L’entraîneur-chef des Sags Yanick Jean n’était pas en mesure de confirmer si Carmine-Anthony Pagliarulo obtiendra un premier départ avec sa nouvelle équipe au cours de la fin de semaine, sur la route.

Premier contact avec les Saguenéens: Kyte apprécie sa chance

Après avoir passé tout près de soulever la coupe du Président et la coupe Memorial le printemps dernier avec les Mooseheads de Halifax, le défenseur Patrick Kyte aura une deuxième chance, cette fois avec les Saguenéens de Chicoutimi.

Acquis des Mooseheads à l’ouverture de la période des transactions dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) à la mi-décembre, le vétéran de 20 ans a pris part à un premier entraînement vendredi avec ses nouveaux coéquipiers, à Rimouski.

« Je suis vraiment excité. Quand j’ai été échangé, je savais que les Sags avaient une très bonne équipe. Je suis passé si près l’an dernier. C’était difficile à prendre sur le coup, mais maintenant, je sais que j’aurai une deuxième chance. Je suis vraiment content de la situation », d’exprimer Patrick Kyte, notant l’esprit de groupe au sein de sa nouvelle formation.

Le défenseur Patrick Kyte était très heureux de faire la connaissance de ses nouveaux coéquipiers, vendredi.

« Toutes les équipes qui se rendent loin en séries ont besoin que le Jell-O prenne et que tous les joueurs soient dédiés à la cause. C’était seulement mon premier entraînement et j’ai pu voir comment tout le monde s’entend bien et chacun couvre l’autre. C’est de cette manière que la rondelle va rebondir du bon côté », avance-t-il sur l’importance de l’environnement et la chimie, ce qui commence par les joueurs plus vieux et les entraîneurs.

« Avec ce que j’ai vu de cette première journée, tout le monde a fait un bon travail. C’est vraiment impressionnant. Je suis vraiment chanceux de faire partie de cette équipe », d’indiquer Patrick Kyte, qui amènera une dimension très intéressante à la brigade défensive des Sags.

« Je peux jouer dans beaucoup de situations. Je pense que je peux bouger la rondelle rapidement et mon gros avantage est mon coup de patin », signale l’arrière, qui a signé comme agent libre avec les Mooseheads en 2017, cumulant depuis 69 points en 156 rencontres.

Apprendre le français

Après deux saisons et demie à Halifax, Patrick Kyte se retrouve dans une communauté francophone. En plein milieu de l’entrevue téléphonique, le natif de Pembroke, en Ontario, où il y a une importante représentation francophone, a demandé si c’était possible de poursuivre dans la langue de Molière.

« Je veux pratiquer mon français. Si je peux, je veux parler aux médias en français », a-t-il annoncé, précisant avoir déjà fréquenté l’école francophone, langue dans laquelle il se débrouille très bien.