Le défenseur de l’Avalanche du Colorado, Samuel Girard, a participé à une séance de signature d’autographes et de photographies au Centre Mario-Tremblay. Le Robervalois a fait la soirée du jeune Loïc Vézina, un centre des Jeannois atome B d’Alma (photo), et de nombreux autres jeunes venus à sa rencontre.

Samuel Girard, du coeur à revendre

Décidément, que ce soit sur la glace ou hors glace, le défenseur de l’Avalanche du Colorado Samuel Girard a du cœur à revendre. Même si le Robervalois profite de la pause du Match des étoiles pour faire le plein d’énergie avec sa famille et ses amis, il se prête généreusement à plusieurs bains de foule, conscient que son parcours est une source d’inspiration pour bien des jeunes.

Lundi, il était au Centre Mario-Tremblay d’Alma pour une séance d’autographes et de photos. La séance ne débutait qu’à 18 h, mais déjà plus d’une soixantaine d’admirateurs étaient massés dans le hall une demi-heure avant son arrivée. L’ambassadeur de Duchesne Auto s’est gentiment prêté aux demandes.

Plus d’une soixantaine d’admirateurs étaient massés dans le hall une demi-heure avant l'arrivée de Samuel Girard.

« J’aime beaucoup redonner à ma communauté et revenir dans ma région », confirme le numéro 49. « J’ai décidé de revenir ici pour voir ma famille et mes amis, mais aussi pour faire des activités qui feront plaisir aux jeunes et à leurs parents. Je suis conscient que les parents travaillent fort pour leurs jeunes et de les voir avec un sourire comme ça, ça leur fait du bien. Et pour moi, ça me fait du bien aussi de voir les jeunes sourire ! »

En 2008, Samuel avait dix ans quand Roberval a gagné le concours Kraft Hockeyville. Il se souvient de la venue du Canadien de Montréal pour jouer contre les Sabres de Buffalo. « Je m’en rappelle encore. Je voulais devenir comme eux, alors aujourd’hui, je sais ce que les jeunes ressentent et ça me fait plaisir de leur redonner », souligne celui qui repart jeudi pour Denver.

Aux jeunes qui lui demandent conseil, Samuel les incite à croire en eux et à ne pas ménager les efforts. « L’important, c’est de croire en son rêve et de travailler fort pour y parvenir. Je ne l’ai pas eu facile et je me suis souvent fait dire que j’allais être trop petit pour jouer dans la LNH. Il y aura toujours du monde pour te mettre des bâtons dans les roues, mais il faut garder le ‘‘focus’’ et faire les sacrifices. Je me souviens que mes amis sortaient pendant que moi, je me couchais à 10 h pour m’entraîner le lendemain matin. Ce sont des sacrifices à faire, mais aujourd’hui, je ne regrette rien ! », cite-t-il en exemple.

Après avoir signé une gamme variée d’objets, Samuel Girard s’est gentiment prêté à la prise de photos avec ses admirateurs.

Même s’il est très sollicité, le Robervalois doit refuser quelques demandes, justement pour passer un peu de temps avec sa famille. « Mais en même temps, j’essaie de redonner le plus possible à ma région et à ma ville. »

D’ailleurs, le défenseur de l’Avalanche prendra part à une activité reconnaissance, mardi, au Centre Benoit-Lévesque de Roberval, à compter de 17 h 30. L’événement se déroule dans le cadre de la 40e édition du Tournoi interrégional de hockey novice atome et une « vitrine-reconnaissance » sera dévoilée afin de souligner son parcours exceptionnel.

Magie

Lundi soir, Loïc Vézina, neuf ans, ne voulait surtout pas rater cette occasion de voir le défenseur de l’Avalanche du Colorado. Lui et son frère sont arrivés une demi-heure avant le début de la séance de signature et il ne regrettait pas l’attente. « C’est un vrai joueur professionnel que j’aime. Il joue dans la Ligue nationale et j’aime beaucoup le hockey et la Ligue nationale », explique le joueur de centre pour les Jeannois atome B d’Alma qui dit « marquer beaucoup de buts ».

Évidemment, de savoir que Samuel est né et a grandi dans la région et qu’il a réalisé son rêve lui donne l’espoir de suivre ses traces. « Il a tout donné et il n’a jamais abandonné », résume le jeune joueur qui compte faire de même. Le jeune Vézina, — non il n’est pas parent avec Georges —, a fait signer sa tuque et son sac à dos et compte s’en inspirer quotidiennement. « Ça va m’aider (à chaque jour) », a-t-il conclu, les yeux brillants.

Ambassadeur de Duchesne Auto, Samuel Girard a participé à une séance de signature d’autographes et de photographies au Centre Mario-Tremblay. Il a fait la soirée du jeune Loïc Vézina, un centre des Jeannois atome B d’Alma et de nombreux autres jeunes venus à sa rencontre.

+

PLUS MATURE ET PLUS CONFIANT

À sa deuxième saison dans la LNH, Samuel Girard estime avoir gagné en confiance et en maturité sur la glace, ce qui contribue à améliorer son jeu. 

« La première saison, c’est toujours de l’ajustement. On est nouveau dans la ligue et on ne connaît pas les arénas ni les joueurs. Veux, veux pas, j’étais impressionné quand je jouais contre de gros noms comme Crosby, McDavid, etc. J’étais un peu stressé quand j’embarquais sur la glace, mais cette année, je sais à quoi m’attendre, où je vais jouer, s’il y aura beaucoup de monde dans les estrades ou non, etc. Je dirais que cette année, ma confiance est pas mal plus élevée », analyse le Robervalois qui, même s’il a concrétisé son rêve, cherche toujours à améliorer toutes les facettes de son jeu.