Nicolas Roy (2e rangée, au centre) n’a pas chômé cet été pour se présenter fin prêt au camp des recrues des Hurricanes de la Caroline. L’ancien capitaine des Sags a en outre fait partie de l’équipe gagnante du tournoi À bout de souffle tenu dimanche au Centre Georges-Vézina. Sur la photo, on retrouve Jean-Pierre Senneville, Yanick Jean, Simon Tremblay, Sébastien Dion, Michaël Pellerin, Mathieu Desgagnés et le gardien Alexis Shank.

Nicolas Roy a savouré sa première saison dans la LAH

Après avoir disputé un premier match dans la Ligue nationale de hockey le 7 avril dernier, Nicolas Roy entend bien faire tout en son pouvoir pour pouvoir s’aligner à nouveau avec les Hurricanes de la Caroline. Et l’ancien capitaine des Saguenéens de Chicoutimi a pris les moyens pour y parvenir, en améliorant notamment sa vitesse.

Membre de la formation gagnante de la 34e édition du tournoi « À bout de souffle » au profit de la Fondation d’études Desjardins des Saguenéens de Chicoutimi, Nicolas Roy trace d’ailleurs un bilan positif de sa première saison dans la Ligue américaine, avec les Checkers de Charlotte, le club-école des Hurricanes de la Caroline. « Ç’a super bien été. Ç’a été une année de transition entre le junior et le circuit professionnel. Ç’a été un peu plus difficile lors des premiers matchs, mais plus ça avançait et mieux ça allait. Ç’a donc été une très belle saison et je n’en retiens que du positif », assure l’Amossois, choix de 4e ronde des Canes (96e au total) en 2015.

Avec les Checkers, l’attaquant de 6’4’’, 207 livres a conclu sa première année avec une récolte de 11 buts et 27 passes et un différentiel de +3 en 70 rencontres. La cerise sur le sundae a évidemment été son rappel par le grand club pour prendre part au dernier match de la saison des Canes, le 7 avril, contre le Lightning de Tampa Bay. « Ç’a été une expérience incroyable ! Je vais toujours m’en rappeler ! »

Nicolas Roy est de passage dans l'entourage des Saguenéens.

Camp des recrues
Aussi se présentera-t-il au camp des recrues le 7 septembre avec le désir de faire sa place avec le club de la Caroline.

« Si je suis capable d’avoir un poste dans la Ligue nationale, ce serait incroyable ! Sinon, mon objectif sera d’être plus dominant dans la Ligue américaine et d’obtenir des rappels (des Canes) le plus souvent possible ! »

Durant cet été de grandes chaleurs, le longiligne attaquant n’a d’ailleurs pas vraiment profité de la plage, s’organisant plutôt pour s’entraîner le plus souvent possible. « Ce que j’ai amélioré le plus, c’est ma vitesse. Je me suis entraîné en Abitibi et à Montréal, ainsi qu’à Buffalo pour avoir le plus de glace possible. Il y a deux semaines, je suis allé faire le Boot Camp à Québec », mentionne-t-il. Lors de cet événement, il en a profité pour évaluer sa progression en côtoyant les autres joueurs professionnels. Et là aussi, il a fait partie de l’équipe gagnante.

Étonnamment, Nicolas Roy ne participe pas à beaucoup de tournois amicaux comme celui de dimanche. Outre le Boot Camp de Québec, le tournoi « À bout de souffle » des Sags n’était que son deuxième événement du genre. Toutefois, le plaisir de revoir d’anciens coéquipiers, les entraîneurs, les partisans et sa famille de pension l’a rapidement convaincu de faire une saucette au Saguenay. D’ailleurs, à la blague, il avoue qu’il s’est un peu ennuyé du confort des pensions, puisqu’en faisant le saut dans la Ligue américaine, il a dû apprendre à se débrouiller pour cuisiner, faire le lavage, etc.

« La transition s’est bien passée, mais c’est sûr qu’on s’ennuie un peu des pensions dans ce temps-là ! », a-t-il convenu en riant !

+

RETOUR APPRÉCIÉ POUR ANDRÉ ROY

Coanimateur de l’émission Hors jeu 2.0 à RDS, André Roy s’amuse tout autant sur la glace. Et sa participation, dimanche, à la 3e édition du tournoi « À bout de souffle » des Saguenéens n’a pas fait exception.

Véritable boute-en-train, l’ancien porte-couleurs des Bleus (1993-95) a bien sûr mis un peu de piquant durant les parties. Dans le match décisif pour les positions 1 et 2, il a profité du micro tendu pour mentionner que ses entraîneurs l’ont mal utilisé malgré son talent évident, ce qui a bien sûr provoqué l’hilarité parmi ses coéquipiers et ses entraîneurs du moment, Guy Carbonneau et Yanick Lévesque.

