Olivier Galipeau pourrait battre le record pour le plus grand nombre de matchs disputés en carrière en série dans la LHJMQ lors des prochaines semaines.

Un record à la portée de Galipeau

Quand il a été acquis des Saguenéens, Olivier Galipeau a amené avec lui tout un bagage qui sera très utile au Titan d’Acadie-Bathurst lors du parcours éliminatoire. Si la formation du Nouveau-Brunswick fait un bon bout de chemin, le défenseur de 20 ans pourrait même battre un record de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Avec 63 parties, Galipeau pointe au 20e rang de l’histoire pour le plus grand nombre de matchs disputés en séries. Le record de 78 matchs appartient à l’attaquant Marc Bouchard qui, ironiquement, a porté les couleurs des Sags, puis du Titan entre 1994 et 1999. « Je veux essayer d’amener le plus possible ce que j’ai vécu. J’ai vécu beaucoup de choses en séries, que ce soit des matchs 7, la victoire, l’année dernière. On s’est aussi fait battre à Val-d’Or avec la plus grosse surprise de l’histoire contre l’Armada. J’ai vécu une remontée de 0-3 à l’emporter en sept », se rappelle Galipeau, avouant que ce sera bizarre d’affronter ses anciens coéquipiers. 

« J’ai vécu tellement de beaux moments avec les gars, les entraîneurs et les partisans. Je vais devoir laisser ça de côté et me concentrer sur notre équipe et ce qu’on a à faire, c’est-à-dire aller chercher quatre victoires, laisse-t-il tomber. C’est un drôle de scénario. Je dois me préparer comme si c’était une équipe comme une autre. On devra être prêts. Tout peut arriver en séries. 

« Le but, c’est d’aller chercher quatre victoires et c’est une série à la fois. C’est cliché, mais il n’y a rien de plus compliqué que ça, de poursuivre le défenseur. Il ne faut pas penser à ça trop vite. C’est vraiment une étape à la fois. Sinon, tu réfléchis trop et tu sors du moment présent. »

Depuis son arrivée dans la petite localité du Nouveau-Brunswick, Galipeau n’a pas perdu souvent, seulement six fois en 30 matchs, cumulant au passage 34 points en 30 rencontres. Si bien que les Mooseheads, qui profitaient d’un coussin d’une dizaine de points en janvier, ont été coiffés dans le dernier droit. « Avec tous les échanges, c’est le moment où on est rendus en ce moment qu’on attendait le plus, les séries. C’était quand même un processus parce que beaucoup de nouveaux joueurs arrivaient en même temps, de faire part Galipeau, très heureux à Bathurst, et d’évoluer devant des gradins remplis depuis quelques semaines. 

« Oui on avait hâte aux séries, mais on devait aussi apprendre à se développer en tant qu’équipe et s’améliorer. Je pense qu’on l’a bien fait », confie l’ancien des Sags et des Foreurs. 

Contribution

L’entraîneur-chef du Titan, Mario Pouliot, n’a pas besoin de se faire forcer la main pour louanger le vétéran défenseur. « Tout ce qu’il apporte, c’est d’une dimension inestimable », signale-t-il. 

« Tous ses éléments font en sorte que c’est un gars spécial et il rend notre équipe encore meilleure. C’est bien au-delà que ce qu’il fait sur la glace, reprend l’entraîneur. Pour moi, la grosse contribution d’Olivier Galipeau, c’est qu’il aide notre équipe à devenir meilleure. Il améliore notre culture. C’est un gars mature, une très bonne personne. C’est un pro. Après chaque match, il va dans le gym, ce qui a un effet d’entraînement sur les autres. Yanick me l’avait dit. Quand tu parles avec, tu parles avec un homme. »

Les Sags contre... les Sags

«Ce sont les Saguenéens contre les Saguenéens.»

L’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, n’a pas l’intention de discuter de l’adversaire de sa formation au premier tour éliminatoire. «On s’est occupés de nous autres toute l’année. On ne se préoccupera pas de l’autre équipe. On savait qu’on allait jouer une bonne équipe. Quand on a affronté un club de tête en deuxième moitié de saison, la plupart du temps, on a amené notre visage A1. On veut continuer en ce sens, mentionne le pilote des Bleus. On a axé sur le processus et progressé sur la saison. Je veux que ce soit une continuité.»

Dans le document remis aux joueurs dimanche, l’accent a été mis sur les Saguenéens. Le logo du Titan n’y apparaît pas. Pour Yanick Jean, avec le Titan favori, c’est la meilleure manière de faire. «C’est pour ça qu’on va se concentrer sur nous. Peu importe ce que les gens disent, le compteur retombe à zéro. Plusieurs nous mettaient hors des séries éliminatoires en début de saison, encore moins après les transactions. Maintenant, on va parler de nous, de Klima et de nos joueurs», d’exprimer l’entraîneur, confirmant que Zachary Bouthillier sera le gardien partant pour le premier match. Ce dernier a été brillant lors des victoires des Sags face à des équipes de premier plan lors des dernières semaines. 

«On a commencé l’année, on avait huit ans d’expérience dans notre brigade défensive et devant le filet. On a progressé énormément. On a été et de loin le meilleur club dans le bas du classement pour les buts contre», d’observer Yanick Jean qui a vécu son lot de surprises quand il était à la barre des Tigres, du mauvais côté en 2012, étant surpris par le Drakkar, mais du bon la saison précédente, face au Titan, puis en 2013 face aux Wildcats. Dave Ainsley

Pointes de plume

• Pour les partisans qui vont suivre le match à la radio ou sur le Web, avec le décalage, la première rencontre débutera à 18h, heure du Québec. Ce serait plate de rater une période...

• Le journaliste Dave Ainsley est sur place à Bathurst. Il fera un compte-rendu de chaque période sur le site Internet du Quotidien (www.lequotidien.com) en plus d’écrire tous les éléments pertinents de la rencontre sur son compte Twitter. Une couverture exhaustive avec des commentaires sera publiée le lendemain matin sur toutes les plateformes...