Après deux défaites dans les Maritimes, l’entraîneur-chef Yanick Jean estime que ses troupiers doivent revenir à la base, à commencer par samedi, à la conclusion du voyage à Moncton.

Revenir à la base

L’air des Maritimes ne semble pas plaire beaucoup aux joueurs des Saguenéens. Les Chicoutimiens ont été largement dominés dans un deuxième match de suite, cette fois à Charlottetown, pour s’incliner au compte de 5-2 devant les Islanders.

L’entraîneur-chef Yanick Jean avait opté pour envoyer Alexis Shank pour un deuxième match consécutif. Le gardien de 18 ans n’a pas obtenu beaucoup de support de ses coéquipiers, faisant face à 44 lancers, contre seulement 23 pour son vis-à-vis, Matthew Welsh. Shank a ainsi accordé plus de trois buts pour la première fois cette saison, à son 12e départ. « On ne se simplifie pas la tâche. Il y a une certaine fatigue qui s’installe. Certains ont été très utilisés, étant donné le nombre d’absents. Dans ce temps-là, tu dois simplifier les choses. Mentalement, on n’est pas assez aiguisés pour le faire. On crée des revirements et on se complique la vie », de convenir le pilote des Bleus, dans un entretien téléphonique, notant un nombre élevé d’erreurs mentales.

« C’est comme si nos forces dans les semaines précédentes devenaient nos faiblesses. Tu ne désapprends pas de jouer du jour au lendemain. Il y a des facteurs en cause. C’est de les analyser comme il faut et de se serrer les coudes ensemble jusqu’au temps qu’on ait du renfort », résume Yanick Jean.

Pour la première fois de la saison, en 12 départs, Alexis Shank a concédé plus de trois buts dans une rencontre. Il a été laissé quelques fois à lui-même dans la défaite de 5-2 devant les Islanders de Charlottetown, recevant 44 tirs.

Le début de la rencontre a donné le ton à la suite. Sur le sixième lancer des siens, à la troisième minute, Brendon Clavelle a ouvert le pointage sur un tir de la pointe qui s’est faufilé jusque dans le fond du filet. Le capitaine Zachary Lavigne a ramené les deux équipes à la case départ quelques minutes plus tard, en désavantage numérique, quand il a pris de vitesse la défensive des Islanders. Les Islanders ont ensuite frappé deux fois en l’espace de 45 secondes et n’ont plus jamais été inquiétés par la suite. En avantage numérique, Daniel Hardie a inscrit son 15e, un sommet dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il a été imité par Derek Gentile, qui a récupéré son propre retour sur une descente à trois contre deux.

Brett Budgell a ensuite placé les siens en contrôle sur un jeu quelque peu chanceux, lors d’un deux contre deux, glissant la rondelle sous Alexis Shank. En début de troisième, encore une fois à court d’un homme, Justin Ducharme a ramené un peu d’espoir dans le camp saguenéen avec son 10e but, mais cet espoir a été de bien courte durée. Brett Budgell a sonné le glas des Sags avec un plomb du côté de la mitaine. Les Sags ont tout tenté lors d’un avantage numérique, retirant le gardien pour un sixième attaquant, mais rien à faire. Quelques minutes plus tard, Welsh a réalisé l’arrêt du match sur un retour aux dépens de Morgan Nauss.

La rencontre a également été difficile pour deux joueurs. En première, Jérémy Fortin a été solidement frappé le long de la rampe et après avoir retraité au vestiaire, il est revenu en deuxième. En troisième, le défenseur Jérémy Groleau a été atteint par un tir au visage. Il a terminé la rencontre avant de recevoir des points de suture.

Les Saguenéens termineront ce premier voyage dans les Maritimes samedi soir à Moncton, face aux Wildcats, dans le tout nouveau Centre Avenir, où ils se sont entraînés cette semaine. « Il faut faire des efforts et pousser au-delà de notre zone de confort. Il faut suivre notre capitaine qui joue du gros hockey. Il se surpasse, et la preuve, c’est qu’il a cinq buts en cinq matchs », de souligner Yanick Jean.

+

POINTES DE PLUME

• Une coquille s’est glissée dans le texte sur les assistances des Saguenéens. Depuis le début de la saison, les Sags n’ont pas accueilli 17 495 amateurs, mais plutôt 27 495.

• Une voix forte à travers la LHJMQ, Patrick Roy, propose de réduire le calendrier de la saison régulière de 68 à 60 matchs. Ses Remparts terminaient vendredi soir un périple de près de 2000 kilomètres de cinq parties en huit jours, à Victoriaville, Val-d’Or, Rouyn-Noranda, Gatineau et finalement Shawinigan. «Je trouve qu’on a beaucoup de matchs de semaine. On veut prioriser l’éducation et donner la chance aux jeunes de se développer tant comme joueur de hockey que physiquement, alors je trouve qu’on a beaucoup trop de matchs en semaine. Ça améliorerait sûrement notre produit», a-t-il exposé au Journal de Québec. Le sujet est dans l’air depuis quelque temps et a pris de l’ampleur depuis que la saison régulière débute deux semaines plus tard, notamment en raison des joueurs dans des camps professionnels. «Il y a le côté économique, malheureusement, qu’il faut regarder comment tout le monde pourrait joindre les deux bouts par rapport à ça, mais passer de 68 matchs à 60 matchs est une possibilité que la Ligue devra regarder avec beaucoup d’attention à un moment donné», a-t-il plaidé. Vendredi, à Shawinigan, dans une cadre d’une tournée pour le 50e anniversaire de la LHJMQ, le commissaire Gilles Courteau a indiqué qu’avec les budgets actuels d’opération des équipes, des sources de revenus additionnelles devraient être trouvées pour combler le manque à gagner causé par une diminution du nombre de matchs.

• À son dernier match au Défi mondial des moins de 17 ans, Théo Rochette a été blanchi pour une première fois en cinq rencontres, dans une défaite de 5-3 de Canada Blancs face à Canada Noirs. L’attaquant de 16 ans sera de retour dans le giron des Sags en début de semaine prochaine.