Tenu à l’écart du jeu depuis le 27 septembre en raison d’une mononucléose, le centre Théo Rochette subira de nouveaux examens d’ici la fin de semaine.

Rochette s’approche d’un retour

Comme tout joueur de hockey, Théo Rochette était bien malheureux de devoir assister du haut des gradins aux deux premiers matchs des Saguenéens de Chicoutimi au Centre Georges-Vézina. Le centre de 17 ans a reçu un diagnostic de mononucléose qui l’a tenu à l’écart du jeu depuis le 28 septembre. Mais il se console à l’idée qu’il pourra bientôt renouer avec l’action, à condition, bien sûr, d’obtenir le feu vert à la lumière de ses résultats d’examens.

En entrevue, Théo Rochette raconte que les premiers symptômes sont apparus il y a environ trois semaines. «J’ai commencé à avoir des nausées. Je ne sentais pas trop de fatigue, même si je ne me sentais pas à 100 %. Je manquais de force un peu. Mais après le match du vendredi à Blainville (27 septembre), quand je me suis réveillé le lendemain, je ne me sentais vraiment pas bien. J’avais des nausées, j’étais incapable de garder ce que je mangeais. J’étais fatigué et je n’avais plus de force.» Mais surtout, il avait le goût de dormir tout le temps.

Au cours des jours suivants, le goût de dormir s’est un peu estompé, mais il n’avait toujours pas repris des forces, notamment parce qu’il n’avait pas vraiment faim et qu’il mangeait moins. Il a commencé à perdre du poids. «C’est à ce moment-là que j’ai fait des prises de sang et que j’ai su que c’était la mononucléose», relate-t-il.

Le hockeyeur avoue que les journées du samedi au mardi «ont été vraiment difficiles. Parce qu’en plus, j’avais une sinusite. Je respirais par la bouche et je me réveillais parce que j’avais la gorge en feu. Maintenant, j’ai le nez débouché, je prends des antibiotiques et ma gorge va beaucoup mieux.»

Nouveaux tests

Parmi les symptômes qui peuvent se manifester, il y a l’enflure de la rate qui pourrait éclater lors d’un coup. Le jeune joueur doit donc rester à l’écart du jeu pour éviter tout choc (joueur, tir, coup de bâton, etc.).

Cela dit, Théo Rochette vient de se remettre à l’entraînement léger. «J’ai fait du vélo stationnaire, lundi et aujourd’hui (mardi), je me suis entraîné hors glace avec les autres et j’ai fait du vélo stationnaire par la suite.»

Il se sent mieux, mais pas question de précipiter son retour. «Ça va de mieux en mieux. Je pense que depuis que j’ai fait du vélo (lundi), j’ai recommencé à reprendre un peu de force. J’ai recommencé à manger normalement. J’attends que ma force revienne à 100 % et les résultats des examens.»

«Je ne sais pas si je serai de retour au jeu bientôt. Il faut que je subisse une échographie de ma rate et si elle n’est pas enflée, je pourrais recommencer à pratiquer avec contact probablement la semaine prochaine. On va aussi voir avec ma fatigue et ma force. Il faut que ma force revienne», ajoute-t-il.

Mais au moins, les nuages se dissipent à l’horizon. Il pourra aller s’entraîner seul sur la glace mercredi et jeudi, avant de se soumettre à une nouvelle échographie et subir de nouvelles prises de sang. Les résultats permettront d’avoir une bonne idée d’un éventuel retour au jeu. «Juste d’embarquer sur la glace, mercredi, de retrouver des sensations et le Centre Georges-Vézina aussi, ça va me faire du bien!»

Cote B

D’autre part, le jeune centre se retrouve dans le groupe coté B dans le classement préliminaire dévoilé lundi par le Centre de soutien au recrutement (CSR) de la Ligue nationale de hockey (LNH) en vue du repêchage de 2020. «C’est pas mal ce à quoi je m’attendais et il n’est pas vraiment important à mes yeux. La saison est longue et ça va me pousser à travailler fort», a-t-il indiqué lorsqu’interrogé à ce sujet.

EN BREF

De retour de son séjour avec les Sharks de San Jose depuis dimanche soir, le défenseur russe Artemi Kniazev porte le chandail jaune des joueurs blessés. Il ne sera pas en uniforme pour les trois prochains matchs, soit jeudi contre les Cataractes de Shawinigan au centre Vézina, vendredi contre les Remparts à Québec, et dimanche, contre l’Océanic de Rimouski au centre Vézina.