Afin de boucler la boucle de l’aventure des Sags au Palais des sports de Jonquière, le jour même du retour de l’équipe au Centre Georges-Vézina, Serge Proulx et Richard Létourneau ont souligné la contribution de toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans ce déménagement.

Une réussite grâce au travail d'équipe

Dans l’esprit des dirigeants des Saguenéens de Chicoutimi, sans la collaboration de tous les acteurs impliqués de près ou de loin dans le déménagement de l’équipe à Jonquière, l’aventure du Palais des sports n’aurait pas obtenu le même succès.

Alors que les joueurs s’entraînaient pour une première fois en plus d’un mois sur la grande glace du Centre Georges-Vézina, le président Richard Létourneau et le directeur des opérations Serge Proulx ont tracé le bilan des dernières semaines, afin de boucler la boucle sur la fermeture-surprise de l’aréna pendant plus d’un mois. Ils voulaient ainsi souligner les contributions, qu’elles soient petites ou grandes. 

« On l’a dit au début et je pense que c’est important à la fin de le redire. Il y a des gens qui ont travaillé fort là-dedans et qui se sont fait un point d’honneur de rendre service. C’est la beauté de tout ça », rappelle Richard Létourneau. 

« Il s’est passé quelque chose d’extraordinaire, lance-t-il. Souvent, c’est dans l’adversité que tu peux voir comment la nature humaine est capable de se virer de bord. Quand tout le monde veut le faire, on peut travailler main dans la main. »

« Tout le monde a embarqué à partir du vendredi soir où on a eu le téléphone pour nous dire que le Centre Georges-Vézina était condamné. Le match du mardi a été remis parce que c’était impossible de faire quoi que ce soit. Par la suite, ça été “go go go” et on a eu tout le support dont on avait besoin de partout », de laisser tomber le président des Sags, soulignant la contribution de la Ville et des Marquis de la Ligue nord-américaine, ainsi que la souplesse des autorités de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. 

« Nous prêter la chambre des joueurs, ça peut paraître facile, mais on voyait que c’était de bon cœur », indique-t-il, ajoutant que les employés des Sags avaient également un bureau au Palais des sports. Il rappelle également que les représentants de Diffusion Saguenay ont appelé tous les détenteurs d’abonnements de saison. 

« Quand on regarde ça maintenant que c’est terminé, c’est positif. Ç’a également permis aux gens d’ici de voir du hockey junior sur une patinoire de dimension régulière », estime Richard Létourneau. 

Pour sa part, Serge Proulx a été impressionné par la collaboration de tout le monde lors du lundi suivant la fermeture, une journée complètement folle avec de nombreuses démarches. « Je n’oublierai jamais cette journée dans ma vie. Dans 20 ou 30 ans, je vais m’en souvenir encore, raconte-t-il. Ce lundi-là, c’était comme “wow”. Ça coulait. Il n’y a pas eu de problèmes ou de gens réfractaires qui mettaient de l’eau dans le gaz. »

« [Pour le premier match à Jonquière] Contre Québec, on ne pouvait pas se planter, on devait être solides. Ç’a été accompli grâce au travail de tout le monde », fait valoir Serge Proulx.

« Dans une situation comme celle-là, il y a beaucoup d’insécurité. Nos partisans, face à leurs questions, avaient des réponses. C’est pour ça que ç’a fait boule de neige à partir du match contre Québec », exprime-t-il. 

2e saison

Les Saguenéens concluront leur saison régulière en fin de semaine avec deux affrontements face aux Huskies de Rouyn-Noranda. Pour le personnel administratif et les employés, le retour au Centre Georges-Vézina demande des ajustements. 

« Je ne dirais pas que c’est complètement un deuxième début de saison, mais il y a une partie de ça, oui », indique Serge Proulx, donnant en exemple certains changements de commanditaires ou les commandes à faire pour la restauration. 

« C’est comme si de rien n’était, mais il y a eu un gros travail de fait. C’est une logistique assez imposante », note le directeur des opérations. 

Les joueurs des Sags ont tenu un premier entraînement sur la patinoire olympique du centre Georges-Vézina en plus d’un mois. Ils accueilleront les Huskies de Rouyn-Noranda samedi et dimanche.

Chronologie des événements

• vendredi 9 février: le centre Georges-Vézina est fermé au moins pour trois semaines

• Dimanche 18 février: 1er match au Palais des sports devant 2724 spectateurs face aux Remparts

• Mercredi 28 février: dépôt du rapport de Gémel et annonce des travaux de renforcement de la structure

• Lundi 5 mars: dernier match au Palais des sports face aux Voltigeurs de Drummondville. En six matchs, les Sags ont conservé un dossier de 4-2.

• Lundi 12 mars: confirmation que le centre Georges-Vézina est conforme après l’ajout de 32 plaques d’acier. 

• Jeudi 15 mars: Retour des Sags sur la patinoire du centre Georges-Vézina. Il y affronteront les Huskies deux fois, vendredi et samedi. 

Pointes de plume

• L’entraîneur-chef Yanick Jean a senti une certaine fébrilité jeudi matin pour le premier entraînement de l’équipe en plus d’un mois sur la patinoire du Centre Georges-Vézina. «Tout le monde avait le sourire et était content de revenir, a révélé le pilote des Bleus à sa sortie de la glace. On va essayer de revenir le plus rapidement possible à ce qu’on faisait bien. Il y a une manière de jouer sur la grande glace. C’est différent, on le sait. On n’essaiera pas de faire croire le contraire. Il faut revenir à ça et, surtout, avoir la bonne approche.»

• Tant les Sags que les Huskies auront quelque chose à gagner lors de la dernière fin de semaine d’action. Les Sags tentent de décrocher le 14e rang tandis que les Huskies, assurés de l’avantage de la glace en première ronde, peuvent encore se faufiler jusqu’en 6e place. La situation plaît à Yanick Jean. «Tu veux avoir un enjeu jusqu’à la fin. C’est le meilleur moyen de se préparer pour les séries et d’avoir le comportement nécessaire. Les gars savent ce qu’ils doivent faire. On veut être le plus près possible pour allumer l’interrupteur du mode des séries», d’expliquer Yanick Jean qui n’a pas l’intention de surveiller plus qu’il faut le classement. «Ça ne change rien. On ne saura pas contre qui on va jouer avant samedi après le match pareil», de noter le pilote des Bleus qui offrira un départ à chaque gardien...

• Blessé pendant le match face aux Remparts mercredi, le défenseur Gabriel Villeneuve ne sera pas disponible pour les deux rencontres...