Issue du club Judokas Jonquière, Stéfanie Tremblay, native de Chicoutimi, avait songé à prendre sa retraite après les Championnats du monde en cours à Budapest. Heureusement, elle a changé d'avis depuis et s'est engagée pour un autre cycle olympique.

Sortie rapide de la judoka Stéfanie Tremblay

Journée à oublier pour les judokas canadiens, jeudi, aux Championnats du monde disputés à Budapest. Des trois athlètes en action sur les tatamis, dont la Chicoutimienne d'origine Stéfanie Tremblay, aucun n'a réussi à remporter un combat. Inscrite chez les moins de 63 kilos, Stéfanie Tremblay a été vaincue par la Slovène Andreja Leski dès son premier combat.
Heureusement que l'athlète de 27 ans a décidé de poursuivre l'aventure pour un autre cycle olympique, elle qui avait songé à prendre sa retraite après ces mondiaux. Sa sortie rapide l'aurait certes laissée sur son appétit !
Dans une entrevue à Judo Québec avant son combat de jeudi, la jeune femme a expliqué ce qui l'a amenée à changer d'idée, elle qui en était à ses quatrièmes championnats du monde. Interrogée sur la différence entre sa préparation physique et mentale au fil des participations, Stéfanie Tremblay a expliqué qu'« en 2013, j'étais juste contente de m'être qualifiée. Maintenant, je tiens plus la qualification pour acquise et j'essaie de performer. »
La décision de poursuivre jusqu'aux Jeux de 2020 a été le fruit d'un long cheminement. « J'ai pris la décision de continuer le cycle olympique après la tournée en Asie et de poursuivre pour encore trois ans. Avant, j'avais prévu prendre ma retraite après les présents mondiaux. Mais c'est venu étape par étape. La dernière année a été difficile, surtout après ma non-qualification pour les Jeux de Rio (2016). D'autant plus que ça avait passé proche. Et puis (m'engager pour) quatre ans, je voyais ça super long et je n'étais pas sûre d'être prête à me lancer là-dedans. »
Après une mauvaise performance aux Panam qui lui a fait mal, elle dit avoir retrouvé le goût de poursuivre grâce à une bonne performance en Russie. Puis en Asie, elle n'a pu prendre part à la compétition à cause d'une blessure. « C'est à ce moment-là que je me suis dit que les mondiaux ne pouvaient être ma dernière compétition », a expliqué Tremblay, 23e au classement mondial, qui s'est inclinée devant la Slovène détentrice du 12e rang.
Concernant les autres Canadiens en action jeudi, Antoine Valois-Fortier et Étienne Briant ont tous deux connu eux aussi une journée écourtée. Évoluant chez les moins 81 kilos, Valois-Fortier a été défait en prolongation par l'Allemand Alexander Wieczerzak à son premier combat du jour par waza-ari. L'athlète de Beauport s'est incliné devant celui qui allait mettre la main sur le titre mondial. Dans la même catégorie, Étienne Briand a vécu le même scénario, lui qui a lui aussi poussé son premier combat jusqu'à la prolongation, avant de s'incliner face au Brésilien Eduardo Yurdi Santos.