Après le cyclisme de haut niveau, le Saguenéen d’origine Stéphane Cossette continue de se distinguer, mais cette fois, en CrossFit. Il vient de se qualifier pour le Championnat du monde de « functional fitness », qui aura lieu à Londres, au début octobre.

Stéphane Cossette contre l’élite mondiale du CrossFit

Après avoir pris part au Championnat du monde de fitness (CrossFit) à Dubaï, en décembre dernier, Stéphane Cossette vient d’obtenir son billet pour le mondial d’un autre volet de la discipline, soit le Functional Fitness World Championship, rendez-vous qui aura lieu à Londres, au début octobre.

Propriétaire d’un gymnase à Saint-Flavien et pompier volontaire de cette municipalité, le Chicoutimien d’origine est devenu, le week-end dernier, le premier champion canadien de cette jeune fédération. Il a en effet remporté les grands honneurs des qualifications tenues en fin de semaine dernière à Markham, en Ontario. Son ami Jonathan Thiboutot sera également du voyage, lui qui a conclu en troisième position.

« C’est différent du championnat de Dubaï. C’est un peu comme la différence entre les Ironman et les triathlons. Ironman, c’est une compagnie. Triathlon, c’est le sport. C’est la même chose pour le CrossFit. Il y a les CrossFit Games et autres événements organisés par CrossFit, et il y a le ‘‘functional fitness’’, qui est le sport. La fédération (canadienne) de functional fitness en est à sa première année d’existence, et c’était les premiers championnats canadiens. Le format des épreuves est un peu différent », explique-t-il, en entrevue téléphonique.

Sur Internet, on décrit que cette variante est « basée sur des mouvements globaux polyarticulaires que l’on peut retrouver dans la vie quotidienne, dans les actions de porter, sauter, pousser, courir, ramer ou grimper ».

Stéphane Cossette se mesurera à nouveau à l’élite mondiale, à Londres, en octobre, en ‘‘Functional Fitness’’.

«  Chaque fois que je vais à une compétition, j’y vais pour gagner, mais on ne sait jamais qui sera là.  »
Stéphane Cossette

Les participants doivent prendre part à six épreuves en deux jours, à raison de trois par jour, qui mettent à contribution l’endurance aérobique, la force, la gymnastique (pompes, tractions, flexions, pompes, etc.), la puissance et les entraînements croisés, entre autres.

Au Championnat du monde d’entraînement fonctionnel, Stéphane Cossette ne sait pas vraiment à quoi s’attendre, en termes d’opposition, mais il donnera son maximum comme toujours. « Chaque fois que je vais à une compétition, j’y vais pour gagner, mais on ne sait jamais qui sera là », assure celui qui sera aussi présent à la compétition jonquiéroise en août.

Automne chargé
Stéphane Cossette risque de se retrouver avec un automne fort occupé. En plus d’être qualifié pour le mondial de ‘‘functional fitness’’ à Londres au début octobre, le colosse a également eu son billet pour les Granite Games Fitness Fest au Minnesota, au début septembre. « Ça fonctionne par qualifications. Les 25 premiers sont invités dans la classe pro. Pour les autres, il est possible de faire des équipes. Moi, je me suis qualifié parmi les 25 premiers », mentionne Cossette. Évidemment, il tentera également de se qualifier à nouveau pour le rendez-vous mondial de Dubaï en décembre et pour l’Atlas de Montréal en novembre. « Les qualifications en ligne pour Dubaï sont en octobre. »

Stéphane Cossette se mesurera à nouveau à l’élite mondiale, à Londres, en octobre, en ‘‘Functional Fitness’’.

Dans un monde idéal, Stéphane Cossette aimerait bien pouvoir représenter le pays aux Jeux olympiques. « L’objectif de la fédération (functional fitness) serait d’intégrer la discipline à la liste des sports admis aux Jeux olympiques d’ici quelques cycles, soit vers 2024 ou 2028. » La fenêtre de temps n’est pas très grande. « Je viens quand même d’avoir 29 ans. Si c’est en 2024, ça fait six ans de plus. Mais en 2028, je vais commencer à être un peu vieux pour performer au top niveau. »

L’entraîneur de CrossFit est aussi occupé par le développement de ses propres installations. Il se prépare à ouvrir un nouveau gymnase à Saint-Nicolas. Celui de Saint-Flavien sera réaménagé dans un plus petit espace.