Petit guide de fin de saison

Avec cinq matchs à disputer en saison régulière, le sort des Saguenéens est encore loin d’être scellé. Avec beaucoup d’aide et de chance, les Chicoutimiens pourraient même profiter de l’avantage de la glace au premier tour éliminatoire, mais ils auront besoin d’une fin de saison du tonnerre. Voici un petit guide pour bien comprendre le fonctionnement des prochaines séries éliminatoires.

Format

À quelques jours du début de la saison régulière, en septembre, les dirigeants de la Ligue de hockey junior majeur ont opté pour un changement du format des séries éliminatoires. Ils désiraient ainsi réduire les distances et stimuler les rivalités. Au lieu de se baser sur le classement général, les 18 équipes ont plutôt été séparées en deux conférences, l’Est et l’Ouest. Les Sags, l’Océanic, le Drakkar et les Remparts se sont donc retrouvés en lutte avec les six équipes des Maritimes. Pour les deux premières rondes, l’équipe la plus forte de chaque conférence affrontera la plus faible et ainsi de suite (1vs8, 2vs7, 3vs6 et 4vs5). Ce n’est qu’en demi-finale qu’un croisement surviendra avec les deux équipes de chaque conférence

Les adversaires potentiels

Depuis plusieurs semaines, les Sags et le Drakkar de Baie-Comeau semblent destinés à croiser le fer en première ronde. Toutefois, les choses ont changé très rapidement récemment. Pendant que les Sags talonnent trois équipes des Maritimes au classement, les Wildcats de Moncton, les Islanders de Charlottetown et les Screaming Eagles du Cap-Breton, le Drakkar se retrouve à un seul point du sommet de la conférence, détenu depuis plusieurs mois par les Mooseheads d’Halifax. Voici les affrontements si la saison avait pris fin hier... mais il reste encore une grosse semaine de hockey : Remparts vs Mooseheads, Sags vs Drakkar, Wildcats vs Océanic, Islanders vs Screaming Eagles. « C’est sûr qu’on regarde le classement, mais il ne faut pas en faire une indigestion », a rappelé l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, jeudi, après l’entraînement des siens.

« On contrôle seulement ce qu’on peut faire. C’est ce dont je suis content dernièrement. On s’est concentrés sur nous et notre manière de travailler, ce qui nous a permis de se donner une chance, a repris le pilote des Bleus. Quand j’ai commencé à ‘coacher’ on se faisait des scénarios et on espérait jouer telle ou telle équipe. Avec les années, tu comprends que tous les efforts et les énergies doivent être mis à la bonne place, c’est-à-dire au travail de ton équipe. Il faut que toute l’attention soit mise sur la manière dont l’équipe se comporte et se présente dans les séries éliminatoires. La seule préoccupation, c’est le rendement de notre équipe. »

Sixièmes depuis le 1er janvier

Les Saguenéens affichent l’un des meilleurs dossiers de la LHJMQ depuis le début de l’année 2019. En 25 rencontres, ils ont amassé 32 points, le sixième plus important total pour la même période. Ils sont devancés à ce chapitre par les gros canons, à débuter par les Huskies qui sont toujours parfaits avec 50 points en 25 matchs, les Voltigeurs à 44 points ainsi que le Drakkar, l’Océanic et les Mooseheads qui ont tous cumulé 41 points. Les Sags ont exactement la même fiche que les Screaming Eagles du Cap-Breton. Les Tigres de Victoriaville ont également amassé 32 points, mais en 27 rencontres. Ce rendement, mais surtout la manière, rend satisfaction à Yanick Jean.

« Énormément. On a une grosse progression. Il y a un mois où j’ai l’impression qu’on n’a pas progressé et c’est en novembre. Ironiquement, c’est le mois où on devait avoir le plus l’occasion de pratiquer, mais on n’a pas pu le faire en raison des nombreuses blessures. On a été victimes de ça et notre fiche en a souffert », raconte l’entraîneur-chef. Bon an mal an, les Sags ont habitué leurs partisans à conclure la saison en force, ce qui réconforte Yanick Jean dans sa manière de faire pour la progression des troupes.

« J’en suis convaincu. Pour être convaincu qu’une recette comme ça fonctionne, tu dois aussi avoir vécu l’envers de la médaille », d’indiquer Yanick Jean, soulignant le travail des adjoints, le conditionnement des joueurs et leur motivation dans le processus.