Acquis contre un choix de 7e ronde, Antoine Demers fera ses débuts avec les Sags, samedi, face au Phoenix de Sherbrooke.

Une audition d’un mois pour Antoine Demers

Le nouvel attaquant de 20 ans des Saguenéens Antoine Demers a un mois pour prouver aux entraîneurs qu’il mérite un poste pour la deuxième moitié de saison.

La transaction avec l’Armada a été confirmée vendredi matin, tel qu’annoncée dans l’édition du Quotidien de vendredi. En retour du joueur de centre qui compte 148 matchs d’expérience dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Chicoutimiens ont cédé un choix de 7e tour en 2021. «Il est responsable. Il est capable de jouer contre n’importe qui. Il a même eu de très bonnes séquences en carrière offensivement», fait valoir l’entraîneur-chef et directeur général Yanick Jean à propos du natif de Sherbrooke qui en est à sa quatrième saison dans le circuit Courteau, ayant amassé 93 points, dont sept en neuf rencontres cette saison. Le joueur de 5 pieds 8, 160 livres, a notamment marqué le but de la victoire pour l’Armada le mois dernier en prolongation dans un match disputé au centre Georges-Vézina.

«On s’est parlé. Il y a quelques scénarios possibles rendu aux Fêtes. On évalue notre équipe avec lui dans notre alignement jusqu’à la période des Fêtes», raconte Yanick Jean.

Antoine Demers, qui a également porté les couleurs des Cataractes pendant deux ans, est celui qui a écopé après avoir été pris dans un ménage à quatre chez les 20 ans avec l’organisation montréalaise, alors que la règle permet d’en aligner seulement trois par rencontre. «Je suis content de lui donner une deuxième chance. On avait seulement deux 20 ans et l’Armada quatre. Il va ainsi pouvoir rester dans la ligue. C’est un travailleur honnête», souligne le grand manitou des Sags. Le nouveau venu complète maintenant le trio chez les Sags avec deux autres attaquants, Ethan Crossman et le Jonquiérois Rafaël Harvey-Pinard.

«C’est une deuxième chance pour lui et de la profondeur pour nous. Ça peut devenir gagnant-gagnant. On avait une place. En plus de l’absence de Vlad (Kotkov), on joue beaucoup de matchs avec un voyage dans les Maritimes. On n’est pas à l’abri d’une autre blessure. On ne veut pas être en réaction, mais proactifs. C’est la raison pour laquelle on a fait cet échange même si on avait seulement Kotkov sur la liste des blessés», d’expliquer Yanick Jean.

Conscient qu’il se retrouve en audition pour le prochain mois, Antoine Demers était bien heureux de recevoir le coup de fil lui annonçant la nouvelle, jeudi soir. «En plus, c’est une bonne organisation qui a une bonne saison jusqu’ici. Je suis bien content», a-t-il partagé après son premier entraînement avec sa nouvelle équipe en après-midi.

«Je vais y aller au jour le jour et je vais tout donner. Je veux profiter de la chance qui m’est offerte au maximum», d’avancer Antoine Demers qui fera ses débuts avec les Sags samedi lors de la visite du Phoenix de Sherbrooke.

+

UNE GROSSE SÉQUENCE DE CINQ RENCONTRES

Les Sags entameront samedi la séquence la plus difficile de leur calendrier de la première moitié de saison en accueillant les détenteurs du premier rang du classement de la LHJMQ et du top-10 de la Ligue canadienne de hockey, le Phoenix de Sherbrooke. 

La formation menée par Stéphane Julien n’a perdu qu’un match en temps réglementaire cette saison et montre une récolte à faire frémir de 38 points en 21 matchs. Le Phoenix s’est amené à Chicoutimi tard vendredi soir sur une série de 14-0-1. 

«Pour moi, nos cinq prochains matchs, c’est une grosse séquence baromètre pour nous à l’approche de la période de transactions. C’est la séquence la plus importante. Avec la qualité des équipes qu’on va affronter, ce sera un très bon test», de constater l’entraîneur-chef Yanick Jean à propos d’une séquence qui se poursuivra dimanche face aux Remparts et dans les Maritimes contre Moncton, Saint-Jean et Cap-Breton. 

«On est en évaluation continuelle avec notre équipe. On va jouer des équipes de qualité. On veut voir comment on réagit, pas seulement une fois, mais dans des matchs consécutifs et dans une série de cinq rencontres», de mettre en avant-plan le pilote des Bleus. 

Lors du premier affrontement entre les deux équipes, au tout premier match de la saison à Sherbrooke, les locaux avaient créé l’égalité avec une dizaine de secondes au cadran avant de l’emporter en prolongation. «Il faut jouer notre style et avec nos forces. On a toujours été un club qui se bat pour récupérer la rondelle. On veut être certain de bien jouer des deux bords», de rappeler Yanick Jean, convenant que ses troupiers ne pourront se permettre beaucoup de revirements. 

«C’est la base de toute défensive. Quand tu as la rondelle, tu ne peux pas la redonner à l’autre équipe», note-t-il.  Le Phoenix devra se débrouiller sans l’un de ses meneurs offensifs, le vétéran Félix Robert, en raison d’un virus, a laissé savoir l’organisation sherbrookoise sur les réseaux sociaux. En 20 matchs, l’attaquant de 20 ans se dirige vers sa meilleure production en carrière avec une récolte de 38 points.