Alexis Shank réagit après avoir accordé le but gagnant en fusillade, inscrit par D’Artagnan Joly.

Trop peu trop tard pour les Sags

Après une deuxième période catastrophique, les Saguenéens de Chicoutimi se sont ressaisis, en troisième, pour forcer la fusillade contre le Drakkar de Baie-Comeau. Les visiteurs se sont tout de même sauvés avec une victoire de 4-3, vendredi soir, au Centre Georges-Vézina.

Dans ce premier duel de deux matchs en moins de 24 heures entre les deux rivaux, c’est l’indiscipline qui a surtout fait mal aux Bleus. Même si les deux équipes ont eu au final le même nombre de tirs au but (30), les hommes de Yanick Jean ont écopé de quatre pénalités mineures en deuxième période et n’ont lancé que trois fois en direction de la cage adverse.

« On s’est mis dans le trouble nous-mêmes. On a été égoïstes et ça nous a mis dans le pétrin pour le reste de la période. On s’était dit avant le match qu’il ne fallait pas qu’on se batte nous-mêmes, puis cette situation-là, c’est nous qui l’avons provoquée. Tu ne peux pas rester deux minutes sur la glace en avantage numérique quand tu as cinq dégagements. Ça montre de l’égoïsme, et ça, ce n’est pas les Saguenéens de Chicoutimi et on leur a fait savoir dans la chambre », a indiqué l’entraîneur-chef après la rencontre.

Après avoir pris les devants 2-1 en début de 2e, le Drakkar a pu profiter d’un cinq contre trois quand Jérémy Diotte et Ryan Smith ont été punis coup sur coup en fin de période médiane. L’attaquant baie-comois D’Artagnan Joly, nommé première étoile du match, a marqué dans le temps de le dire le troisième filet des siens.

L’espoir des Flames de Calgary est aussi celui qui a scellé le sort de la rencontre en fusillade en marquant le but gagnant au cinquième tour de tirs.

L’attaquant de 20 ans Jesse Sutton a inscrit le premier but des Saguenéens en avantage numérique, en fin de première période.

BON DÉBUT

Les Sags avaient pourtant connu un bon début de match avec plusieurs bons arrêts du gardien Alexis Shank pour donner le ton à la rencontre. Ce dernier, qui amorçait la rencontre avec la meilleure moyenne de buts alloués de la LHJMQ, a été pris de malchance sur le premier but, une rondelle qui a dévié sur le patin du défenseur Artemi Kniazev avant de faire son chemin dans le but.

Le défenseur Christopher Merisier-Ortiz a inscrit le deuxième filet des visiteurs sur un tir de la ligne bleue en entrée de zone qui s’est faufilé par magie derrière Shank.

Jesse Sutton avait préalablement inscrit le premier but des Bleus en avantage numérique en fin de première période. La recrue Théo Rochette a ensuite fait exploser de joie les 2603 spectateurs du Centre Georges-Vézina en marquant le but égalisateur avec 2 : 27 à faire au match en temps réglementaire.

REVANCHE SAMEDI

Il s’agit d’une troisième défaite en trois matchs cette saison pour les Saguenéens face au Drakkar, qui avait remporté les deux précédents duels par la marque de 3-1 et de 6-4.

Les deux adversaires ont rendez-vous de nouveau samedi à 16 h, au Centre Henri-Léonard de Baie-Comeau. Les Sags auront l’occasion de prendre leur revanche et Yanick Jean enverra Zachary Bouthillier devant le filet. Il espère que ses joueurs ont compris le message passé entre la deuxième et la troisième période vendredi soir.

« Je veux jouer le même genre de match. Il ne faut juste pas leur ouvrir la porte. S’ils gagnent, c’est correct, mais qu’ils nous battent. Je ne veux pas qu’on se batte nous-mêmes comme ce [qu’on a fait] en deuxième période », assure l’entraîneur-chef.

+

BAIE-COMEAU PROFITE DE SES CHANCES

Les deux équipes ont tout juste eu le temps de digérer ce match qu’ils devaient déjà penser à la rencontre prévue plus de 300 km plus loin, samedi après-midi, alors que ce sera au tour du Drakkar d’accueillir les Saguenéens, à 16 h, au Centre Henry-Leonard. 

Le pilote de Baie-Comeau a apprécié l’effort de ses joueurs, vendredi soir, mais est conscient que le match qui s’est terminé en tirs de barrage aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre. 

«Je pense que les deux équipes ne voulaient pas donner un pouce à l’autre et l’opportunisme a été là pour les deux équipes ce soir. C’est une équipe qui travaille, qui est bien structurée et il y a encore du travail à faire, a expliqué l’entraîneur-chef du Drakkar, Martin Bernard, tout juste avant de prendre la route de la maison. On n’a pas grand temps alors le plus important c’est de se dépêcher et de récupérer le plus vite possible.» 

+

POINTES DE PLUME

• Dans le cadre du week-end des rivalités de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), les gestionnaires des médias sociaux des Saguenéens et du Drakkar se sont relancés tout au long de la journée avant le match de vendredi sur Twitter. Sous le mot clé #DuelDuNord, les deux organisations se sont narguées à coups de publications plus amicales qu’autre chose. Le week-end des rivalités oppose des équipes aux rivalités naturelles partout dans la ligue, comme Québec–Rimouski, Rouyn-Noranda–Val-d’Or ou encore Victoriaville–Shawinigan. 

• Parlant de médias sociaux, le défenseur robervalois de l’Avalanche du Colorado, Samuel Girard, a fait parler de lui, vendredi, mais pas pour ses performances sur la glace. Une vidéo tournée jeudi et mise en ligne par l’Avalanche a fait le tour du Web vendredi. Lors d’un événement caritatif, le capitaine Gabriel Landeskog donne le micro à Girard pendant que le reste de l’équipe lui crie «chante, chante». Le moins qu’on puisse dire, c’est que le jeune défenseur sait pousser la note et il impressionne avec sa voix haut perchée digne d’un chanteur d’opéra! Le père de Samuel, Tony Girard, assure que son fils a découvert ce talent par hasard il y a quelques années déjà... La chaîne NBC a même écrit que le défenseur avait la «plus belle voix de la LNH».