Liam Stevens a ouvert la marque en première période en récupérant un retour de lancer.

Une rentrée ratée à Jonquière pour les Sags

Les Saguenéens ont raté leur ouverture locale... au mois de février! Obligés de jouer leurs prochains matchs locaux au Palais des sports de Jonquière, ils ont subi une première défaite dans leur domicile temporaire, devant 2724 spectateurs, dimanche après-midi, par la marque de 4-2 contre les Remparts de Québec.

« Ce n’était pas la même ambiance que d’habitude et c’était étrange un peu, a convenu l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, après la rencontre. C’est sûr que ç’a fait drôle. »

Oui, les conditions étaient différentes, mais Jean a rejeté du revers de la main la thèse de la distraction pour expliquer la défaite de dimanche. 

Ce n’est pas un facteur, a assuré le pilote chicoutimien. Les gens en poste ont fait un travail incroyable pour que tout soit correct. Chapeaux à ceux qui se sont virés de bord et qui ont eu une grosse semaine de travail pour y arriver. »

Les Saguenéens ont débuté le match du bon pied en étant les premiers à s’inscrire au pointage. Liam Stevens, nouvel employé sur l’avantage numérique, a saisi un retour de lancer pour faire 1-0.

La réplique des Remparts est venue rapidement. Vingt-neuf secondes pour être exact. Alors qu’il y avait beaucoup de circulation devant le filet d’Alexis Shank, Louis-Filip Côté a logé un retour de lancer derrière la ligne des buts.

Moins de deux minutes plus tard, Pascal Laberge a donné les devants aux Remparts à l’aide d’un tir bas, côté bloqueur. Puis avant la fin de la première, Matthew Boucher a profité d’une erreur de communication entre Alexis Shank et Stephen Templeton pour augmenter l’avance des Remparts.

« On a changé des choses pour jouer ici, a toutefois confirmé Yanick Jean. En première période, on s’est fait battre sur des erreurs de système. Ce n’est pas un manque de volonté, c’est surtout par rapport à ce qu’on a vu au cours de la semaine. »

Les chances de marquer n’ont pas été nombreuses au deuxième engagement, même si les Sags et les Remparts ont chacun obtenu deux occasions avec l’avantage d’un homme. Mathieu Desgagnés a profité d’une rarissime occasion en toute fin de période, sur un jeu exécuté à la perfection. 

Kevin Klima a remporté la mise en jeu, reprise par Vladislav Kotkov. Le Russe a décoché un lancer dont le retour a été récupéré par Desgagnés. Tout à coup, les Saguenéens revenaient dans le match en réduisant l’écart à un but.

Quelques minutes avant le but de Desgagnés, Zachary Lavigne s’est échappé en désavantage numérique, mais Dereck Baribeau a fait l’arrêt avec sa jambe gauche.

En troisième, les Remparts ont réussi à fermer le jeu, jusqu’au deuxième but de Matthew Boucher, marqué dans un filet désert.

Effectifs réduits

Déjà limités en termes de gros canons offensifs, les Saguenéens doivent maintenant composer avec de lourdes pertes en attaque. Kelly Klima (commotion cérébrale), Félix-Antoine Marcotty (aine) et Charles Tremblay (virus) sont sur la touche.

Cette situation force le groupe d’entraîneurs à se creuser le coco, à la recherche de solutions gagnantes.

« On s’en ressent offensivement, a soutenu Yanick Jean. On essaie de trouver des combinaisons, de jouer avec nos combinaisons. On a seulement 11 attaquants en santé et c’est la raison pour laquelle on joue beaucoup avec les trios présentement. »

L’attaque massive des Bleus subit également les contrecoups du manque de profondeur à l’attaque. Face aux Remparts, elle a été limitée à un but en six occasions.

Les Saguenéens ont finalement terminé la partie avec 24 tirs, six de moins que leurs rivaux. «On a fait des changements (sur l’attaque massive) et on va continuer, a prévenu Yanick Jean. On veut des joueurs qui sont engagés à exécuter une structure et on va procéder à des changements jusqu’à tant qu’on y arrive. »

Mathieu Desgagnés a ramené son équipe dans le match en comptant un but en fin de deuxième période.

Palais des sports: une bonne histoire sans plus

Il est peut-être venu le temps de se demander si le transfert des Saguenéens au Palais des sports pour les prochains matchs est davantage une bonne histoire pour les journalistes.

Tous les acteurs interrogés après le match s’entendaient pour dire que les distractions étaient négligeables. Soit ils sont de bons acteurs, soit ils disent la vérité, mais ils ont tous préféré parler du match que des éléments extérieurs.

« Je pense que les gars étaient surtout excités en début de match, a fait remarquer le défenseur Jérémy Groleau. On a fait des bonnes choses, mais c’est sûr qu’il y a encore des choses à améliorer. Le premier match est derrière nous, on doit maintenant se concentrer sur les prochains. »

D’ici le prochain match des Saguenéens à Jonquière, prévu mardi soir contre les Cataractes de Shawinigan, les joueurs vont s’entraîner en matinée au Palais des sports. 

