et qui se décrit comme un garde avec un bon tir, a marqué jusqu’ici en moyenne 12 points.

+

UNE ATTITUDE PROFESSIONNELLE

Tant de la bouche de leur entraîneur actuel que de celle de leurs futurs, l’attitude de Vincent Coulombe et d’Ivan Tsafack fait l’unanimité. 

«Ce qui les démarque beaucoup, c’est qu’ils travaillent constamment. Ils travaillent à l’école, ils mangent bien, ils dorment bien, ils font toujours plus que les autres. Ce sont de bons athlètes, mais aussi de bons êtres humains. Ils seront certainement de bons pères plus tard, de bonnes personnes parce qu’ils sont vraiment sur la coche. Oui, ils ont 16 ans, mais ce sont des pros», souligne Simon-Pierre Ouellet du Bleu et Or qui les voit aller depuis un bon moment à sa cinquième saison comme entraîneur de la formation juvénile, sa deuxième comme coordonnateur du club. 

Les entraîneurs du programme des Dynamiques les ont à l’oeil depuis déjà une bonne année. En plus des statistiques et des vidéos sur eux, ils sont allés plus loin dans leurs recherches. «Ce sont des joueurs qui vont monter le calibre de notre équipe, premièrement avec leur attitude, ensuite avec leurs habiletés, fait valoir Davor Kurilic. C’est une grosse marche pour les gars. C’est pourquoi on regarde en premier l’attitude chez les joueurs. Qui sont les parents? Comment est le joueur comme personne ? On parle d’un jeune de 17-18 ans qui va changer de ville. C’est pourquoi on regarde un peu plus en profondeur. On veut des gars qui vont être capables de le faire.»

Arrivé en poste l’an dernier, l’entraîneur-chef des Dynamiques entend revenir plus régulièrement dans la région pour du recrutement, comparativement à ce qui a été fait par le passé. Il a même profité de son passage jeudi pour discuter avec un autre joueur du Bleu et Or. «Mon objectif comme entraîneur, c’est de garder de bonnes relations avec tous les entraîneurs de division un. Pour nous, Saguenay, c’est un bassin très intéressant pour nous avec beaucoup de talent. On tourne en quelque sorte la page et on va recommencer à être beaucoup plus visibles et travailler ensemble la relation entre les deux organisations», d’avancer Davor Kurilic.

+

LA GRANDE LIGUE

Tant de la bouche de leur entraîneur actuel que de celle de leurs futurs, l’attitude de Vincent Coulombe et d’Ivan Tsafack fait l’unanimité. 

«Ce qui les démarque beaucoup, c’est qu’ils travaillent constamment. Ils travaillent à l’école, ils mangent bien, ils dorment bien, ils font toujours plus que les autres. Ce sont de bons athlètes, mais aussi de bons êtres humains. Ils seront certainement de bons pères plus tard, de bonnes personnes parce qu’ils sont vraiment sur la coche. Oui, ils ont 16 ans, mais ce sont des pros», souligne Simon-Pierre Ouellet du Bleu et Or qui les voit aller depuis un bon moment à sa cinquième saison comme entraîneur de la formation juvénile, sa deuxième comme coordonnateur du club. 

Les entraîneurs du programme des Dynamiques les ont à l’oeil depuis déjà une bonne année. En plus des statistiques et des vidéos sur eux, ils sont allés plus loin dans leurs recherches. «Ce sont des joueurs qui vont monter le calibre de notre équipe, premièrement avec leur attitude, ensuite avec leurs habiletés, fait valoir Davor Kurilic. C’est une grosse marche pour les gars. C’est pourquoi on regarde en premier l’attitude chez les joueurs. Qui sont les parents? Comment est le joueur comme personne ? On parle d’un jeune de 17-18 ans qui va changer de ville. C’est pourquoi on regarde un peu plus en profondeur. On veut des gars qui vont être capables de le faire.»

Arrivé en poste l’an dernier, l’entraîneur-chef des Dynamiques entend revenir plus régulièrement dans la région pour du recrutement, comparativement à ce qui a été fait par le passé. Il a même profité de son passage jeudi pour discuter avec un autre joueur du Bleu et Or. «Mon objectif comme entraîneur, c’est de garder de bonnes relations avec tous les entraîneurs de division un. Pour nous, Saguenay, c’est un bassin très intéressant pour nous avec beaucoup de talent. On tourne en quelque sorte la page et on va recommencer à être beaucoup plus visibles et travailler ensemble la relation entre les deux organisations», d’avancer Davor Kurilic.