D’ailleurs, les téléspectateurs pourront en savoir davantage en novembre, puisque RDS présentera le fruit de son tournage et de la prestation de ses représentants au tournoi disputé au centre Georges-Vézina. 

D’ailleurs, André Roy avoue que ça faisait un bout qu’il n’avait pas remis les pieds au CGV. L’attaquant format géant, qui a participé à la Coupe Memorial avec les Sags en 1994, a terminé son association avec les Saguenéens en 1994, après avoir été échangé à Drummondville. « Je suis revenu ici en 2005, lors du lock-out de la Ligue nationale, avec Joël Bouchard et la caravane McDonald’s. On avait joué un match ici, mais ç’avait été un séjour très rapide », mentionne-t-il.

Cette fois-ci, Roy et ses collègues séjournent plus longtemps. Arrivés samedi, ils repartent lundi. Et André Roy aura visiblement eu bien du plaisir, tout en contribuant à une bonne cause.

« C’est l’fun de voir les jeunes. Ils sont en forme, c’est incroyable ! Le jeu est rendu beaucoup plus rapide. Les gars sont préparés et entraînés et ça paraît. C’est une belle ambiance ! », a commenté celui qui se tient en forme en jouant au sein d’une ligue à Blainville en plus de participer à des matchs des Anciens de la LNH un peu partout au Canada.

L’ancien attaquant format géant des Saguenéens de Chicoutimi, André Roy, était heureux de serrer la pince à Renald ‘Neppy’ Nepton, directeur des opérations hockey.

+

CARBO EN PAYS DE CONNAISSANCE

Même s’il a appris à décliner les nombreuses demandes de s’associer à divers événements, l’ancien attaquant et gestionnaire des Saguenéens de Chicoutimi, Guy Carbonneau, ne pouvait dire non à Marc Denis. Surtout qu’il se retrouve en pays de connaissance chaque fois qu’il revient au Saguenay, même si ses visites sont moins fréquentes que par le passé. 

« Ça me donne la chance de revenir à Chicoutimi et de revoir des gens avec qui j’ai eu beaucoup de plaisir », explique Carbo, qui a donc accepté d’agir comme président d’honneur du tournoi de golf des Saguenéens. 

Le tournoi, qui affiche complet avec 176 joueurs, prendra son envol à compter de midi 30 sur les verts du Club de golf de Chicoutimi. Un cocktail suivra, avec en soirée la présentation des joueurs des Saguenéens de la nouvelle mouture. 

D’ailleurs, s’il ne s’était pas blessé à un genou il y a deux semaines, l’ancien #21 du Canadien de Montréal aurait bien aimé prendre part au tournoi « À bout de souffle » de dimanche, tournoi qui fait aussi partie des activités de la Fondation d’études Desjardins des Saguenéens. Il en aurait certainement profité pour taquiner ses collègues de RDS, Marc Denis et André Roy, sur la glace plutôt que derrière le banc.

D’ailleurs, Guy Carbonneau était dans la région à la mi-juin, puisqu’il a pris part pour une 9e fois au 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie. S’alignant avec les équipes du Canadien de Montréal, Carbo n’a donc raté qu’une édition. 

« C’est l’fun! C’est un événement qui est extrêmement bien organisé avec des gens extraordinaires. C’est tout le temps trois jours où l’on côtoie des gens qui veulent se mettre en forme et qui ont les jeunes à cœur », explique-t-il.

Bien qu’il soit un habitué du défi et qu’il se prépare en conséquence, cette année, il a trouvé que l’étape entre La Baie et L’Anse-Saint-Jean était la plus difficile des étapes qu’il a effectuées. « Mais ce n’est pas grave, on a eu du fun! »

Enfin, Guy Carbonneau fait partie de ceux qui préconisent une pause hockey pour les joueurs. « Dans notre temps, on faisait autre chose que le hockey. Moi, j’ai toujours préféré que les joueurs fassent autre chose. C’est bon d’essayer d’autres sports, de se changer les idées de temps en temps. Est-ce mieux deux semaines, un mois, deux mois, c’est difficile à dire, mais je pense que de faire un autre sport est bénéfique. »

Président d’honneur du tournoi de golf des Saguenéens, Guy Carbonneau a eu beaucoup de plaisir à taquiner ses collègues de RDS qui ont chaussé les patins, André Roy (sur le banc à gauche) et Marc Denis, en compagnie de l’animateur Yanick Lévesque (à droite).