À leur dernier match avant la pause de Noël, les Sags ont mis fin à une séquence de sept défaite, l'emportant 4-3 sur le Drakkar de Baie-Comeau.

Remontée victorieuse des Saguenéens

Les joueurs des Sags pourront passer Noël l'esprit tranquille. À leur dernier match avant la pause, ils ont mis fin à une séquence de sept défaites avec une victoire de 4-3 sur le Drakkar de Baie-Comeau au centre Georges-Vézina.
C'était pourtant bien mal parti pour les Chicoutimiens qui tiraient de l'arrière 3-0 après une période complètement dominée par les visiteurs qui ont dirigé 17 tirs sur Julio Billia alors que son vis-à-vis Trevor Martin a reçu seulement trois lancers. Après Matteo Pietroniro en avantage numérique, l'ancien des Élites de Jonquière Antoine Girard a inscrit son 10e de la saison. L'entraîneur-chef des Sags Yanick Jean a plaidé de l'obstruction sur le gardien Julio Billia, sans succès. Antoine Marcoux pensait bien avoir remis les siens dans le match, mais avant que la rondelle franchisse la ligne rouge, le filet avait été déplacé, par le gardien du Drakkar Trevor Martin. Puis, sur un tir anodin, Matteo Pietroniro a donné une priorité de trois buts aux visiteurs avec son deuxième de la rencontre.
Les rôles ont été inversés en deuxième et les Sags ont fait la loi, marquant à leur tour trois fois en avantage numérique. Joey Ratelle a parti le bal avec son premier dans l'uniforme bleu, son 25e de la saison. Lors d'un cinq contre trois, Antoine Marcoux a récupéré un retour puis alors que la deuxième pénalité n'était pas terminée, Dmitry Zhukenov a ramené les deux équipes à la case départ. En troisième, Zachary Lavigne, qui avait fait plus tôt du gros travail en désavantage numérique, a fait dévier un tir de David Noël derrière le gardien du Drakkar, ce qui s'est avéré le but de la victoire, une première en huit matchs sans Nicolas Roy.
«C'est toute une manière de mettre fin à cette mauvaise séquence», a lancé Yanick Jean dans son point de presse, soulignant l'importance de cette victoire qui termine en beauté une séquence de 12 rencontres en 22 jours.
«Tu ne pars pas pour le congé sur une note négative. Quand on va revenir, on va pouvoir dire qu'on repart à zéro et reposés. Les joueurs savent qu'ils vont avoir du renfort au retour. C'est sûr que ça aide mentalement», de noter le pilote des Bleus.
«C'était très important qu'on ne lâche pas, qu'on vide le réservoir. On a été capables de capitaliser sur l'avantage numérique en deuxième pour revenir», a-t-il raconté, précisant qu'à son avis, deux arrêts de Julio Billia en début de deuxième, dont un sur une échappée, représentaient le point tournant.
Questionné sur cette fameuse première période, Yanick Jean estimait que c'était moins pire que la colonne des lancers le disait. Il a réitéré que le deuxième but du Drakkar n'était pas bon et suivi d'un but chanceux. «Si tu regardes les lancers, tu dis ''wow''. J'ai l'impression qu'on a eu quand même beaucoup de temps de possession dans leur territoire, mais on n'amenait pas de rondelles au filet. Ils ont fait un bon travail pour bloquer des lancers. On a changé quelques petites choses qui ont fait en sorte que ça été beaucoup mieux par après», d'exprimer Yanick Jean.
Un but, une passe et un dur coup d'épaule
Après avoir solidement frappé Jordan Martel en troisième, Joey Ratelle a jeté les gants face à Simon Chevrier.
À son premier match devant ses nouveaux partisans, Joey Ratelle a su se faire rapidement apprécier. En plus de marquer son premier but et ajouter une passe, le vétéran de 20 ans s'est permis une mise en échec percutante sur le Chicoutimien Jordan Martel en troisième période, avant de jeter les gants devant Simon Chevrier.
Avec cinq minutes à faire, 'attaquant du Drakkar s'est amené en territoire des Sags et a coupé dans le milieu de la glace où il était attendu de pied ferme par Ratelle qui a soulevé la foule de 1817 spectateurs. Le Drakkar s'est fait très discret jusqu'à la sirène annonçant la fin de la rencontre.
«Ce n'est pas juste un joueur de hockey qui va produire offensivement. C'est incroyable l'émotion qu'il a amenée sur la patinoire. C'est la raison pour laquelle on est convaincus qu'il va faire toute une différence dans notre alignement», a louangé Yanick Jean, soulignant le leadership de plusieurs vétérans de l'équipe, nommant également Antoine Marcoux et Zachary Lavigne. «On avait besoin de ça», d'admettre l'entraîneur-chef.
