Oscar Plandowski avait accepté d’enfiler le chandail des Saguenéens lors du dernier repêchage.

Plandowski expédié à Charlottetown

Prise des Saguenéens au 18e rang au total au dernier repêchage, Oscar Plandowski n’enfilera pas le chandail de la formation chicoutimienne. Le retour est toutefois très intéressant pour le défenseur de 16 ans, qui a été expédié aux Islanders de Charlottetown en retour de choix de première ronde en 2020 et de deuxième ronde en 2022.

En prime, les Sags recevront un choix compensatoire entre la 2e et la 3e ronde au prochain repêchage, étant donné que Plandowski leur a tourné le dos, en vertu des règles mises en place depuis quelques années dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« Dans notre évaluation, on ramasse un choix de première ronde et deux de deuxième tour, ce qui fait en sorte qu’on a maintenant trois choix de première et autant de deuxième ronde au prochain repêchage pour faire des emplettes pour améliorer notre équipe », de souligner le directeur général des Sags, Yanick Jean, après la confirmation de la transaction à l’ouverture de la période des échanges, jeudi matin.

Au repêchage, les dirigeants des Saguenéens étaient au courant que les chances étaient minces de parvenir à attirer le natif d’Halifax, qui avait déjà, à ce moment, une entente pour poursuivre sa carrière aux États-Unis à l’Université Quinnipac. Le clan Plandowski avait fourni une liste de trois équipes où il se rapporterait s’il était transigé, soit les Wilcats de Moncton, les Mooseheads d’Halifax et les Islanders, où il a finalement abouti. « On le savait avant le repêchage, mais on y est allés avec la valeur du joueur », tranche Yanick Jean.

« Dans la situation où on était avec une vingtaine de joueurs qui revenaient avec nous, on était dans une bonne position pour le faire, poursuit-il. On a fait ce qui était le mieux pour notre organisation dans la situation dans laquelle on est en ce moment. Notre profondeur faisait qu’on pouvait le faire. »

Questionné sur les nombreux récalcitrants en marge du repêchage, le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, avait martelé que des règles étaient en place et encourageaient les équipes à tout de même les sélectionner, quitte à les échanger plus tard. C’est exactement la stratégie qu’ont adoptée les Saguenéens, et le retour sur l’investissement est plutôt intéressant pour eux.

« Je ne veux pas parler d’exemple pour les autres clubs. On se concentre sur nous. On fait ce qui est le mieux pour notre équipe. N’importe quel joueur qu’on aurait pris au rang 18 aurait amélioré l’équipe autant que le choix de première ronde et les deux choix de deuxième ronde vont le faire », d’estimer Yanick Jean, qui est sans nouvelle du deuxième choix de l’équipe, Jacob Guévin, un autre défenseur.

Le Trifluvien avait également laissé planer le spectre américain et prévoyait évoluer dans quelques années avec l’Université Nebraska. Selon ce qui circule, Guévin devrait se diriger du côté américain pour au moins un an.

POINTES DE PLUME

• Le camp des Saguenéens se mettra en branle le 14 août prochain, à l’Université du Québec à Chicoutimi. Les Sags vont installer leurs pénates à cet endroit pour plusieurs semaines en raison des travaux de réfection au centre Georges-Vézina d’ici la fin septembre. Les recrues et les joueurs invités sauteront sur la patinoire lors des deux premières journées et ils seront rejoints par les vétérans à compter du 16 août. Les Chicoutimiens disputeront une première rencontre hors-concours dès le 18 août face au Drakkar de Baie-Comeau. Les deux rivaux auront de nouveau rendez-vous deux jours plus tard, cette fois au Foyer des Loisirs d’Arvida où les Sags joueront une autre rencontre préparatoire, le 23 août, face aux Cataractes de Shawinigan. Les Cataractes seront de nouveau les visiteurs le 29 août, mais cette fois du côté du centre sportif Benoît-Lévesque de Roberval. 

• Pour les intéressés, la seule visite des Islanders de Charlottetown au centre Georges-Vézina aura lieu le 7 décembre. Ce sera la seule occasion de voir à l’oeuvre Oscar Plandowski sur la glace olympique.