Le premier ministre Philippe Couillard a remis la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec à Marianne St-Gelais et à Kasandra Bradette en guise de reconnaissance pour leur carrière.

Saint-Félicien honore ses patineuses

Quelques centaines de personnes ont honoré les patineuses olympiques Marianne St-Gelais et Kasandra Bradette, samedi, à Saint-Félicien. L’événement organisé par la municipalité et la Polyvalente des Quatre-Vents s’est déroulé dans le stationnement de l’établissement scolaire, après la quatrième édition de la course Prisme ma couleur.

Denis Tremblay du Club de patinage de vitesse les Éclairs de Saint-Félicien a fait l’éloge de la persévérance et de la carrière des deux patineuses, tout comme le maire Luc Gibbons et le premier ministre du Québec Philippe Couillard. Ce dernier a remis une Médaille de l’Assemblée nationale du Québec aux deux athlètes en guise de reconnaissance pour leur carrière.

À la fin de la cérémonie, des fresques montrant Kasandra Bradette et Marianne St-Gelais en action ont été dévoilées. Elles seront exposées à la place centrale du Centre récréatif Marianne St-Gelais, à Saint-Félicien.

«Pour moi, ça représente beaucoup, de confier Kasandra Bradette qui n’a pu retenir ses larmes au moment de l’hommage sur scène. J’ai toujours été fière de dire que je venais de Saint-Félicien. Le fait de voir qu’on partage une fierté mutuelle avec les gens d’ici, cela m’a vraiment touchée. Je n’aurais pas pu demander un plus beau cadeau de voir autant de reconnaissance des gens de Sain-Félicien. Je suis quelqu’un de vraiment émotif; c’est le fait de recevoir tout ça en même temps avec une grosse dose d’amour! [...] Je n’ai jamais été toute seule au fond, ça fait vraiment du bien.»

Boucler la boucle

De son côté, Marianne St-Gelais souligne que l’hommage vient boucler la boucle après une année 2018 riche en émotions.

«Effectivement, c’est une très grosse année sur plusieurs plans, reconnaît la patineuse qui a mis un terme à sa carrière en mars. Aujourd’hui, ça fait du bien. J’ai eu des moments difficiles dans les derniers mois et ça vient apaiser tout ça. Dans toute cette cacophonie-là, il y a des choses qui priment; ma famille et là où je viens, c’est toujours en haut de l’échelle. Pour Kasandra et moi, le fait d’avoir cette reconnaissance est représentatif de ce qu’on est. On se fait souvent dire qu’on a une belle ouverture, qu’on a une belle énergie et qu’on est accessible, mais c’est ce qu’a toujours été la ville pour nous.»

L’ambiance était festive à Saint-Félicien. Les Félicinois ont pu célébrer le cheminement des deux patineuses qui ont participé à la quatrième édition de la course Prisme ma couleur.

L’avenir

À long terme, Marianne St-Gelais et Kasandra Bradette aimeraient toutes les deux revenir dans la région.

«C’est difficile pour moi d’être seule à Montréal loin de ma famille, mais mon après-carrière va se construire là-bas. J’aimerais beaucoup revenir, indique Marianne St-Gelais. Ça me manque! Je vais venir au moins l’été et je vais voir si je peux travailler et avoir un futur ici ensuite.»

La principale intéressée souhaite travailler près des gens. Pour le moment, elle ne ferme pas à une carrière dans les médias. 

Pour ce qui est de Kasandra Bradette, l’athlète de 28 ans s’engage dans un autre processus olympique pour les quatre prochaines années. Elle est toutefois consciente que de plus jeunes patineuses peuvent être priorisées pour les prochains Jeux olympiques, présentés en 2022 à Pékin.

«Si je suis encore dans le top, je vais continuer, mentionne Kasandra Bradette. C’est une année à la fois. Sinon, on a plein de beaux projets comme acheter une terre à Ferland-et-Boilleau avec mon copain (le patineur de vitesse Samuel Girard).»