Le directeur général de l’Association de hockey mineur de Saguenay, Dany Chouinard (à droite), a confirmé le maintien du statu quo dans le projet de regroupement du hockey double lettre. Par contre, l’organisation continuera d’aller de l’avant avec la fusion administrative des trois associations (Jonquière, Chicoutimi et La Baie).

Statu quo pour le double lettre

La nouvelle association du hockey mineur de Saguenay poursuivra la fusion administrative des trois organisations de Chicoutimi, Jonquière et La Baie, mais elle maintiendra le statu quo en ce qui concerne le projet de regroupement des équipes du double lettre, et ce, jusqu’en mai 2019.

Directeur général de la nouvelle entité, Dany Chouinard confirme que le conseil d’administration a entériné cette option lors d’une rencontre tenue lundi soir en présence de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, et du président de la Commission des sports, le conseiller Michel Thiffault. Le conseil d’administration a admis qu’il devra revoir sa façon de faire en matière de communication et de consultation avec les parents. 

« On a fait un retour sur la décision qui avait été prise. Les enjeux et les répercussions ont été analysés et on en est venu à la conclusion que pour nous, le regroupement des équipes et des joueurs double lettre de Saguenay reste la bonne décision pour une meilleure parité et pour équilibrer les forces de tout le territoire. Toutefois, on a fait notre mea culpa, c’est au niveau de la communication et de la consultation. On aurait pu faire les choses autrement. (Cette fois-ci), on a vraiment été à l’écoute des gens. L’an prochain, en assemblée générale annuelle, en avril ou mai 2019, on va faire voter les gens sur deux scénarios différents sur une fusion ou un regroupement du double lettre », a indiqué le DG lors d’un entretien téléphonique.

L’ajout de la division 1 en benjamin au hockey scolaire (RSEQ) a évidemment eu un impact sur le bassin de joueurs. « Ça vient jouer dans notre bassin de joueurs et dans notre classification d’équipe. C’est tout cela qu’on a pris en ligne de compte. De plus, nous avons des tests qui s’en viennent d’ici un mois. On s’est donc posé la question à savoir si ça vaut la peine de passer à travers une tempête incroyable pour s’obstiner et se braquer, relate Dany Chouinard. Les gens autour de la table ont fait un bon travail et on s’est dit qu’il valait mieux consulter et c’est ce qu’on aurait dû faire dès le début. On a fait un pas de côté pour prendre le chemin un peu plus long, mais avec moins d’obstacles. »

La nouvelle organisation a donc pris en compte les doléances des parents concernant le temps et les coûts engendrés par une hausse du voyagement. « On croit que le nombre d’avantages qu’on a à se fusionner au double lettre vient contrebalancer le voyagement et on pense toujours que c’est la bonne chose à faire, mais la manière n’a pas été la bonne, concède Dany Chouinard. On va donc maintenir le statu quo, discuter avec les gens, leur présenter des scénarios et les consulter. Il y a quand même de beaux projets qui s’en viennent pour le développement de la base pour les jeunes, mais il y avait le projet du double lettre qui accrochait. On a rectifié le tir et on a écouté les gens. On va prendre le pouls des membres et eux vont prendre de l’information et ce seront eux qui décideront en mai 2019. »

Le scolaire

Les joueurs du simple et du double lettre continueront donc de jouer dans leur arrondissement respectif. Pour le simple lettre, les équipes garderont leur nom, mais pour le double lettre, ce sera le nouveau nom des Sags. Le double lettre compte 11 équipes, soit cinq dans l’atome, trois au lieu de quatre au départ dans le pee-wee en raison du hockey scolaire, et trois dans le bantam.

« Avec le volet scolaire en division 1, dix-huit joueurs de notre territoire partent. Mais ce ne seront pas tous les meilleurs joueurs qui seront dans le scolaire parce que ce ne sont pas tous les parents qui ont l’argent pour payer les frais, même si le double lettre n’est pas donné non plus. Le sport-études n’est pas fait pour tout le monde. Il va donc toujours rester une base au hockey civil dont on va s’occuper. »

Le litigieux volet hockey réglé, les trois associations pourront amorcer le processus de dissolution. « Ça devrait se faire au cours du mois d’avril parce qu’à partir du 1er mai, ce sera vraiment Hockey mineur Saguenay qui sera reconnu comme (seul) répondant pour le territoire de Saguenay », de conclure Dany Chouinard.

+ LE REVIREMENT PLAÎT AUX PARENTS DE JOUEURS

Le maintien du statu quo du hockey double lettre a ravi les parents des associations de hockey mineur de Chicoutimi, Jonquière et La Baie qui s’opposaient à ce projet de regroupement. L’ouverture et la bonne volonté démontrées par la nouvelle association de hockey mineur de Saguenay ont d’ailleurs été saluées.

Membre du groupe Facebook La voix des parents/projet de regroupement Hockey mineur Saguenay, Frédéric Beaumont considère ce repli de la nouvelle entité comme une victoire collective. « On est totalement satisfaits. L’association ainsi que la Ville ont bien compris notre message à la suite des rencontres que nous avons eues. Ils vont se donner une année d’opération pour voir comment ils vont structurer ça l’an prochain et on verra ce qui va en ressortir », a-t-il commenté à l’autre bout du fil.

Grogne entendue

Selon lui, l’ampleur de la grogne des parents a incité les dirigeants à revoir leur projet. 

« De voir autant de gens qui disaient que ça n’avait pas d’allure et qui déploraient ne pas avoir été consultés ni voté alors qu’ils sont quand même les cotisants de ces associations a joué. On a fait beaucoup de rencontres et on pense qu’au lieu de vivre dans un contexte d’insatisfaction et de grogne pendant un an, ils ont pris la bonne décision en faisant d’abord la fusion administrative. Puis, l’an prochain, après un an d’opération, on verra ce que ça va donner. »

M. Beaumont est heureux du dénouement positif pour chacune des parties. « On le prend comme une victoire collective parce qu’on a eu beaucoup de support. Mais au bout du compte, on veut rendre aussi hommage aux représentants de la ville (et du nouveau CA) parce que ce n’est pas toujours facile de mettre un genou par terre et de décider de reculer. C’est tout à leur honneur », a-t-il conclu.