Cette saison, les Sags ont remporté quatre des six duels avec l’Océanic. La série quatre de sept débutera vendredi à Rimouski.

Une longue série à prévoir

ANALYSE / Les Saguenéens retrouvent l’Océanic au premier tour des séries. S’il s’agit d’un premier affrontement entre les deux équipes depuis 2014, les Rimouskois ont écarté les Chicoutimiens trois fois, au cours des dix dernières années, en ronde initiale dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Est-ce que les Sags renverseront la vapeur à compter de vendredi ?

En 2014 et en 2009, l’Océanic n’a fait qu’une bouchée des Sags, terminant le travail en quatre petites rencontres, mais en 2010, les Sags avaient vendu beaucoup plus chèrement leur peau que prévu, s’inclinant en prolongation au septième et ultime match. La ressemblance principale avec le duel de cette année, c’est que les Sags sont encore une fois négligés face à la formation du Bas-Saint-Laurent. Toutefois, les probabilités que la série s’étire sont excellentes et les Sags ont des chances légitimes de sortir victorieux de cet affrontement.

Les deux équipes ont terminé leur saison respective sur des directions différentes. Au final, seulement sept points ont séparé les deux rivaux de division, un nombre qui était le double à la mi-février, ce qui en fait l’une des séries de premier tour les plus intéressantes dans la LHJMQ. Alors que les Sags ont terminé leur calendrier régulier en force avec sept victoires de suite, les Rimouskois ont été moins convaincants dans le dernier droit, ce qui n’est certainement pas étranger à l’absence du vétéran Charle-Édouard D’Astous, le meilleur pointeur de l’histoire de l’équipe pour un défenseur. Le retour prévu de Jérémy Groleau fera également le plus grand bien à la brigade défensive chicoutimienne.

Fait surprenant au premier coup d’œil, en deuxième moitié de saison, les Sags ont obtenu deux points de plus que l’Océanic avec 50 contre 48. Ils ont également eu le dessus lors des six affrontements en saison régulière avec quatre victoires. La progression des jeunes Sags est fulgurante, mais est-ce que ce sera suffisant pour venir à bout de l’une des formations favorites en début de saison ? L’Océanic aligne dix joueurs de 19 ans contre seulement quatre pour les Sags. Toutefois, en s’attardant aux chiffres, l’expérience est moins favorable qu’elle n’y paraît à Rimouski. Les Sags peuvent compter sur les deux joueurs qui ont le plus d’expérience en séries, Morgan Nauss et Liam Murphy, avec respectivement 37 et 35 rencontres.

Quand on pense à l’Océanic de Rimouski, on pense immédiatement au surdoué de 17 ans Alexis Lafrenière. L’attaquant, qui a amassé 105 points, n’est toutefois pas seul à mener l’attaque de l’Océanic qui a marqué 272 fois en saison régulière, une moyenne d’exactement quatre buts par match, ce qui se traduit par six joueurs ayant franchi la barre des 50 points. C’est moins spectaculaire pour les Sags, qui peuvent tout de même produire et compter sur une profondeur intéressante, mais qui n’ont tout de même pas les moyens de se lancer dans une guerre offensive.

Devant le filet, Alexis Shank et Colten Ellis montrent des statistiques très semblables. Le gardien des Sags, qui fera son baptême en séries vendredi, a été époustouflant dans le dernier droit avec une séquence de 12 victoires. Il sera testé par les gros canons adverses. Il peut faire la différence, tout comme son vis-à-vis, qui a derrière la cravate l’expérience de l’an dernier, malgré l’élimination des siens en sept rencontres devant les Wildcats de Moncton en première ronde.

Si les Sags ont connu relativement de succès dans leurs six duels face à l’Océanic, c’est d’abord et avant tout parce qu’ils ont réussi à limiter cette redoutable attaque. Dans trois des quatre victoires, ils ont permis deux buts ou moins. Bien entendu, l’attaque massive de l’Océanic ne permet pas non plus beaucoup d’écart sur le plan de la discipline. Cet élément a fait défaut pour une rare fois chez les Sags, lors de la dernière fin de semaine, et ils en ont payé le prix malgré les deux victoires. C’était toutefois un bon rappel à l’ordre à l’approche des séries. La victoire des Chicoutimiens 4-1 au début du mois, à Rimouski, représente bien la recette gagnante, soit un mélange d’efficacité défensive, de discipline, un gardien de but solide et de l’opportunisme.

Depuis son arrivée à la barre de l’équipe, Yanick Jean se fait un devoir de toujours bien préparer son équipe pour le début des séries éliminatoires. Les Sags ne sont jamais une proie facile dans un quatre de sept et les joueurs de l’Océanic ont intérêt à ne pas l’oublier.

+

AILLEURS DANS LE CIRCUIT

Conférence Est

  • Québec (8) vs Halifax (1) : Les Mooseheads ont bataillé ferme pour cette première place qu’ils ont acquise à leur dernier match et seront gonflés à bloc quand la rondelle va tomber. Les Remparts ne seront pas en mesure de suivre la parade. Mooseheads en 4
  • Moncton (7) vs Baie-Comeau (2) : Le Drakkar se retrouve avec un adversaire qui n’est pas commode du tout. Depuis l’arrivée de John Torchetti derrière le banc, les Wildcats sont beaucoup plus convaincants. Avec deux des cinq meilleures attaques de la LHJMQ, il risque de se marquer pas mal de buts. Drakkar en 6
  • Cap-Breton (4) vs Charlottetown (5) : Un seul point a séparé les deux équipes qui ont pris des directions différentes aux Fêtes. Les Islanders ont sacrifié Pierre-Olivier Joseph, mais ont maintenu le rythme, tandis que les Screaming Eagles ont fait quelques achats, dont Shawn Boudrias, ce qui devrait faire la différence. Screaming Eagles en 6

Conférence Ouest

  • Shawinigan (8) vs Rouyn-Noranda (1) : 86. C’est le nombre de points qui séparent les deux équipes en saison régulière. Les Cataractes n’ont pas gagné à leurs 15 derniers matchs et les Huskies ont une seule défaite en 2019. Difficile de croire que ce sera serré. Huskies en 4
  • Gatineau (7) vs Drummondville (2) : Une autre série de première ronde qui met aux prises une équipe qui a cumulé plus du double de points que l’autre. Les Olympiques devront être plus inspirés que dans le dernier droit pour simplement tenir tête aux Voltigeurs. Voltigeurs en 4
  • Blainville-Boisbriand (6) vs Sherbrooke (3) : Assurés du troisième rang depuis des semaines, les Sherbrookois ont levé le pied dans le dernier mois et, comme a prévenu l’entraîneur-chef Stéphane Julien après une défaite à Chicoutimi, cet interrupteur ne peut pas s’allumer en cliquant des doigts. L’Armada n’a pas les mêmes ressources, mais vendra chèrement sa peau. Phoenix en 5
  • Val d’Or (5) vs Victoriaville (4) : Voilà deux équipes qui ont grandement dépassé les prévisions du début de saison. Dans les deux cas, se retrouver en deuxième ronde éliminatoire représenterait tout un accomplissement. L’expérience des Tigres sera un gros atout.