Grâce au sociofinancement, la nageuse Geneviève Cantin a réussi à amasser les 10 000 $ nécessaires pour son entraînement en vue des Championnats du monde de natation qui se dérouleront à Budapest en juillet.

Sociofinancement: Geneviève Cantin obtient la réponse espérée

Avant même de débuter la nouvelle saison de compétitions, Geneviève Cantin peut déjà célébrer une victoire particulièrement savoureuse. Et elle n'a même pas à sauter à l'eau pour le faire.
Photo Yan Doublet, Le Soleil - Quebec - Championnat canadien universitaire de natation au Peps, Genevieve Cantin - 23/02/2016 - le 23 fevrier 2016 - sport - 805789 - Photo Le Soleil, Yan Doublet -
Il y a deux mois, la nageuse native de Jonquière s'est tournée vers une ressource encore peu connue dans l'espoir de trouver une solution à un problème qui risquait d'hypothéquer sérieusement son année 2017. N'ayant plus droit au soutien financier de Natation Canada, elle a fait appel à un site Internet de sociofinancement (MAKEACHAMP) afin de trouver les ressources financières nécessaires à son entraînement en préparation des Championnats du monde de natation qui se dérouleront à Budapest, du 14 au 30 juillet. Avec cette idée, qu'elle trouvait à l'origine un peu gênante, elle souhaitait amasser 10 000 $.
Deux mois plus tard, elle ne peut que se réjouir d'avoir osé. La campagne a pris fin la fin de semaine dernière et celle qui porte toujours les couleurs du Rouge et Or de l'Université Laval a atteint son objectif.
« J'ai amassé 9700 $ sur le site, mais il y a aussi des gens qui m'ont donné de l'argent en main propre, ce qui fait que j'ai atteint les 10 000 $, raconte Geneviève Cantin. Je suis vraiment contente. Je ne m'attendais pas à ce que les gens donnent autant. Je me disais que j'allais peut-être amasser 3000 $. À 10 000 $, je capote !
« J'ai surveillé ce qui se passait sur le site assez souvent. Pendant un certain temps, le montant a stagné. Chaque fois que le montant grimpait, c'était une surprise. Peu importe la contribution reçue, je capotais. Une personne avait quand même pris le temps de donner 10 $, 15 $, 20 $ ou encore plus. »
« J'ai surveillé le site pendant deux mois. J'ai pris le temps de remercier les gens et de faire des mises à jour. C'était quand même une bonne petite job. La plupart des dons sont venus de gens que je connais. Mais j'ai aussi eu des donateurs que je ne connais pas et c'est encore plus surprenant. Je me disais : ils ne me connaissent pas et ils me donnent des sous ! C'est extraordinaire pareil. »
Sur le site MAKEACHAMP, Geneviève Cantin a rappelé qu'il lui est difficile, voire impossible, de trouver un emploi qui peut tenir compte de son horaire déjà bien rempli par les entraînements et ses études à l'Université Laval.
Pour contre-balancer la fin de son soutien financier parrainé par Natation Canada, elle a d'abord songé à faire des demandes de bourses. Cette solution ne donne cependant pas toujours la réponse espérée.
Des amis lui ont alors parlé des sites de sociofinancement et elle a choisi de plonger.
« J'étais vraiment stressée au début, reconnaît Geneviève Cantin. Je n'étais pas bien avec ça parce qu'il est rare que je demande de l'argent. Les deux premières minutes, quand le site est entré en ligne, j'étais très stressée. Je me disais que les gens allaient lire ça... Finalement, le résultat est merveilleux. »
Entraînement en vue de Budapest
Maintenant que sa situation financière est plus stable, Geneviève Cantin peut poursuivre sa préparation pour la nouvelle saison la tête en paix. Si elle fait toujours partie du Rouge et Or et qu'elle étudie toujours à l'Université Laval, elle n'est plus éligible aux activités du circuit universitaire. Un athlète ne peut être actif sur la scène universitaire pendant plus de cinq ans et la Jonquiéroise a franchi cette étape.
Geneviève Cantin évolue maintenant à titre de nageuse «civile» pour le Rouge et Or. Elle quittera le pays le 28 décembre en prévision d'un camp d'entraînement en Floride qui prendra fin le 9 janvier. Après quelques compétitions provinciales, elle passera encore dix jours en Floride, en mars, pour un autre camp d'entraînement.
«Ce sera ensuite le dernier sprint vers les essais canadiens qui détermineront les nageurs qui participeront aux Mondiaux. Me classer pour les Mondiaux est vraiment le but ultime», rappelle Geneviève Cantin en conclusion.