Le Drakkar en progression
Malgré deux défaites pour conclure cette première moitié de saison, le Drakkar affiche la plus belle progression de la LHJMQ au niveau des points par rapport à l'an dernier. Avant les deux matchs, ils avaient déjà cumulé 18 points de plus qu'à pareille date en 2015. Au lieu d'être dans la cave du classement, les représentants de la Côte-Nord bataillent présentement pour une place en séries. «Depuis le début de saison, ça été très bon au niveau de la progression. En fin de semaine, on est toutefois retombés dans nos vieilles habitudes. On doit apprendre jouer avec des situations corsées. L'an dernier, ce n'est pas compliqué, les gars venaient arrivaient à l'aréna et la question était de savoir comment ils allaient perdre. Là, il faut gérer le fait de gagner des matchs. Ils sont sortis de leur cadre. Quand tu gagnes, tu penses que tu es rendu Superman. Il faut revenir à l'identité qu'on a montré», a reconnu l'entraîneur adjoint Martin Cadorette qui a rencontré la presse à la place de Martin Bernard, malade.
«Il faut voir ça globalement. C'est sûr que la dernière fin de semaine est décevante. Tu as toujours le goût amer quand tu finis une séquence avec deux défaites. C'est le côté négatif. On a vu de belles choses jusqu'à maintenant. Il faut simplement continuer d'afficher notre identité», a-t-il poursuivi, mentionnant que ses troupiers l'avaient bien fait au premier engagement avant de s'écrouler dans les 40 dernières minutes.
«On a vu un peu de panique et de manque d'expérience. Jouer avec une avance de 3-0 ou quand tu perds 3-0, ça fait une différence dans la gestion des émotions. Il faut être meilleurs dans cette facette. Dès que c'est venu 3-1, la panique s'est installée», d'admettre Martin Cadorette.
Les frères Klima: la transaction confirmée dimanche midi
Ce qui circule depuis une semaine sera officialisé sur l'heure du midi dimanche. À ce moment, les frères Kevin et Kelly Klima passeront des Wildcats aux Saguenéens.
En retour, le directeur général des Sags, Yanick Jean, donne un choix de première ronde en 2016, celui des Huskies de Rouyn-Noranda, un autre de 4e tour et l'attaquant de 18 ans Julien Tessier. Retranché après un camp d'entraînement où il n'a rien cassé, l'ancien choix de première ronde des Sags semble avoir retrouvé une certaine confiance offensive dans le junior AAA, avec les Cobras de Terrebonne. En 26 rencontres, il affiche une récolte de 37 points, dont neuf buts.
Pour leur part, les jumeaux originaires de Tampa Bay, en Floride, n'étaient pas en uniforme samedi alors que les Wildcats rendaient visite aux Mooseheads d'Halifax. Ils sont les fils de l'ancien de la Ligue nationale, Petr Klima. Au moment de l'échange, Kelly Klima arrive au sommet des pointeurs des Wildcats, avec 32 points en 31 rencontres. Kevin Klima a quant à lui amassé 22 points en 29 matchs. Ils débarqueront tous les deux au Saguenay le 26, au retour de la pause de Noël.
Questionné après le match d'hier, Yanick Jean s'est refusé à tout commentaire, ne voulant même pas confirmer la transaction. «On a beaucoup de discussions. Maintenant, il faut être deux pour faire une transaction. On continue de regarder et on reste à l'affût. Les transactions finissent le 6. Il va avoir encore beaucoup de pourparlers pendant longtemps», a-t-il indiqué, insistant qu'il ne se préoccuperait pas de ce que ses adversaires feront à compter de dimanche.
«On a un plan depuis le début par rapport à nos besoins. C'est comme ça qu'on s'en va nonobstant ce qui se fait ailleurs», d'assurer Yanick Jean.
Bonhomme Carnaval a rencontré Sago samedi après-midi au centre Georges-Vézina.
Pointes de plume
• Des duchesses du Carnaval de Québec ont procédé à la mise en jeu protocolaire avec Bonhomme. Les festivités se dérouleront du 27 janvier au 12 février...
• Les Penguins de Pittsburgh retourneront prochainement l'attaquant Daniel Sprong aux Islanders de Charlottetown. L'entraîneur-chef Mike Sullivan en a fait l'annonce officielle samedi. Blessé à l'épaule au camp, Sprong n'a pas disputé de match cette saison, mais il a recommencé à s'entraîner. C'est un véritable cadeau de Noël pour les Islanders qui seront assurément agressifs lors de la période des échanges dans la LHJMQ...
• Les Remparts ont retiré le chandail numéro 7 de Guy Chouinard samedi en marge de leur affrontement face aux Cataractes. Avant de devenir entraîneur, notamment avec les Remparts, Chouinard a connu une brillante carrière comme joueur, amassant 359 points en 179 rencontres chez les juniors au début des années 70 avec les Diables rouges avant de passer une dizaine d'années chez les professionnels...
• Giovani Fiore a connu un match de rêve dans une victoire des Screaming Eagles du Cap-Breton 7-2 sur le Titan d'Acadie-Bathurst. L'attaquant de 20 ans est devenu le premier joueur de l'histoire des Screaming Eagles à marquer cinq fois dans le même match, ajoutant une passe à sa fiche..