Nicolas Roy (55) et German Rubtsov (17) ont passé beaucoup de temps autour du filet d'Alexandre Lagacé, dimanche, à Rimouski.

Septième gain de suite pour les Sags

Le gros trio des Saguenéens de Chicoutimi a encore fait des ravages, dimanche, à Rimouski, et il a permis à l'équipe de Yanick Jean de célébrer une septième victoire consécutive. Joey Ratelle (deux buts et une passe), German Rubtsov (1-2) et Nicolas Roy (1-2) ont amassé un total de neuf points dans un gain de 4-3 sur l'Océanic.
Si le pointage final a été serré, les Saguenéens ont dans l'ensemble connu une bonne sortie à Rimouski. Ils ont eu le meilleur sur leurs rivaux à forces égales et l'Océanic a marqué deux de ses trois buts en avantage numérique. C'est d'ailleurs en raison de son efficacité dans ces situations qu'il a pu espérer jusqu'à la fin. Le club de Serge Beausoleil a profité de deux pénalités imposées aux visiteurs en fin de troisième période pour marquer deux fois et se rapprocher à un seul but des Saguenéens, mais la remontée n'est pas allée plus loin.
« À cinq contre cinq, nous étions le meilleur club sur la glace, a constaté Yanick Jean après avoir vu son équipe amasser au moins un point dans un neuvième match consécutif. On s'est mis dans le pétrin un peu avec des pénalités, mais dans l'ensemble nous avons disputé un très bon match.
« Notre premier trio joue comme un vrai premier trio junior majeur, peu importe l'adversaire et peu importe les défenseurs qu'ils affrontent. Ils apprennent à se connaître de plus en plus et leur exécution s'améliore. »
Les Saguenéens ont été les premiers à montrer les dents en attaque, mais leurs premières présences autour du filet défendu par Alexandre Lagacé n'ont pas donné les résultats espérés. C'est plutôt l'Océanic qui a ouvert le pointage, grâce à une solide pièce de jeu de Tyler Boland. Le meilleur pointeur de la Ligue de hockey junior majeur du Québec a hypnotisé trois rivaux en même temps avant de se présenter seul devant Julio Billia et de donner une avance d'un but à son équipe.
À leur retour sur la patinoire pour le début du deuxième engagement, les Saguenéens se sont rapidement remis au travail et ils n'ont levé le pied qu'au son de la sirène. Leurs attaques ont mené à des buts de Roy et Ratelle. À l'autre bout de la patinoire, Billia a souvent gelé des pieds en ne faisant face qu'à quatre lancers. S'il n'a pas été très occupé, il a tout de même réalisé un gros arrêt contre Boland sur une attaque à deux contre un alors que le pointage était de 1-1.
Après des buts de Rubtsov et Ratelle en troisième période, les Saguenéens semblaient en route vers une petite fin de match bien tranquille. Les pénalités ont cependant compliqué les choses. L'Océanic a redonné espoir à ses partisans en marquant à deux reprises (Denis Mikhnin et Charle-Edouard D'Astous) et il aurait même pu créer l'égalité dans les dernières secondes. Il a obtenu sept de ses 26 lancers sur Billia au cours des cinq dernières minutes.
« Nous avons joué une très bonne première période, même s'ils ont pris les devants 1-0, a repris Yanick Jean. En deuxième, nous n'avons donné que quatre lancers. Ils n'avaient que 14 ou 15 lancers, tard dans le match.
« Nous avons continué dans la direction prise lors de nos derniers matchs à la maison. Nous avons bien joué avec nos bâtons. Tranquillement, notre exécution en attaque s'améliore. Nous avons joué à quatre trios et mis de la pression sur leurs défenseurs. Nous sommes dans la bonne direction. »
Par ailleurs, Yanick Jean s'est promis de jeter un coup d'oeil à tête reposée sur les infractions commises par son équipe face à l'Océanic. Tout en faisant remarquer que la pénalité qui a obligé sa formation à se défendre à trois contre six en fin de partie (l'Océanic a retiré son gardien) a privé l'adversaire d'une chance de marquer, il a noté que les Saguenéens ont écopé de quelques pénalités inutiles au cours de la rencontre.