William Gignac a fait 2-2 en avantage numérique sur un retour de lancer de Victor Provencher.

Performance rassurante

Ceux qui voyaient les Saguenéens battus d'avance dans leur série contre l'Océanic devront se raviser. Les favoris ont dû travailler jusqu'à la dernière minute pour mériter une victoire de 5-3, devant 3678 spectateurs au Colisée de Rimouski.
Malgré la défaite et une domination des locaux 41-16 dans les tirs, les Chicoutimiens ont offert une performance rassurante à bien des points de vue. L'avantage numérique a débloqué et la défensive n'a pas flanché. À son premier départ en séries, Julio Billia a été magistral devant les attaques répétées de l'Océanic, particulièrement en deuxième alors que ses coéquipiers ont écopé de plusieurs pénalités.
Les Sags ont pu y croire jusqu'à la toute fin. Avec un peu plus de cinq minutes à faire, Janne Puhakka a fait 3-3 avec le troisième but des siens en supériorité numérique avec un tir qui a glissé derrière la ligne rouge. Une facette où les Sags ont connu des ratés toute la soirée est venue les hanter. À la suite d'un dégagement refusé, Nicolas Roy a perdu la mise en jeu et Jimmy Oligny a décoché un tir de la pointe qui s'est faufilé pour le but gagnant. «Nos joueurs de centre ont connu une soirée difficile», a concédé l'entraîneur-chef Patrice Bosch alors que les siens n'ont remporté que 30 mises en jeu sur 73.
Malgré tout, le pilote des Bleus se disait encouragé pour le reste de la série. «Je pense qu'on a été dans le match tout le long. Il y a eu des erreurs qu'on a payées très cher. Dans l'ensemble, c'est un match satisfaisant», a-t-il laissé tomber.
«Quand tu clignes des yeux, ils te le font payer à tout coup. On voit qu'on est capables de jouer avec eux. Aujourd'hui, c'est terminé, on pense déjà au match de demain», a souligné Patrice Bosch qui a l'intention d'apporter des "ajustements" en prévision de la deuxième partie de la série, cet après-midi. Il reconnaissait dans son point de presse qu'il restait des choses à peaufiner.
«Il faut aller chercher la petite coche de plus pour aller chercher la victoire. On a eu de la misère à le faire dans le premier match», concédait l'entraîneur-chef.
Tremblay expulsé
Une pénalité majeure à Simon Tremblay pour une mise en échec par derrière sur Tyler Bolland à mi-chemin en deuxième a eu de lourdes répercussions pour les Saguenéens. Alors que les régionaux évoluaient déjà à court d'un homme, l'attaquant de 19 ans a poussé son adversaire qui était vulnérable dans le coin de la patinoire et le résultat a été catastrophique.
Alors que Carl Tremblay quittait le banc des pénalités, laissé seul dans l'enclave, l'ancien des Sags Sébastien Sylvestre a fait mouche pour redonner les devants aux Rimouskois, mais c'est tout ce que les Chicoutimiens ont donné pendant la longue pénalité en l'absence de Tremblay, un spécialiste en infériorité numérique.
«Il y avait matière à pénalité. Un cinq minutes... on va laisser la ligue décider», a analysé Patrice Bosch. Pour sa part, Tremblay ne pouvait pas commenter l'incident.
Nervosité en première
Très nerveux dans les premières minutes du match, les joueurs des Sags ont littéralement laissé les favoris de la foule s'inscrire au pointage. Julio Billia a effectué une sortie hasardeuse lors d'un avantage numérique et William Couture a fini par compléter pour le premier but de la série. Les porte-couleurs de l'Océanic ont peut-être pensé qu'ils pouvaient continuer à écoper de pénalités sans dommage, mais les Chicoutimiens ont profité de l'indiscipline de leurs rivaux en première période pour non seulement gagner en confiance, mais faire bouger les cordages. Sur le premier tir des régionaux alors que leurs adversaires en comptaient déjà neuf, Dominic Beauchemin a surpris le gardien de l'Océanic, Philippe Desrosiers, d'un tir vif. Puis, avec les locaux en avance 2-1, William Gignac a récupéré le retour de tir de Victor Provencher lors d'une double supériorité numérique pour ramener les deux équipes à la case départ.