Sags: le jour et la nuit pour les mises en jeu

C’est le jour et la nuit pour les Saguenéens dans le cercle des mises en jeu, depuis trois matchs. Coïncidence ou non, les Chicoutimiens ont remporté leurs trois dernières rencontres.

Les joueurs des Sags avaient frappé un mur, la semaine dernière, à Drummondville, ne remportant que 24 de leurs 66 mises en jeu dans un revers face aux Voltigeurs. À ce moment, seulement Félix-Antoine Marcotty et Théo Rochette affichaient un taux de réussite supérieur à 50 % depuis le début de la saison. Le lendemain, l’entraîneur-chef Yanick Jean avait lancé un message à ses troupiers, demandant plus d’intensité dans cette facette importante, décelant un manque de désir. Depuis, la situation s’est totalement inversée. Lors des deux affrontements face au Drakkar et mercredi contre l’Océanic, les Bleus ont remporté 124 de leurs 201 mises en jeu pour un taux d’efficacité de 61,7 %. Seulement face à la bande à Alexis Lafrenière à Rimouski, les Sags ont dominé en l’emportant 38 fois en 60 occasions.

Les Saguenéens ont remporté 38 de leurs 60 mises en jeu dans une victoire de 3-2 mercredi à Rimouski.

« C’est un tiers des fois de plus que l’adversaire que tu n’as pas besoin de courir après la rondelle », fait valoir Yanick Jean.

« La différence sur les mises en jeu, c’est le vouloir, l’attitude avec laquelle tu te présentes », insiste l’entraîneur-chef, très satisfait de la progression de ses troupiers et du changement d’approche depuis une semaine.

« Je vois qu’on est plus engagés à prendre les mises en jeu en équipe et à le faire avec détermination, souligne Yanick Jean. Nos joueurs de centre montrent beaucoup plus de détermination. C’est un facteur. On s’est aussi améliorés à créer des batailles pour faire travailler tous les joueurs sur la patinoire. »

Hendrix Lapierre

Ébranlé mercredi en troisième période sur une mise en échec, l’attaquant Hendrix Lapierre a passé des tests, jeudi soir, afin de s’assurer qu’il ne souffrait pas d’une commotion cérébrale. Les résultats devraient être connus d’ici quelques heures. Les entraîneurs des Sags l’ont envoyé au vestiaire par mesure préventive, mercredi, et il n’y a pas eu de développement le lendemain au retour de l’équipe au Saguenay. Sur la séquence, Lapierre s’est amené en territoire adverse, s’est baissé et c’est à ce moment qu’il a été frappé par le défenseur format géant de l’Océanic Zachary Massicotte, qui mesure 6 pieds 4. Yanick Jean n’a pas voulu se prononcer sur le coup qui ne semblait pas intentionnel.