Entraîneur-chef et directeur général des Saguenéens, Yanick Jean ne voit aucun problème à ce que les batailles soient interdites dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Yanick Jean en faveur d’abolir les bagarres

Si on tient seulement compte de l’opinion de Yanick Jean, l’abolition des bagarres dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est d’ores et déjà un dossier réglé.

Le directeur général et entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi a été invité à se prononcer sur une nouvelle publiée mardi par Martin Leclerc, de Radio-Canada, qui dévoilait que les propriétaires et présidents de chaque équipe de la LHJMQ allaient voter sur un règlement prévoyant la fin des bagarres dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec dès la saison 2020-2021. Le vote aura lieu lors d’une rencontre entre les 18 dirigeants du circuit, jeudi prochain.

« Les bagarres ont diminué énormément, au cours des dernières années », a fait remarquer Yanick Jean, rappelant qu’un combat éclatait à tous les quatre ou cinq matchs seulement.

« Je n’ai pas de misère à les enlever complètement et que les joueurs soient expulsés du match après une bagarre, comme dans n’importe quel autre sport », a-t-il poursuivi.

Aux observateurs qui pensent que l’interdiction des batailles viendrait augmenter le nombre de coups illégaux et, du même coup, rendre les meilleurs joueurs plus exposés aux blessures, Yanick Jean avait une réponse claire à leur fournir.

« Les comités de discipline font en sorte qu’ils protègent les bons joueurs et ce sont eux qui évitent les coups à la tête et les mises en échec dangereuses, a soulevé Jean. Ce ne sont pas les policiers comme dans le temps, qui allaient écoper d’une pénalité pour agresseur sans grande conséquence. Maintenant, un geste pour avoir été l’instigateur est extrêmement puni. Je ne pense pas que ça va changer grand-chose au sein de notre ligue. »

Même si les batailles sont en voie de disparition dans la LHJMQ, sans être proscrites, Yanick Jean ne voit aucun problème à ce qu’un règlement soit mis en place pour régler la question.

Une suite logique

De son côté, Richard Létourneau a préféré attendre avant de donner sa position officielle, mais ses commentaires permettent aisément de lire entre les lignes. À titre de gouverneur et président des Saguenéens, c’est lui qui aura le droit de vote, dans une semaine.

« Le raisonnement est simple : on veut diminuer le nombre de commotions cérébrales et on prend des mesures pour améliorer la sécurité des joueurs en changeant, par exemple, les bandes actuelles par des installations moins rigides, a-t-il affirmé. Ça suit une certaine logique et je ne serais pas surpris si les bagarres disparaissaient. »

Il y a quelques années, le gestionnaire des Sags avait proposé que les jeunes de 16 et 17 ans portent un protecteur facial complet, car il jugeait inconcevable que des mineurs devaient parfois affronter des joueurs de 19 ou 20 ans.

Richard Létourneau ne craint pas que cette nouvelle entraîne une baisse des assistances dans les amphithéâtres de la LHJMQ. Il a rappelé qu’un certain circuit de hockey, sans le nommer, avait dû s’ajuster à un moment où il mettait les batailles à l’avant-plan. Il avait ensuite ajusté sa promotion en vantant davantage la qualité du jeu.

« Il faut arrêter de gérer les exceptions », a tranché M. Létourneau.

Selon les chiffres fournis, on dénombre 0,26 bagarre par match dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec depuis le début de la saison.

Dans le billet de Martin Leclerc, le copropriétaire du Phoenix de Sherbrooke, Ronald Thibault, a clairement confirmé sa volonté de voter en faveur du règlement visant à éliminer les batailles.

+

POINTES DE PLUME

• Les Saguenéens ont tenu un dernier entraînement sur la glace du Pavillon de l’Agriculture, mercredi avant-midi, avant de prendre la route pour l’Abitibi, jeudi matin. Ils affronteront les Foreurs de Val d’Or, vendredi et dimanche, en plus d’un match à Rouyn-Noranda, samedi soir, face aux Huskies. L’équipe sera basé à Val d’Or pour la durée du voyage.

• Le 21e top-10 hebdomadaire de la Ligue canadienne de hockey place les Sags en sixième position, une baisse de deux places comparativement aux autres semaines. Les Oils Kings d’Edmonton (4e), de la Ligue de l’Ouest, et les Wildcats de Moncton (5) ont progressé, ce qui a fait en sorte que les Chicoutimiens ont quitté le top-5. Le classement est toujours dominé par les 67’s d’Ottawa, qui sont suivi par le Phoenix de Sherbrooke.

• Le président et gouverneur des Saguenéens, Richard Létourneau, joindra l’agréable... à l’agréable, au cours des prochains jours. Il est parti du Saguenay en motoneige, mercredi matin, dans le but de faire le tour de l’Abitibi. Il en profitera pour aller voir jouer son équipe au cours de la fin de semaine. Quand on dit que la passion peut nous mener partout, peu importe le moyen de transport utilisé !