Il y a un an, Patrice Bosch était nommé entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi. Après un tour de roue complet, difficile de lui attribuer une note en raison de la dernière saison.

Patrice Bosch, un an plus tard

Il y a un an, Patrice Bosch était nommé entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi. Après un tour de roue complet, difficile de lui attribuer une note en raison de la dernière saison.
Patrice Bosch s'est amené à la barre des Saguenéens dans des circonstances qui étaient loin d'être idéales... à deux semaines du camp d'entraînement. Il avait signé un contrat de deux ans à la suite d'un processus accéléré après le départ surprise de son prédécesseur, Marc-Étienne Hubert, qui a pris la direction du programme de hockey des Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières.
C'était le premier poste d'entraîneur-chef dans la LHJMQ pour celui qui avait passé la saison précédente comme adjoint avec le Drakkar de Baie-Comeau. Toutefois, il montrait une longue feuille de route dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec après avoir évolué pendant quelques années dans divers circuits professionnels en Europe. Oui le junior AAA est un calibre grandement inférieur au junior majeur, mais ça reste des jeunes au même comportement. La scène du junior majeur est simplement plus grandiose avec plus de spectateurs.
Dès les premières journées du camp, son expérience comme entraîneur-chef était évidente. Toujours très calme, il n'hésitait jamais à donner son opinion sur tel ou tel joueur, sans se cacher dans les formules sans saveur.
Avec Charles Hudon et Sébastien Sylvestre jusqu'aux Fêtes, même si les Sags manquaient cruellement de profondeur, surtout en défensive, les Sags s'en tiraient pas trop mal, avec une fiche autour de. 500. Patrice Bosch mettait tranquillement l'équipe à sa main. Ça semble anodin, mais ça prend quelques mois avant qu'un nouvel entraîneur se sente parfaitement à l'aise et connaisse parfaitement tous les individus dans le vestiaire.
Il était cependant évident que les Sags n'avaient pas les cartes pour causer des surprises en séries et que la liquidation devenait inévitable, ce qui s'est confirmé alors que Charles Hudon a pris le chemin de Baie-Comeau alors que Sébastien Sylvestre s'est retrouvé à Rimouski. Du temps de glace, les jeunes en ont eu dans les derniers mois de la saison qui n'a pas été de tout repos avec seulement cinq victoires en 26 parties et une élimination en quatre au premier tour éliminatoire face à l'Océanic. En prime, Laurent Dauphin a vu sa saison prendre fin en février avec une blessure à l'épaule qui a nécessité une opération.
Malgré tout, Patrice Bosch a continué de suivre son plan. Il n'a jamais cédé à la panique et s'est montré strict même si ses décisions ne faisaient pas l'affaire de tout le monde. À deux semaines des séries, il n'a pas hésité à laisser dans les estrades trois vétérans, Dominic Beauchemin, Simon Tremblay et Julien Lepage, contre les Remparts de Québec au centre Georges-Vézina pour des raisons disciplinaires. Résultat du match : 5-1 en faveur des éternels rivaux de la Capitale nationale. « Je peux comprendre que les gens veulent voir une victoire, mais nous à l'interne, on a des choses à régler. C'était la bonne décision. Si c'était à refaire, ce serait la même chose », avait-il plaidé après la rencontre. Traduction libre : « c'est moi le "'boss"! »
En séries, le trio de Nicolas Roy était jumelé au gros défenseur de l'Océanic, Samuel Morin. Les Sags n'ont marqué que quatre buts en quatre rencontres et aucun lors des deux matchs devant leurs partisans, mais cette expérience sera très profitable dans le futur.
La prochaine saison sera celle de l'évaluation exhaustive pour Patrice Bosch. Avec les ajouts de l'Armada et du Drakkar et du défenseur Alexandre Leclerc des Huskies, les Saguenéens aligneront une formation à son image avec un bon mélange de vitesse et de robustesse. Sans dire que les Saguenéens foncent droit vers le championnat, ils auront une équipe beaucoup plus compétitive et la pression de gagner sera forte sur les épaules de l'entraîneur-chef. La lune de miel est terminée, ça prend maintenant des résultats.