Dimanche, les Saguenéens ont connu une troisième période particulièrement difficile. Pendant ces 20 minutes, ils ont vu leurs adversaires trouver le fond du filet à quatre reprises.

Pas de congé, pas de rondelle

Au lendemain d'une décevante défaite de 5-2 devant les Olympiques de Gatineau, les joueurs des Saguenéens de Chicoutimi ont travaillé pendant plusieurs minutes sans voir l'ombre d'une rondelle, hier matin. Patrice Bosch a laissé de côté les morceaux de caoutchouc pour mettre l'accent uniquement sur le coup de patin.
L'allure du match de dimanche a forcé l'entraîneur des Saguenéens à modifier une bonne partie de son horaire. Tout le monde, y compris les entraîneurs, devait bénéficier du congé de l'Action de grâce et passer la journée loin du centre Vézina. En lieu et place, Patrice Bosch avait un message à passer. L'entraîneur chicoutimien souhaite voir ses hockeyeurs montrer un meilleur esprit de corps.
«J'aimerais que les gars forment plus une équipe, a expliqué l'entraîneur des Saguenéens, quelques minutes après la séance d'entraînement sans rondelle. Je veux que les gars se tiennent entre eux. Nous devons avoir plus l'air d'une équipe.
«Dimanche, on ne jouait pas un mauvais match avant la troisième période. Nous n'avions accordé que quatre lancers après une période et que 13 lancers après deux périodes. Mais un match de hockey dure trois périodes. En plus, je n'ai pas aimé l'énergie qu'il y avait autour de l'équipe. Ça prend une énergie plus positive. Il n'y a pas de raison pour que cette équipe ne fonctionne pas bien.»
Comme il l'avait fait après le match de dimanche, Patrice Bosch a refusé d'expliquer les plus récentes performances de son équipe par l'absence de deux de ses meilleurs éléments, Laurent Dauphin et Gabryel Paquin-Boudreau.
Dans son esprit, le reste de l'équipe peut prendre la relève.
«Les blessures font partie du hockey, a rappelé le pilote des Saguenéens. Au hockey, tu vas connaître des moments où les choses ne se passent pas comme tu le veux. Les joueurs doivent se responsabiliser un peu plus.»
Dure troisième période
Dimanche, les Saguenéens ont connu une troisième période particulièrement difficile. Pendant ces 20 minutes, ils ont vu leurs adversaires trouver le fond du filet à quatre reprises.
«Pour une raison X, c'est très négatif en ce moment, a dit Patrice Bosch après la défaite. Dès que les Olympiques ont marqué leur premier but en troisième, on s'est écrasés. (...) Ce serait le fun que certains soient aussi ''tough'' dans les matchs qu'ils le sont dans les entraînements.»
Bosch avait alors fait allusion à des prises de bec entre joueurs qui avaient pimenté l'entraînement de la veille.
Dans son analyse de la rencontre, l'entraîneur s'est aussi interrogé ouvertement sur certains joueurs.
«Quelque part, il y a des gars avec qui je ne sais pas où nous sommes rendus. C'est clair que je ne suis pas satisfait», a-t-il mentionné.