Tout le matériel demeure aussi au même endroit.

« La période d’adaptation est complétée, il faut maintenant se concentrer sur notre travail », a conclu Groleau.

Dereck Baribeau a connu une bonne sortie devant la cage des Remparts.

LES BOUCHER SE RAPPELLENT

Le match des Remparts face aux Sagueneéns au Palais des sports a rappelé de bons souvenirs à la famille Boucher. Philippe, l’entraîneur-chef, était le gérant de l’équipe pee-wee qui a remporté les grands honneurs du Tournoi provincial de hockey pee-wee de Jonquière en 2010. Son fils Matthew faisait partie de cette formation.

Le capitaine des Diables rouges s’est fait plaisir, dimanche, en enfilant deux des quatre buts de son équipe dans la victoire de 4-2 des Remparts.

« Ça fait un petit bout ! C’était vraiment l’fun, je m’en souviens. Je ne me souvenais pas que la glace était aussi petite, mais ce sont des beaux souvenirs », a raconté Matthew Boucher.

Il est bon de rappeler que la surface de jeu du Palais des sports est longue de 185 pieds, 15 pieds de moins de ce qu’on voit dans la majorité des autres arénas de hockey.

« On n’est pas habitué de jouer sur ce genre de patinoire, mais c’est comme ça pour l’autre équipe, a fait remarque Matthew Boucher. Ça nous a peut-être avantagés un peu, considérant que c’est plus difficile de fermer le jeu sur une glace olympique contre les patineurs rapides des Saguenéens. »

Chassés du Centre Vidéotron pendant la présentation du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, les Remparts ont trouvé le moyen d’engranger dix points sur dix pendant leur exil. 

« En début de saison, on était difficile à affronter en jouant des matchs serrés, a rappelé Boucher fils. Quand ça va moins bien, on s’éloigne un peu de ce plan de match. On n’a pas le genre d’équipe qui peut battre l’adversaire en se fiant sur l’attaque uniquement. C’est la défensive et notre système de jeu qui dictent notre manière de jouer. »

Les Remparts sont toujours au plus fort de la course au classement général. Avec 69 points, ils sont à un seul point des Tigres de Victoriaville, qui ont gagné dimanche après-midi.

« À ce point de la saison, c’est important de ramasser le maximum de points, a souligné Matthew Boucher. On a eu une passe plus difficile il y a environ un mois, mais on joue bien au cours des derniers matchs et on a une belle fiche. »

Papa de Matthew, mais surtout entraîneur-chef des Remparts, Philippe Boucher a laissé son violon dans son étui lorsqu’est venu le temps de parler de la position de son équipe au classement général.

« On veut avoir l’avantage de la glace, a-t-il affirmé. Il faut faire notre part et aller chercher des victoires. On regarde le classement un peu, mais ça ne donne rien de regarder trop loin. Il faut faire le travail. »

Pour ce qui est du match des siens présenté exceptionnellement au Palais des sports, Philippe Boucher a parlé d’une rencontre comme une autre, refusant de parler de toute forme de distraction.

« C’est parfait, j’aurais joué ici n’importe quand et j’ai toujours aimé venir dans cet amphithéâtre, a soutenu l’ancien hockeyeur professionnel. On a été bien accueilli, tout était bien organisé et il n’y avait aucun changement pour nous. De plus, je favorise une glace de dimensions conventionnelles. » J

POINTES DE PLUME

• Rien de fâcheux à signaler dans le déroulement de ce premier match au Palais des sports. Petit moment cocasse : l’annonceur-maison Marc Langlois a invité le détenteur du numéro gagnant de la Loto-Sags à se présenter à l’entrée principale du Centre Georges-Vézina. Il s’est repris quelques secondes plus tard...

• Le directeur des opérations des Saguenéens, Serge Proulx, a donné une excellente note à ceux et celles qui ont travaillé à l’organisation du match. « Les représentants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, que ce soit ceux sur place ou par téléphone, nous ont offert d’intenses félicitations », a-t-il souligné.

• Serge Proulx a d’ailleurs fait savoir que les Sags ont déjà joué au Palais des sports, en 1997, contre les Prédateurs de Granby. Il ne pouvait cependant préciser la date exacte, non sans avoir fait des recherches. Ceux qui en connaissent davantage peuvent toujours communiquer avec nous...

• C’était la fête de la mascotte Sago, dimanche. Plusieurs autres mascottes ont été invitées pour l’occasion et tout ce beau monde a joué à la chaise musicale au centre de la glace lors du deuxième entracte. Quand on sait comment avoir du plaisir...

• Kevin Klima a récolté son 150e point en carrière dans la LHJMQ sur le but de Mathieu Desgagnés...