Les Saguenéens l'ont emporté 4-3 sur les Sea Dogs de Saint-Jean et la série est égale 2-2.

Victoire 4-3 des Sags: Ratelle fait exploser le Centre Georges-Vézina

Joey Ratelle a joué les héros, mercredi soir, devant 4253 spectateurs survoltés au Centre Georges-Vézina, en brisant une égalité de 3-3 alors qu'il restait moins de 15 secondes à faire en troisième période. Les Saguenéens ont ainsi signé une victoire de 4-3 sur les Sea Dogs de Saint-Jean et la série est égale 2-2.
Joey Ratelle (11) a provoqué la frénésie dans le centre Vézina en marquant le but vainqueur avec moins de 15 secondes à jouer. Le fougueux attaquant a été rapidement entouré par ses coéquipiers.
Ratelle a pris possession de la rondelle à la hauteur des cercles de mise en jeu, avant de la diriger vers le filet. Son tir a dévié et Callum Booth a été battu.
Le cinquième match de la série aura lieu vendredi soir, au Harbor Station de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. La sixième partie sera jouée dimanche après-midi, au Centre Georges-Vézina.
« C'est fou dans cette équipe à quel point on a du caractère, a commenté Joey Ratelle au terme de la victoire dramatique des siens, qui demeurent parfaits en sept matchs lors d'un deuxième match en deux soirs. Chaque fois qu'on revient d'une défaite, on revient encore plus fort. On voulait aller la chercher pour (Brendan) Hamelin qui avait connu un match incroyable. »
En effet, Brendan Hamelin a subi une commotion cérébrale lors d'un violent contact avec Jakub Zboril en entrée de zone au troisième vingt. Le joueur des Sags a sauté en voulant éviter le défenseur des Sea Dogs, avant de chuter lourdement sur la surface glacée. L'entraîneur-chef des Chicoutimiens, Yanick Jean, a confirmé que Hamelin souffrait d'une commotion cérébrale.
Le 91 des Bleus connaissait jusque-là son meilleur match des séries. Il avait marqué deux fois, en plus d'avoir eu plusieurs chances de marquer. Son deuxième de la soirée permettait à son équipe de prendre les devants 3-1 en tout début du troisième tiers.
Avance perdue
Les Sea Dogs ont toutefois comblé l'écart. Le mal aimé de la foule, Bokondji Imama, a fait 3-2, puis Mathieu Joseph a intercepté une mauvaise remise d'Olivier Galipeau pendant un avantage numérique des locaux. Le rapide attaquant des Dogs n'en demandait pas tant, logeant la rondelle dans le haut du filet.
« On sait que c'est une équipe qui est capable de revenir dans un match et ils ont une excellente offensive, a fait valoir Joey Ratelle. On n'a quand même pas lâché, on a continué d'appliquer le plan de match et au bout de la ligne, on a été récompensé. »
Sur la séquence victorieuse, Joey Ratelle a avoué avoir joué de chance. Il a hésité entre faire une passe à Galipeau ou encore décocher un tir. La deuxième option aura été la meilleure.
« C'est un ''feeling'' incroyable, le toit de l'aréna a failli exploser, a réagi l'attaquant. La foule est de notre côté depuis le début et c'est un septième joueur pour nous. »
Contrairement à la veille, les Saguenéens ont été les premiers à s'inscrire à la marque. Le quatrième trio a fait sa part lorsque Mark Bzowey a fait mouche, assisté de Samuel Houde et Vincent Lapalme.
Les visiteurs ont toutefois créé l'égalité en début de deuxième, pendant un avantage numérique. Mathieu Joseph a eu tout le temps au monde de prendre un bon tir pour finalement déjouer Julio Billia pour une première fois.
Brendan Hamelin a redonné les devants aux Sags en glissant une rondelle sous Callum Booth avant la fin de la deuxième.
Les Saguenéens ont maintenant la tâche d'aller chercher une victoire au domicile des Sea Dogs. Ils ont d'ailleurs remporté le dernier duel en sol néo-brunswickois, samedi, en deuxième période de prolongation.
« On l'a fait et on a prouvé qu'on était capable d'aller chercher un match là-bas, a lancé Joey Ratelle. Avec le caractère qu'on a, je pense qu'on peut le faire. »
Brendan Hamelin connaissait tout un match avant de subir une commotion cérébrale lors d'un violent contact avec Jakub Zboril en entrée de zone au troisième vingt.
« On se déniaise et on le fait pour lui »
En perdant une avance de deux buts en troisième période, les Saguenéens ont montré des signes de nervosité. Une fois la tempête passée, ils ont repris du poil de la bête, et Joey Ratelle a finalement marqué le plus gros but de la saison 2016-2017 des Bleus.
