Le DG et entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi, Yanick Jean, estime que les nouvelles mesures mises de l’avant dans le plan de relance de la Ligue de hockey junior majeur du Québec sont très positives et pourraient même générer de nouvelles façons de faire.
Le DG et entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi, Yanick Jean, estime que les nouvelles mesures mises de l’avant dans le plan de relance de la Ligue de hockey junior majeur du Québec sont très positives et pourraient même générer de nouvelles façons de faire.

Yanick Jean voit beaucoup de positif au plan de relance de la LHJMQ

Le directeur général et entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi Yanick Jean voit d’un très bon œil le plan de relance soumis par la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et croit même qu’il pourrait sortir du positif de cette nouvelle façon de faire.

«À la base, le plus important, c’est de réussir à jouer et que nos étudiants-athlètes puissent pratiquer leur sport dans des conditions les plus sécuritaires et les plus normales possible. Je pense que c’est une excellente nouvelle. Les gens à travers la ligue ont fait un travail fantastique pour planifier ça», a indiqué Yanick Jean en entrevue téléphonique.

Vendredi dernier, La Presse a dévoilé une partie du plan de relance du circuit Courteau qui a été soumis au cabinet de la ministre déléguée à l’Éducation ainsi qu’aux sports et aux loisirs, Isabelle Charest. Rappelons que la reprise des activités le 1er octobre est faite en fonction de pouvoir jouer devant des spectateurs dans les amphithéâtres.

Cela dit, parmi les mesures proposées, on parle notamment d’un maximum de 34 joueurs au camp d’entraînement, d’une réduction de 68 à 60 matchs et enfin, les 18 équipes seraient regroupées par six dans trois divisions. La division Est qui comprend déjà les Saguenéens de Chicoutimi, le Drakkar de Baie-Comeau, les Remparts de Québec et l’Océanic de Rimouski verrait s’ajouter les Cataractes de Shawinigan et les Tigres de Victoriaville. Il y aurait celle des Maritimes et la troisième division regrouperait Blainville-Boisbriand, Drummondville, Gatineau, Rouyn-Noranda, Sherbrooke et Val-d’Or.

Bon test

Pour Yanick Jean, en plus de réduire les déplacements, cette nouvelle formule sera un bon test pour les tenants d’une révision du calendrier.

Outre Québec, Baie-Comeau et Rimouski, les Saguenéens de Chicoutimi se retrouveraient avec Shawinigan et Victoriaville dans les nouvelles divisions proposées dans le cadre du plan de relance soumis par la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

«Ça fait des années qu’il y en a qui ont une certaine théorie sur le calendrier de matchs, d’autres sur le nombre de matchs. On va vivre autre chose. Ce sera peut-être une expérience de plus et peut-être qu’il y aura du bon qui va en ressortir. C’est une nouvelle expérience et honnêtement, je suis vraiment content de la manière dont ça se dessine», assure celui qui a fait partie des 41 personnes à travers la ligue qui travaillent sur les différents comités visant à assurer un retour au jeu sécuritaire dans le respect des consignes sanitaires. Outre Yanick Jean au comité hockey, le directeur des opérations, Serge Proulx, oeuvre sur le volet marketing, et la coordonnatrice aux promotions, événements et communications, Iris Tremblay, travaille au volet communications du comité de relance.

«La manière dont le calendrier va se dérouler et contre qui on va jouer fera en sorte qu’on n’aura pas à coucher à l’hôtel durant la première moitié de saison. Il y a plein de mesures qui sont positives et on va faire en sorte que ça marche», soutient-il.

Camp d’entraînement

Concernant le camp d’entraînement qui s’ouvrira le 26 août avec l’accueil des joueurs, Yanick Jean s’estime déjà chanceux de pouvoir en tenir un dans le contexte actuel de la COVID-19. «Il a été question qu’on soumette une liste sans tenir de camp d’entraînement. Il faut voir la situation du bon côté. On est chanceux de pouvoir en faire un.»

Le fait d’être limité à 34 joueurs au lieu d’un potentiel 60 n’affecte pas du tout ses plans. «Pour moi, ça n’existe plus des camps d’entraînement à 60 joueurs. Mais c’est certain que pour quelques joueurs, ce sera plus plate et certains peuvent être déçus. Il y en a qui n’auront pas la chance de venir, mais qui sont venus l’an dernier déjà et d’autres qui vont pouvoir venir l’an prochain», explique-t-il.

«On va étudier ça dans les prochains jours pour justement faire notre liste en vue du camp d’entraînement qui s’amorcera le 27 août.»

Quant aux camps professionnels qui se tiendront en novembre, alors que la saison de la LHJMQ sera en principe commencée depuis le 1er octobre, ce sera une autre histoire. «On va voir une fois rendu là», de conclure Yanick Jean.