Après trois ans de contrat avec le Club de golf Saguenay Arvida, le pro enseignant Sébastien Néron s’est prévalu de sa clause de résiliation. Il est ouvert à poursuivre son association avec le club, mais souhaite que cela se fasse sur de nouvelles bases.

Sébastien Néron résilie son contrat

Arrivé en poste au printemps 2016, le professionnel du Club de golf Saguenay Arvida, Sébastien Néron, a mis sur pause la poursuite de son association avec le club jonquiérois. L’enseignant de formation ne ferme toutefois pas la porte à une nouvelle entente avec la direction du club jonquiérois. De plus, il les a assurés de rester en poste jusqu’à la fin de la présente saison.

« Ce qu’il faut que les gens comprennent, c’est que j’avais, dans mon contrat, une clause qui disait qu’après l’année 2018, j’étais en droit de résilier mon entente. Les paramètres à mon arrivée en poste ne me convenaient plus et c’est pourquoi j’ai décidé de résilier mon contrat après cette année. Sans entrer dans les détails, ma vision n’était pas la même que certaines personnes, alors plutôt qu’être malheureux, j’ai décidé de mettre un terme à l’entente et de voir ce qui va se passer. Est-ce qu’on va renégocier ? Est-ce que c’est la fin et que je vais faire autre chose, je n’ai pas la réponse aujourd’hui », a-t-il expliqué en entrevue téléphonique. Sur sa page Facebook, il assure que « cette décision n’a pas été facile à prendre, mais qu’elle est très réfléchie. »

« Je n’ai aucune frustration ni amertume. J’ai juste utilisé une clause de mon contrat parce que j’ai fait le constat que je n’étais plus heureux avec la situation actuelle », insiste-t-il.

Le professionnel enseignant estime avoir fait ses preuves, au cours des trois dernières années, en contribuant à la croissance du club jonquiérois. Il cite en exemple l’adhésion de 49 nouveaux membres pour la présente saison et la hausse du nombre de parties disputées, ce qui n’est pas peu dire pour un sport considéré en perte de vitesse.

« L’an passé, il s’est joué 3686 rondes de plus (au club) et cette année, c’est supérieur à cela. Sans m’attribuer tout le crédit, je pense que ce qu’on a fait a eu des répercussions exceptionnelles au niveau financier. Je suis fier de ce que j’ai fait et j’ai prouvé que je pouvais faire la différence, plaide-t-il. Je n’ai pas de doute qu’on peut sauver le golf. Depuis trois ans, j’ai plus de 2500 participations dans mes cours, que ce soit en privé ou en groupe. Nous sommes une entreprise de services. Si les gens n’étaient pas satisfaits, ils ne (re) viendraient pas me voir », fait valoir celui qui reste ouvert à signer une nouvelle entente avec Saguenay.

Et s’il n’a pas une nouvelle offre du club Saguenay Arvida ? « Je vais m’asseoir et regarder si je veux continuer comme professionnel de golf. Pour moi, c’est ma deuxième carrière. Je suis enseignant en formation professionnelle », rappelle-t-il.

Pour ce passionné de golf, ce dont il est le plus fier, c’est la satisfaction de ses clients. « Oui, je le fais pour un aspect financier, mais ç’a un impact personnel dans ma vie. Partout où je suis allée, j’ai toujours été apprécié. Ma plus grande satisfaction, c’est le sourire, la satisfaction et l’appréciation des gens », affirme Sébastien Néron, qui a notamment développé la clientèle féminine du club arvidien, lequel compte maintenant 217 membres féminins.

+

UNE DÉCISION D'UN COMMUN ACCORD

La nouvelle à peine digérée, les membres du conseil d’administration et la direction du Club de golf Saguenay ont été prudents dans leurs commentaires concernant la résiliation de contrat de leur professionnel enseignant, Sébastien Néron. Sur la page Facebook du club, les dirigeants ont indiqué, dans un communiqué, qu’ils ont accepté (lundi) la demande de leur professionnel enseignant de résilier son contrat de travail comme le lui permettait une clause de l’entente. Une décision prise d’un commun accord.

Tant le DG du club, Stéphane Maltais, que Sébastien Néron assurent que les deux parties sont en bons termes. 

« Il était prévu que l’an prochain, l’entente serait à renégocier », rappelle le DG qui ne veut surtout pas de décision précipitée dans ce dossier.

M. Maltais a aussi reconnu le travail effectué par le pro enseignant pour augmenter l’achalandage au cours des trois dernières années. Oui, le club souhaite assurer une continuité, mais n’a évidemment pas de décision prise en ce qui concerne la suite des choses, mentionne-t-il. 

Dans leur communiqué, les dirigeants du club remercient Sébastien Néron « pour la qualité de son travail et son implication depuis trois ans. Nous lui souhaitons la meilleure des chances pour réaliser ses projets. Nous désirons également souligner que M. Néron poursuit son travail jusqu’à la fin de la présente saison tel que convenu lors d’une récente rencontre avec ce dernier. »