Le pilote Steeve Hobbs a mené sa voiture au troisième temps le plus rapide au terme d’une dizaine de courses spéciales.

Steeve Hobbs sur le podium

Le pilote régional Steeve Hobbs est monté sur le podium pour une première fois cette saison lors du Championnat canadien de rallye avec une troisième place, la semaine dernière, lors du Rallye Défi, à Montpellier.

Une trentaine d’équipes étaient en lice dans la classe Open quatre roues motrices. Au volant d’un Subaru WRX STI en compagnie de son copilote Philippe Poirier, le duo de l’équipe Foresco a réalisé le troisième meilleur temps global au terme d’une dizaine de courses spéciales, totalisant 310 kilomètres sur deux journées complètes.

« C’était notre premier podium national ensemble », annonce d’entrée de jeu Steeve Hobbs. C’est extrêmement compliqué et difficile d’aller chercher un podium en Championnat canadien. Les voitures sont vraiment compétitives avec des pilotes de haut niveau. »

« J’ai commencé en 2009 et à ma première apparition au Rallye Défi, j’ai aussi fini troisième. Ça fait un drôle de retour », reprend le pilote régional qui avait pris la septième position lors du Rallye de la baie des Chaleurs plus tôt cet été.

« C’était de petits problèmes mécaniques qui nous ont fait perdre du temps. On a perdu le momentum. C’est tellement compétitif qu’aussitôt que tu perds une minute ou deux, ça commence déjà à être problématique », raconte Steeve Hobbs qui n’avait pas participé au premier rendez-vous de la saison qui en est un hivernal, le Défi Perce Neige.

La seule équipe régionale du tableau sera du départ pour la dernière épreuve de la saison, le mois prochain à Charlevoix. L’an dernier, Hobbs et Poirier avaient décroché la deuxième place, mais l’épreuve était à ce moment du circuit provincial et a été insérée au Championnat canadien en 2019. « C’est sûr qu’on y va pour la victoire. On se présente à tous les rallyes pour gagner. On est très compétitifs. Si ça tient sur le plan mécanique, on devrait faire un très bon temps », insiste Steeve Hobbs sur la course la plus proche de son domicile.

« On fait le Championnat canadien, mais on se concentre sur les compétitions dans l’est du pays. Aller dans l’ouest, c’est quand même des coûts assez importants. On ne pense donc pas finir parmi les trois premiers », explique-t-il.