Les joueurs du Drakkar se sont entraînés sur la glace du Centre Georges-Vézina, jeudi après-midi, en vue de leur affrontement face aux Saguenéens, vendredi.

Une fin de semaine baromètre

C’est en se mesurant aux meilleurs qu’on s’améliore, dit un dicton ancien. Les Saguenéens mettront en pratique cette philosophie, en fin de semaine, avec une série aller-retour contre le Drakkar de Baie-Comeau, troisième au classement général de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Les deux équipes s’affrontent une première fois vendredi soir, sur la glace du Centre Georges-Vézina, avant de remettre ça samedi, sur la Côte-Nord.

Lors du premier week-end de la saison, les Nord-Côtiers avaient balayé la série entre les deux équipes. Depuis ce temps, les Sags ont subi une seule défaite en temps réglementaire et trois autres en temps supplémentaire.

« On veut se comparer avec les meilleurs et le Drakkar en fait partie, a annoncé l’entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean. Ils ont une équipe impressionnante à voir jouer et ils sont très bons offensivement. De notre côté, on sait ce qu’on a à faire et il faut bien l’appliquer. Ce sont des bons défis pour nous. Jouer 10 fois contre Baie-Comeau et six fois contre Rimouski, faire face à de l’adversité aussi souvent que ça, je suis convaincu que ça va aider notre équipe à s’améliorer. »

Les 16 affrontements contre le Drakkar et l’Océanic représentent le quart du calendrier régulier. Les deux clubs postés sur chacune des rives du fleuve Saint-Laurent sont pressentis pour faire partie des puissances de la LHJMQ cette saison. Le défi sera donc effectivement de taille lorsque les Bleus auront rendez avec ces deux rivaux de section.

Les Saguenéens ont perdu 3-1 et 6-4 contre le Drakkar lors des deux premiers matchs de la saison régulière, les 21 et 22 septembre.

Les attaquants Zachary Lavigne et Vladislav Kotkov, ainsi que le défenseur Jérémy Groleau étaient absents. Un mois plus tard, Yanick Jean estime que bien des choses ont changé.

« C’est loin et il nous manquait des joueurs, a relativisé Jean. Je ne me base pas sur les premiers matchs de l’année, mais je peux quand même me baser sur leur rendement global depuis le début de la saison. »

Nouvelles combinaisons

Tout comme dans la dernière portion du match de dimanche contre les Huskies de Rouyn-Noranda, Yanick Jean a testé de nouvelles combinaisons offensives à l’entraînement. Théo Rochette pivotait un trio complété par Félix-Antoine Marcotty et Justin Ducharme, Samuel Houde jouait en compagnie de Vladislav Kotkov et Jesse Sutton, puis Jérémy Fortin, Zachary Lavigne et Tristan Pelletier composait l’autre des trois premières unités.

« On avait une stabilité lors des 12 premiers matchs et on a vu certaines choses, a rappelé le coach en chef des Bleus. C’était juste le temps de brasser la sauce un peu avant qu’elle prenne au fond. Il est encore tôt dans la saison, on va continuer de tenter des expériences. »

C’est Alexis Shank qui aura la mission d’affronter le Drakkar, vendredi soir. En raison des joueurs blessés, Xavier Labrecque a de nouveau été rappelé pour les matchs de la fin de semaine.

+

LE DRAKKAR GARDE LE CAP

Fort d’une séquence de sept victoires et un seul revers en tirs de barrage pour amorcer la saison, le Drakkar a légèrement ralenti au cours des six derniers matchs avec une fiche de ,500. Malgré tout, la troupe de Martin Bernard démontre qu’elle fait partie des menaces du circuit Courteau.

Il faut également mettre en contexte que le Drakkar a perdu contre Drummondville, Rimouski et Rouyn-Noranda, trois des meilleures équipes de la ligue. Seul le match face aux Voltigeurs est à oublier, dans une défaite de 7-1.

« On a un bon groupe de joueurs et les gars répondent bien, a soutenu Martin Bernard, rencontré à la suite de l’entraînement du Drakkar au Centre Georges-Vézina. Malgré les résultats contre Rimouski et Rouyn-Noranda, on a connu de bonnes performances. Il faut regarder comme on joue au lieu de mettre l’accent sur le résultat. Ce qu’on veut, c’est s’améliorer tous les jours et être meilleurs aujourd’hui qu’hier. »

Pour la partie contre les Sags, le chef d’orchestre du Drakkar s’attend à un match âprement disputé face à une équipe « toujours bien préparée ». Le facteur de la patinoire aux dimensions olympiques est également à considérer.

« C’est toujours une adaptation, on ne se fera pas de cachette, a prévenu Martin Bernard. Yanick joue 34 matchs avec son équipe sur la glace olympique, donc il sait comment l’utiliser et il sait dans quelles zones aller et ne pas aller. C’est complètement différent d’une glace standard. Sans en faire un plat et tout chambarder de A à Z, c’est un facteur. »