Un air de camp d’entraînement pour les Sags

Le duel préparatoire entre les Saguenéens et le Drakkar, vendredi soir, au centre Henry-Leonard de Baie-Comeau, aura vraiment un air de camp d’entraînement avec douze absents. Même en faisant appel à des renforts, les entraîneurs des Sags ne pourront compter sur un alignement complet.

« On a huit gars à des camps professionnels. C’est sûr qu’on manque de joueurs. On va amener quatre ou cinq joueurs affiliés pour le match de demain », a raconté l’entraîneur-chef des Sags, qui pourra compter sur trois lignes à l’attaque. Félix-Antoine Marcotty devrait être en uniforme comme dixième attaquant dans une utilisation restreinte pour lui donner un peu de tempo. Blessé jeudi dernier à Roberval face aux Cataractes, Félix-Antoine Drolet ratera toutefois l’affrontement.

Même l’ajout de renforts pour remplacer les joueurs absents a été compliqué avec le début de la saison régulière, en fin de semaine, tant dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec que dans le circuit collégial division un. « La chose la plus importante pour nous, c’est de ne pas faire manquer de match à des joueurs qui sont en saison régulière avec leur équipe », de raconter Yanick Jean. Son homologue Jon Goyens devra également composer avec un alignement réduit avec quatre vétérans absents.

À la suite du match de jeudi dernier, un revers de 6-5 devant les Cataractes, Yanick Jean avait promis que ses troupiers allaient remettre leurs bottes de travail à leur retour à l’entraînement. Avec autant de joueurs absents, l’aspect collectif a été également délaissé au profit notamment des situations à un contre un.

« C’est une bonne semaine d’entraînement avec le nombre de joueurs qu’on a », de convenir le pilote des Bleus à deux semaines du début de la saison régulière. C’est le cas chaque année depuis que le début de la saison a été repoussé de quelques semaines, afin d’avoir le maximum de joueurs de retour de leur camp professionnel au lancement des hostilités. Mais les camps d’entraînement semblent toutefois interminables.

« C’est de même pour tout le monde. C’est pour cette raison que lorsque nos vétérans vont revenir, ça va prendre un certain temps pour tout mettre sur la même page », de résumer Yanick Jean. Dave Ainsley