Yanick Jean n’est pas passé par quatre chemins pour dire ce qu’il pensait de son homologue Louis Robitaille, des Tigres.

Robitaille, «un bouffon»

Un nouveau chapitre de l’histoire d’amour entre Yanick Jean et Louis Robitaille s’est écrit vendredi soir, au Colisée Desjardins de Victoriaville. Au terme de la défaite de 6-1 des Saguenéens devant les Tigres, l’entraîneur-chef des Chicoutimiens en avait long à dire sur son homologue, allant jusqu’à le qualifier de bouffon.

Le Progrès n’a même pas eu besoin de communiquer avec Jean pour obtenir ses commentaires d’après-match. Il a lui-même fait les premiers pas !

« Depuis le mois de mars l’an dernier qu’on se demande pourquoi on a gagné en quatre matchs en séries contre une aussi bonne équipe que les Tigres et, ce soir, j’ai finalement compris, a lancé Yanick Jean. C’est parce qu’ils ont un bouffon qui passe ses intérêts personnels avant ceux de l’équipe. C’était 5-1, il ne se passait absolument rien et il a débarqué son capitaine Félix Lauzon pour envoyer Chase Harwell sur notre meilleur joueur, Kevin Klima. Il a fait passer son ego avant tout. C’est du hockey de l’ancien temps, ce n’est plus comme ça. Avec tous les efforts que les entraîneurs de la ligue font pour que ça change, je trouve ça aberrant de voir ce que j’ai vu ce soir. Quelqu’un qui fait passer son ego devant l’équipe, c’est incroyable. »

Jean faisait référence à la séquence en troisième période. Après s’être regardés dans le blanc des yeux pendant quelques instants, Kevin Klima a accepté l’invitation de Chase Harwell. Postés derrière le banc de leur équipe respective, les deux entraîneurs ont échangé plusieurs mots. On ne parle pas d’invitation à souper dans ce cas.

« Les Tigres ont tout un match de hockey, mais tout ce dont on parle, ce n’est pas de la performance des Tigres, mais plutôt de la façon dont leur entraîneur s’est comporté, a pesté Jean. Il a fait passer sa propre personne avant les intérêts de son équipe. » 

Ce n’est pas la première fois que Yanick Jean a maille à partir avec Louis Robitaille. Les deux entraîneurs s’étaient échangé les politesses à quelques reprises, la saison dernière.

« Ç’a dégénéré en troisième période et c’est de sa faute, a poursuivi le pilote des Saguenéens. Il riait même de nos entraîneurs sur le banc. C’est un bouffon. Tout ce qu’il veut, c’est qu’on parle de lui. Il est content ce soir (vendredi). On ne dit rien sur Kosorenkov qui a été bon, on parle juste de lui. »

Tout comme la veille, les Saguenéens ont joué du hockey de rattrapage, mais contrairement à jeudi, contre l’Armada, la formation chicoutimienne a été incapable de revenir dans le match. En retard 3-0 après 20 minutes de jeu, Vladislav Kotkov a tenté d’amorcer la remontée en comptant le premier but de son équipe en début de deuxième période. Finalement, ce fut le seul but des Sags de la soirée.

Lors du premier engagement, Félix Lauzon, Kosorenkov et Félix Boivin ont fait mouche. Ce même Boivin a ajouté un deuxième filet à sa fiche en troisième période alors que le sort était déjà scellé.

Effectifs réduits

Les Saguenéens étaient privés des services de Vincent Lapalme et Kelly Klima, blessés jeudi contre l’Armada. Dans le cas de Lapalme, on parle d’une blessure au haut du corps qui devrait le tenir à l’écart du jeu pour une période de sept à dix jours. Pour Kelly Klima, il a reçu un tir sur un pied jeudi soir. Sa condition sera réévaluée au jour le jour. Rappelons que Zachary Lavigne soigne une mononucléose depuis la pause des Fêtes.

« On a eu un bon départ, on s’est mis dans le trouble avec des pénalités et ils ont un bon avantage numérique, a résumé Yanick Jean. En l’absence de Lapalme et Lavigne, notre désavantage numérique a connu plus de difficultés. Il faut se réajuster et on va travailler là-dessus dans les prochaines semaines. On va travailler fort et ce n’est pas quelque chose qui me préoccupe. »


« C’est parce qu’ils ont un bouffon qui passe ses intérêts personnels avant ceux de l’équipe. »
Yanick Jean

Pointes de plume

• La période de transactions dans la LHJMQ prend fin samedi, à midi, et les Saguenéens convient les médias 15 minutes plus tard pour faire le point sur les mouvements de personnel des dernières semaines. Après le match face aux Tigres, Yanick Jean n’avait rien de nouveau à annoncer. Outre l’échange d’Olivier Galipeau au Titan d’Acadie-Bathurst, le DG des Sags est demeuré plutôt calme. Il reste que des décisions seront prises concernant certains joueurs de soutien qui n’ont pas vu beaucoup d’action dernièrement...

• L’arrivée d’Olivier Galipeau s’est faite dans la défaite en Acadie, mais surtout dans le quasi-anonymat. Les conditions à l’extérieur étaient peut-être difficiles, mais il y avait seulement 741 spectateurs au Centre régional K.C. Irving. Le Drakkar a brisé une égalité de 4-4 en fin de troisième pour se sauver avec la victoire. L’ancien capitaine des Bleus a dirigé pas moins de 10 tirs au but, terminant le match avec un différentiel de -1. Il a été blanchi de la feuille de pointage...

• Le match Drakkar-Titan présenté vendredi est celui qui devait avoir lieu jeudi, mais en raison d’une tempête de neige, il avait été reporté. Cette modification a eu un effet domino puisque le Drakkar devait affronter les Islanders à Charlottetown vendredi. Cette rencontre a été remise à lundi soir. Bref, un voyage plus long que prévu pour les Nord-Côtiers...

• Le département de sécurité des joueurs de la LHJMQ a annoncé deux suspensions de quatre rencontres contre des joueurs de l’Océanic de Rimouski. Raymond Bolduc a suspendu Charles-Édouard D’Astous en raison d’une mise en échec dangereuse assénée à un joueur des Sea Dogs de Saint-Jean, mercredi. Au cours du même match, Yannick Bertrand a lui aussi commis un geste répréhensible. Il s’agissait donc du dernier match de Bertrand dans l’uniforme de l’Océanic. Il avait déjà été convenu que le joueur de 20 ans allait être sacrifié à la fin de la période des transactions pour faire de la place à Mathieur Nadeau...