Mine de rien, à sa première année avec les Saguenéens de Chicoutimi, le jeune Théo Rochette a disputé 59 matchs sur les 68 de la saison. Et la commande était grosse en fin de semaine, avec deux matchs qui ont presque été l’équivalent de quatre.

Rochette garde les deux pieds sur terre

À 17 ans à peine, Théo Rochette affiche un bel aplomb et une maturité étonnante pour son âge. À ses tout premiers matchs des séries dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), le #19 se distingue déjà avec quatre buts en deux matchs, mais force est de constater que les succès de l’équipe le préoccupent davantage que ses statistiques personnelles.

Est-il surpris de sa production offensive en ce début de série ? « C’est sûr que je suis content, mais par contre, c’est décevant de perdre deux matchs en prolongation comme ça, commente-t-il en entrevue. On a confiance pour les matchs qui s’en viennent parce que nous avons disputé des matchs serrés qui auraient pu tourner d’un bord comme de l’autre. Nous n’étions pas contents de ce qui s’est passé à la fin du deuxième match, mais on est assez confiants pour les matchs qui vont suivre et nous allons tout faire pour les gagner. »

Durant la saison, la recrue a connu un ralentissement de sa production offensive qui le laissait sur son appétit. Depuis, il a visiblement retrouvé ses repères, mais il n’est pas de ceux qui tiennent pour acquis une bonne séquence. « J’essaie toujours de faire mon maximum. Là, ça tourne pour moi, mais il ne faut pas que je prenne trop de confiance, car ça peut retourner du mauvais bord. On ne le souhaite pas, mais ça peut arriver », énonce avec sagesse celui qui en a quand même impressionné plus d’un par son talent en fin de semaine.

Longue saison

Mine de rien, à sa première année avec les Saguenéens de Chicoutimi, Rochette a disputé 59 matchs sur les 68 de la saison. Et la commande était grosse en fin de semaine, avec deux matchs qui ont presque été l’équivalent de quatre. Ça peut sembler beaucoup pour une recrue, mais pas pour le jeune Québéco-Suisse qui en a vu d’autres.

« Avec les matchs préparatoires et ceux de l’équipe nationale, j’avais disputé environ 80 matchs aussi l’an passé. J’avais donc eu une bonne saison l’an passé et il y a deux ans. Donc, je suis quand même habitué de disputer beaucoup de matchs », fait-il valoir.

D’autre part, à 5’9’’, 153 livres, inutile de dire que le jeune attaquant n’a pas une grosse marge de manœuvre pour contrer les pertes de poids durant un match exigeant physiquement. Encore plus après deux matchs consécutifs en prolongation, dont le second en 4e prolongation ! Encore là, le jeune joueur est bien encadré et sait ce qu’il doit faire pour maintenir son poids et son énergie.

« J’essaie de beaucoup manger, surtout dans les jours qui suivent les matchs. Ma mère qui est ici me prépare de gros plats pour que j’essaie de garder mon poids et de reprendre des forces. Et pendant le match, j’essaie de manger et de m’hydrater comme il faut. »

+

LE PROCHAIN OBJECTIF : RENVERSER LA VAPEUR

(Johanne Saint-Pierre) – Même s’ils tirent de l’arrière 2-0 dans la série qui les oppose à l’Océanic de Rimouski après une fin de semaine marathon, les Saguenéens de Chicoutimi sont loin d’avoir le moral dans les talons. Bien au contraire ! Déjà, ils ont fait preuve de résilience durant le troisième plus long match de l’histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec et ils ont bien l’intention de renverser la vapeur, mardi et mercredi, avec l’appui des partisans au Centre Georges-Vézina.

Pour l’entraîneur-chef Yanick Jean, il est faux de croire que ses troupes sont affectées par la fatigue physique et mentale de ces matchs marathon. 

« Toute l’année, on met l’accent sur la préparation physique et mentale au quotidien. On a deux personnes à temps plein pour la préparation physique et une autre pour la préparation mentale. À cela s’ajoutent les adjoints et le personnel à l’extérieur qui fait un travail colossal », fait valoir le pilote des Sags en rappelant que les minutes jouées sont les mêmes pour les deux équipes.

« La journée de dimanche en a vraiment été une de récupération. Les joueurs sont préparés et bien entraînés ; ils sont habitués à ce qu’on pousse la machine, ajoute Yanick Jean. Personne ici ne s’apitoie sur son sort ou a la tête entre les deux jambes. On revient à la maison. Il y a des choses qu’on a bien faites, mais il y a des petits détails dans l’exécution sur lesquels nous avons mis l’emphase à l’entraînement qui feront peut-être en sorte que ça va tourner en notre faveur. »

Cela dit, l’entraîneur-chef s’est dit agréablement surpris par l’excellente réponse de ses joueurs, même si pour certains, il s’agit de leurs premières séries dans le circuit junior majeur. 

« C’est du bagage incroyable pour le futur. Ils ont presque quatre matchs de joués dans cette série », souligne-t-il en parlant des recrues.

Si Théo Rochette et Hendrix Lapierre se sont distingués en fin de semaine, il faudra que les vétérans se démarquent eux aussi. « Maintenant, il faut trouver des moyens, en tant qu’équipe, d’essayer de marquer quelques buts à cinq contre cinq. On les a bien contenus défensivement, mais offensivement, on doit en générer plus. »

Les pénalités

Parmi les éléments qui ont joué contre les Saguenéens en fin de semaine, les pénalités arrivent en tête de liste. On n’a qu’à penser aux cinq minutes de pénalité décernées lors du premier match, punition qui a mené aux trois buts consécutifs de l’Océanic. Même si c’est cette dernière qui est l’équipe la plus punie depuis les deux dernières saisons, les Sags se sont retrouvés le plus souvent au cachot.

Interrogé sur les nombreuses pénalités écopées, Yanick Jean a indiqué qu’il avait demandé des explications au responsable des arbitres de la ligue, justement dans le but d’obtenir des explications sur certaines séquences, dont la pénalité de cinq minutes, et concernant d’autres infractions commises par le club adverse qui n’ont pas été appelées.

Le 7e joueur 

Yanick Jean s’attend à ce que les partisans insufflent un « boost » d’énergie à ses troupes.« Avant que la série commence, on savait que ce serait des matchs et une série serrés. Notre responsabilité, c’est de se faire transporter par la foule. Notre foule, c’est la meilleure en série éliminatoire », insiste-t-il.

+

POINTES DE PLUME

«Petit détail, grosse différence». Voilà la nouvelle devise des Saguenéens pour les séries. Même si l’entraîneur-chef l’a répété à maintes reprises durant la saison, ce sont effectivement les petits détails qui peuvent faire la différence au bout du compte...

L’entraîneur-chef Yanick Jean a changé de look et il affiche maintenant la barbe des séries...

Les spectateurs présents au match de mardi pourront découvrir la nouvelle vidéo de l’équipe pour les séries...

Par mesure préventive, le capitaine Zachary Lavigne a été dispensé de l’entraînement sur glace, lundi après-midi...