Défenseur des Islanders du Collège John-Abbott, la Chicoutimienne Sara Lévesque a vraisemblablement réalisé une première régionale, en signant avec l’Université du Vermont. Elle deviendra la première hockeyeuse de la région à évoluer dans le circuit de hockey féminin de la NCAA.

Sara Lévesque jouera pour l’Université du Vermont

Sara Lévesque a réalisé une première régionale, jeudi, en devenant la première joueuse de hockey du Saguenay-Lac-Saint-Jean à poursuivre sa carrière dans le prestigieux circuit de la NCAA. La Chicoutimienne vient en effet de signer officiellement avec les Catamounts du Vermont où elle amorcera sa carrière universitaire dès l’an prochain.

La défenseur qui aura 20 ans dans quelques jours a amorcé sa troisième et dernière saison dans l’uniforme des Islanders du Collège John-Abbott du West Island. L’an dernier, la hockeyeuse avait été approchée par l’entraîneuse de l’Université du Vermont et elle avait signé une promesse de s’aligner avec la formation des Catamounts du Vermont en 2019.

Sara a signé officiellement l’entente jeudi et s’est engagée pour les quatre prochaines années. La bourse obtenue couvre ses frais de scolarité, l’hébergement, la nourriture, la pratique de son sport, les assurances, etc. Si, dans les universités québécoises, les athlètes peuvent évoluer pendant cinq ans dans une équipe, aux États-Unis, c’est limité à quatre ans.

Séduite

Avant d’assister à un match l’an dernier, la Saguenéenne n’avait pas vraiment idée du style ni du calibre de jeu des universités américaines. Elle a été conquise en assistant à un match. «Les joueuses américaines sont plus grandes et plus costaudes. C’est sûr que c’est l’inconnu et qu’il faudra que je m’adapte comme c’est le cas pour tout changement de niveau. Oui, ce sera un gros défi, mais je suis bien contente et j’ai hâte», lance avec enthousiasme la défenseur de 5’3’’.

La jeune femme ne sait pas vraiment ce qui a incité les dirigeants de l’Université du Vermont à la choisir. «Mon coach Noemie Marin a joué pour les Canadiennes de Montréal et elle a beaucoup de contacts. Elle a fait Hockey Canada et elle connaissait l’entraîneuse des Catamounts. Elle m’a parlé que le fait d’avoir joué pour l’équipe du Québec avec les meilleures joueuses des moins de 18 ans m’a donné de la visibilité. J’imagine (aussi) que c’est parce que je fais une bonne relance à l’attaque», avance Sara qui se définit comme un défenseur offensif.

La Saguenéenne, qui rêve d’être invitée à un camp d’Équipe Canada, a connu deux bonnes saisons depuis son arrivée avec les Islanders. «J’ai été nommée deux années de suite sur la 2e équipe d’étoiles du RSEQ, mentionne celle qui estime connaître un moins bon début de saison. Ce à quoi elle souhaite d’ailleurs remédier rapidement.

Étudiante en sciences humaines dans un collège anglophone, Sara Lévesque n’a bien sûr pas de craintes à l’idée d’évoluer dans une université américaine. Elle n’a pas encore choisi son domaine d’études, mais elle aimerait se diriger vers le travail social ou en éducation spécialisée. «J’aimerais aider les personnes handicapées ou en difficulté.»

Mentionnons enfin que Sara Lévesque a fait ses débuts dans des équipes masculines régionales (novice, atome et pee-wee) avant de joindre les rangs de l’équipe féminine bantam AA, puis midget AA des RebELLES du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pendant son stage dans le circuit provincial, elle a aussi disputé quelques matchs midget AAA.