Alexis Shank a frustré Mathieu Bizier sur ce jeu.

Retour réussi pour les Saguenéens

Le retour des Saguenéens au centre Georges-Vézina après un voyage dans les Maritimes, ce qui marquait le début d’une séquence de cinq matchs à domicile, s’est bien déroulé avec une victoire de 5-2 sur les Olympiques de Gatineau, devant 3162 spectateurs.

«Un, c’est une grosse victoire. Toute la semaine, on en avait parlé avec le personnel d’entraîneurs que peu importe les conditions, on devait trouver une manière. On est revenus du Cap-Breton tard lundi soir. On se disait que ce serait difficile. La première partie du match a été plus dure un peu. C’est ce qu’on voit normalement en revenant d’un voyage comme ça. On est allés chercher beaucoup plus de momentum dans la deuxième partie du match et on a été meilleurs plus le match avançait», a indiqué dans son point de presse l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, qui a du même coup devancé l’ancien entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau Benoît Groulx, maintenant chez les professionnels, avec le Crunch de Syracuse, club-école du Lightning de Tampa Bay, au 5e rang de l’histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec 468 victoires.

«Je ne le savais même pas, a réagi le pilote des Bleus en riant. Je pense qu’il l’a fait en moins longtemps que moi. Ben, c’est un bon entraîneur. C’est un honneur!»

Les Olympiques ont obtenu quelques bonnes chances de marquer en première moitié de première période. Alexis Shank a d’abord réalisé un vol de la mitaine sur un déplacement. Le gardien des Sags s’est ensuite mis dans le trouble sur une sortie, remettant la rondelle directement à Carson MacKinnon, qui a raté la cible, à son grand désarroi. Malgré tout, les locaux ont ouvert le pointage, sur une superbe pièce individuelle de William Dufour. Son tir a d’abord été bloqué, mais l’attaquant a récupéré la rondelle dans le coin de la patinoire, a été très patient avant de remettre à Félix-Antoine Drolet, qui appuyait l’attaque, inscrivant son deuxième de la saison.

En début de deuxième, c’était au tour du gardien des Olympiques, Creed Jones de se donner en spectacle, privant Justin Ducharme d’un but un peu de la même manière que Shank. Ce n’était que partie remise pour les Sags. Quelques minutes plus tard, Félix-Antoine Marcotty a battu Jones d’un tir sur réception. Sur la séquence, Hugo Savinsky a obtenu son premier point avec les Sags. Utilisé à l’aile, Marcotty s’est mis en évidence dans cette rencontre. «On l’a changé après la blessure à Hendrix Lapierre. Il ne méritait pas de sortir du top-9. Il est bon pour nous depuis le début de la saison. On pensait qu’on était meilleurs et mieux balancés à le ramener à l’aile. Il va revenir au centre un moment donné», d’annoncer Yanick Jean.

Les Olympiques sont revenus à la charge dans les minutes suivantes, multipliant les attaques sérieuses. Shank s’est encore une fois illustré de la mitaine, aux dépens de Mathieu Bizier, mais à force d’attaquer, les visiteurs ont fini par faire bouger les cordages, quand Carson MacKinnon a pris sa revanche en supériorité numérique.

Les Sags ont repris de la vigueur, testant Creed Jones à plusieurs occasions. La deuxième unité d’avantage numérique a contribué en fin de période sur une frappe d’Ethan Crossman pour son quatrième de la saison. Les Chicoutimiens ont de nouveau frappé avec l’avantage d’un homme pour creuser l’écart en début de troisième. Rafaël Harvey-Pinard a habilement récupéré la rondelle à l’embouchure du filet avant d’inscrire son 12e de la saison. Les Sags ont ensuite fermé la porte, ne permettant que six tirs. En fin de match, les deux clubs se sont échangé des buts sans aide, Samuel Houde, suivi quelques secondes plus tard de Jérémy Rainville. «Les deux buts en avantage numérique nous ont donné des ailes. On a marqué un gros but pour faire 3-1 et après, on a fait 4-1 pour fermer les livres en quelque sorte, de relater Yanick Jean àa propos de la tenue de l'attaque massive qui avait également produit deux buts dimanche au Cap-Breton. 

«Je ne pense pas qu’on fasse bien des choses bien différentes, mais il y a une affaire, on en a plus. Quand tu as un avantage numérique, c’est difficile d’avoir à marquer sur le premier tout le temps. Quand tu veux faire des ajustements, c’est dur de bâtir là-dessus. On est l’équipe dans la ligue qui en a eu le moins et de loin. On ne trouvait jamais de momentum et là on réussit à le faire. C’est plus facile de faire des ajustements. On l’a fait quand on a changé la position de Crossman avant qu’il marque un gros but. Le fait d’en avoir plus, ça nous aide», a convenu l’entraîneur-chef.

+

POINTES DE PLUME

• L’attaquant Xavier Labrecque était finalement en uniforme pour les Saguenéens après avoir testé sa main durant la période d’échauffement. Le défenseur Loris Rafanomezantsoa et l’attaquant William Champagne ont été laissés de côté. 

• Pour que Yanick Jean atteigne la barre des 500 victoires en carrière d’ici la fin de la saison, les Sags devront remporter 32 de leurs 43 dernières rencontres. L’ancien entraîneur-chef des Sags et député fédéral de la circonscription de Chicoutimi–Le Fjord, Richard Martel, est encore loin en tête avec ses 589 victoires. 

• La prochaine cible de Yanick Jean sera l’actuel entraîneur-chef du Titan d’Acadie-Bathurst et ancien adjoint des Sags, Mario Durocher, qui cumule 508 victoires. Au rythme où le Titan va cette saison, avec seulement trois gains depuis le début de la saison en 25 matchs, l’écart pourrait être drôlement rétréci d’ici la fin mars. 

• La troisième édition de l’encan interactif des Sags se déroulera jusqu’au 8 décembre au www.macause.com/sags/encan. Tous les profits iront à la Fondation d’études Desjardins des joueurs des Sags. L’objectif a été fixé à 15 000 $. Plus de 50 prix de toutes sortes se retrouvent présentement à l’encan avec un prix de départ jusqu’à 60 % de rabais. Un voyage tout compris à la pourvoirie Poulin de Courval est notamment disponible, tout comme des items autographiés par les joueurs de la formation. 

• Dans un affrontement mettant en vedette deux des meilleures équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, l’Océanic de Rimouski a infligé au Phoenix de Sherbrooke un quatrième revers en temps réglementaire, l’emportant 3-1 à Rimouski. Mine de rien, avec 40 points, les Sags se retrouvent à seulement deux points des meneurs au classement général de la LHJMQ.