Les Saguenéens ont remporté la victoire contre l'Océanic de Rimouski, malgré une défaite de 7 à 0.

Victoire des Saguenéens malgré une défaite de 7 à 0

Malgré leur cuisant revers de 7-0 mercredi soir à Rimouski, les Saguenéens ont tout de même mis la main sur les deux points à l'enjeu. La raison est bien simple et loufoque. L'Océanic avait dans son alignement un joueur suspendu, ce qui a transformé l'éclatante victoire en défaite par forfait.
L'Océanic a offert un cadeau aussi inattendu que loufoque aux Saguenenéens: deux points au classement général. Malgré leur cuisant revers de 7-0 mercredi soir à Rimouski, les Sags ont tout de même mis la main sur les deux points à l'enjeu. La raison est bien simple. L'Océanic avait dans son alignement un joueur suspendu, ce qui a transformé l'éclatante victoire en défaite par forfait.
«Je n'ai pas retrouvé le sourire pour autant», a réagi l'entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean.
«Ça ne change rien pour nous, a-t-il repris. La seule place où ça paraît c'est au classement, pas dans notre humeur ni dans notre satisfaction de la rencontre.»
Suspendu pour un match pour un geste posé dans la dernière rencontre de l'Océanic avant la pause, Daniel Hardie était tout de même en uniforme, ce qui a causé la disqualification de la formation du Bas-Saint-Laurent. La victoire a donc été donnée aux Saguenéens.
Beausoleil s'excuse
L'entraîneur-chef et directeur général de l'Océanic, Serge Beausoleil, a pris l'entière responsabilité de l'erreur qui a coûté deux points à son équipe. «On n'a pas essayé de contourner le règlement, a tenu à préciser le fautif. C'est un simple oubli, mais qui est de ma faute carrément! C'est un événement qui est triste. C'est ma responsabilité.»
Beausoleil avoue tout de même être surpris de cette suspension, surtout que le geste reproché n'avait pas fait l'objet d'une pénalité lors du match. «Ce n'est pas la première fois que je ne suis pas en accord, reconnaît-il. Mais, j'ai le plus haut respect pour Raymond Bolduc, qui fait un travail incroyable. Il doit trancher et il a décidé d'appliquer une sanction qui est hautement discutable.»
Serge Beausoleil reconnaît avoir été informé par le directeur du département de la sécurité des joueurs de la Ligue, Raymond Bolduc, au lendemain du match contre les Tigres du 17 décembre, comme quoi Daniel Hardie serait suspendu pour un match pour avoir fait trébucher dangereusement Andrew Smith. Un courriel a ensuite été acheminé aux deux entraîneurs concernés. Tout de suite après, les joueurs de l'Océanic ont été en congé pendant 11 jours.
«On est dans les négociations, justifie Beausoleil. J'ai eu 125 courriels. Ça m'a sorti de l'esprit. Je ne coachais pas cette game-là. J'étais dans les estrades, justement en train de négocier. Il a été aligné par erreur.»
Le directeur-gérant a profité de sa bévue pour demander à la Ligue de changer sa façon de faire afin que le courriel confirmant une sanction ne soit pas envoyé uniquement aux deux dg. «On a fait changer ça pour que notre secrétaire administrative le reçoive aussi pour qu'on puisse se le rappeler», indique-t-il. Beausoleil souhaiterait également qu'un rappel puisse être fait le jour même du match. «Il y a beaucoup d'aspects qui rentrent en jeu dans la préparation d'un match et il y en a un qui est passé sous le radar», illustre-t-il.
Statistiques valides
Toutes les statistiques enregistrées lors du match demeurent toutefois valides. Le blanchissage du gardien Alexandre Lagacé, qui a bloqué 35 tirs, demeure donc valide. Hardie n'avait pas obtenu de point dans la victoire des siens. Le patron de l'Océanic se réconforte à l'idée que les statistiques individuelles de la rencontre demeurent les mêmes. «C'est très certainement deux points importants qu'on vient d'échapper, mais ça ne change rien à la solide performance qu'on a démontrée», se console-t-il. Avec Johanne Fournier, Le Soleil
Du déjà-vu dans la LHJMQ
Ce n'est pas la première fois qu'une erreur d'alignement mène au retrait de points pour une formation de la LHJMQ.
Les Voltigeurs de Drummondville arrivent en tête de liste, en décembre 2004. Ils avaient alors blanchi les Wildcats de Moncton 3-0, mais avaient aligné trois joueurs de 20 ans même si le capitaine André Vincent était suspendu, ce que la règle interdit. Cette erreur avait mené au congédiement du directeur général Michel Georges quelques jours plus tard.
Richard Martel et le Drakkar de Baie-Comeau ont vécu une situation très similaire à l'Océanic en février 2000. Ils avaient vaincu les Foreurs de Val-d'Or 8-2, mais le défenseur Guy Turmel était suspendu pour une inconduite survenue dans le match précédent et qui avait échappé à l'attention des entraîneurs.
En janvier 2012, les Sea Dogs de Saint-Jean avaient également perdu deux précieux points en pleine course pour le Championnat de la saison régulière. La raison était toutefois quelque peu différente. Maxime Villemaire, obtenu la veille, n'avait pas signé sa carte, ce qui le rendait inéligible pour la rencontre face aux Olympiques, remportée 3-2 par les Sea Dogs dans laquelle il avait marqué. Quelques jours plus tard, les Olympiques ont déposé une plainte et les autorités de la LHJMQ leur ont donné raison un mois à la suite du match.