Plusieurs auraient cru que le tapis allait glisser sous les pieds des Sags et que les joueurs étaient secoués. Une fois de plus, ils ont rebondi.
« On avait toutes les raisons de l'être, on n'a vraiment pas bien géré notre troisième période, a convenu l'entraîneur en chef Yanick Jean. On a encore fait face à de l'adversité. Hamelin s'est blessé et Ratelle s'est levé. Il a dit aux gars : ''On se déniaise et on le fait pour lui''. Avec le match qu'Hamelin avait joué, c'était tout à fait légitime. »
Jean était d'avis pour dire que ses ouailles devront mieux faire lors des moments importants. « Notre gestion de la rondelle n'était pas la bonne lorsqu'on a pris les devants 3-1, a-t-il affirmé. On avait un peu une balle de ping-pong et on a vu quelques jeux de nervosité. C'est un peu l'histoire de leur retour. »
Les Saguenéens n'ont toujours pas perdu en sept matchs lorsqu'ils jouent un deuxième match en moins de 24 heures. Pour Yanick Jean, ça n'a rien d'une coïncidence.
« On a des croyances, a assuré l'entraîneur. De la manière qu'on a pratiqué toute l'année, les joueurs ont un niveau de forme physique très élevée. On a pratiqué extrêmement fort et on investissait pour les séries. Je l'ai souvent répété durant la saison régulière, ce n'était pas le résultat qui comptait, mais la manière et le processus. On se fait parfois blâmer un peu, mais on y croit. »
La formation chicoutimienne se prépare maintenant à gagner le prochain match, en territoire ennemi.
« On ne pense pas aux scénarios, a ajouté Jean. Quand tu regardes vers le futur, tu te perds dans tes pensées. On doit penser à notre manière de jouer. »
L'idée de retrouver les partisans chicoutimiens, dimanche, était donc bien loin dans la tête du pilote.
« Ce n'est pas de même qu'on voit ça, pas du tout, a martelé Yanick Jean. Le but n'est pas uniquement de jouer un sixième match à la maison. Tu ne peux pas avoir une équipe avec de la résilience comme ça et penser de cette façon. C'est 2-2, on se concentre sur le prochain match, point final. »
Le gardien des Sea Dogs, Callum Booth, a fait face à une circulation dense devant son filet tout au long de la rencontre.
Les Sea Dogs découvrent l'adversité
Mathieu Joseph ne l'a pas caché, échapper le match avec moins de 13 secondes à faire en troisième période était difficile à avaler. Le joueur des Sea Dogs a toutefois assuré que son équipe était prête à faire face à l'adversité.
Après des balayages lors des deux premiers tours éliminatoires, les champions de la saison régulière sont maintenant au coeur d'une chaude lutte face aux Saguenéens. La série est maintenant un deux de trois et les Sea Dogs ont l'avantage de la glace.
« C'était une guerre sur la glace on a donné tout ce qu'on pouvait, a résumé Mathieu Joseph, auteur de deux des trois buts des siens. Je pense qu'on a travaillé fort et il faut leur donner du crédit. Ils ont joué un bon match défensif, leur gardien a été bon et ils ont bloqué beaucoup de lancers. C'est maintenant une série 2-2, il ne faut pas paniquer mais il va falloir travailler plus fort. »
Joseph a juré que son équipe ne prenait pas les Saguenéens à la légère.
« Je ne pense pas qu'on soit surpris, honnêtement, a répondu le hockeyeur. On sait que c'est une équipe qui travaille fort, avec un bon système de jeu. Ce n'est pas facile jouer contre eux et on sait ce qu'on a à faire. »
L'entraîneur-chef des Sea Dogs, Danny Flynn, n'était pas trop découragé lors de son entretien avec les représentants des médias. Il est d'ailleurs prêt à jouer une série de sept parties.
« Ils ont vraiment une bonne équipe et on le savait, a partagé l'entraîneur d'expérience. On a raté plusieurs chances de marquer et on doit toucher le filet davantage. Il reste que c'est une série serrée et il faut trouver le moyen de remporter ce genre de match. »
Danny Flynn n'a pas voulu lancer la pierre à certains de ses piliers offensifs, un peu plus effacés sur la glace du Centre Georges-Vézina.
« On gagne en équipe et on perd en équipe, a-t-il soutenu. On doit lancer au but et remporter la bataille des unités spéciales. C'est maintenant une série égale. »
Les Sea Dogs ont terminé le match avec 33 tirs en direction de Julio Billia, dix de plus que les Saguenéens sur Callum Booth.