Le 3 janvier, les Sags étaient venus à bout des Tigres par la marque de 3 à 2 (photo). Hier, le scénario ne s'est pas répété, si bien que les Tigres ont obtenu leur revanche 5-4.

Un bel effort insuffisant

Les Saguenéens de Chicoutimi ont offert une opposition de qualité aux Tigres de Victoriaville, hier, mais ils ont tout de même quitté le Colisée Desjardins avec une défaite de plus à leur fiche. Ils ont baissé pavillon 5-4 devant un adversaire qui a passablement changé de visage au cours du dernier mois.
Depuis le 22 décembre, les Tigres ont réalisé pas moins de dix transactions. Les changements apportés rapportent des dividendes sur la glace puisqu'ils ont inscrit six victoires, deux revers et deux défaites en fusillade à leurs dix derniers matchs.
Hier, les Saguenéens ont comblé à deux reprises un recul de deux buts. Ils ont cependant été incapables de répliquer au cinquième filet des Tigres, celui de Jan Mandat inscrit à mi-chemin du dernier engagement.
«On ne peut pas dire que nous n'avons pas travaillé, a résumé l'entraîneur des Saguenéens, Patrice Bosch. Nous n'avons pas disputé un mauvais match, mais leurs deux buts en avantage numérique nous ont fait mal. Les Tigres forment une équipe de qualité et ils nous ont fait payer pour nos erreurs. »
Moins de 24 heures après avoir marqué douze buts contre les Screaming Eagles du Cap-Breton, les Tigres ont rapidement donné du travail à la défensive des Saguenéens. Ils n'ont pas eu besoin de six minutes pour inscrire leurs deux premiers filets, ceux de Jean-François Plante et Jonathan Diaby. Au cours des quatre minutes qui ont suivi, Janne Puhakka et Nicolas Roy ont répliqué pour les visiteurs. Plante a cependant inscrit son 36e filet de la saison avant le son de la sirène.
Le deuxième tiers a donné l'occasion aux Saguenéens de créer l'égalité. Après un but de Philippe Hudon, Roy et Laurent Dauphin ont ramené les deux équipes au même pied. L'impasse a tenu jusqu'au filet décisif de Mandat.
Devant le filet des Saguenéens, Julio Billia a fait face à 46 lancers. Son vis-à-vis François Tremblay a été mis à l'épreuve 31 fois.
«Je n'ai pas eu le temps de tout analyser, mais nous donnons beaucoup de lancers depuis quelques parties, a fait remarquer Patrice Bosch. Je pense que Victoriaville a obtenu beaucoup de lancers en avantage numérique, surtout en première période, mais il est évident que 46 lancers, c'est trop. »
«Nous avons réussi à générer de l'offensive pendant cette rencontre, ce que nous avions eu de la difficulté à faire depuis quelques matchs. Nous avons trouvé des façons d'être efficaces en avantage numérique. Le travail et l'intensité étaient là. »
«Victoriaville a une belle équipe et c'est encourageant de voir que nous pouvons bien rivaliser avec eux. Par contre, ils nous ont fait payer pour nos erreurs. Notre couverture défensive aurait dû être plus serrée. Que tu sois âgé de 16 ou 20 ans, le travail à accomplir reste le même. »
1- Jean-François Plante
2- Nicolas Roy
3- Jan Mandat