Les recrues des Sags ont disputé deux matchs intra-équipe, jeudi, à l’aréna de l’UQAC. Un troisième aura lieu vendredi matin après une première vague de coupes et l’arrivée des vétérans.

Loris Rafanomezantsoa et Thomas Ferland: deux défenseurs affamés

Le premier est le choix le plus élevé au camp des recrues des Saguenéens et le second a passé la première moitié de saison l’an dernier à Chicoutimi, mais n’a été utilisé que très rarement. Toutefois, les défenseurs Loris Rafanomezantsoa et Thomas Ferland cherchent tous les deux à s’établir dans le junior majeur.

Choix de deuxième ronde en 2018, 21e au total, Loris Rafanomezantsoa avait laissé une bonne impression, l’an dernier, après avoir passé la saison précédente majoritairement dans le midget espoir. De l’avis même du jeune homme qui possède quatre nationalités, la dernière saison n’a cependant pas été à la hauteur des attentes d’un point de vue individuel, malgré une récolte de 16 points en 41 rencontres et un différentiel de +15.

Loris Rafanomezantsoa est le choix le plus élevé au camp des recrues des Sags,ayant été sélectionné en deuxième ronde, 21e au total en 2018.

« J’ai acquis beaucoup d’expérience et de la confiance pour être prêt cette année, avance le défenseur de 17 ans. Pour mon développement, je pense que c’était une bonne affaire de jouer midget AAA. C’est la marche seulement avant le junior majeur. Je suis d’accord avec la décision des entraîneurs l’an dernier. »

« Je pense qu’il y a des postes cette année et je suis prêt à faire le saut », assure Rafanomezantsoa, bien conscient que les réflecteurs sont braqués sur lui cette semaine, ce qui était le cas lors des deux matchs intraéquipe jeudi.

Après avoir passé la première moitié de la dernière saison à Chicoutimi, Thomas Ferland souhaite s’établir pour de bon au sein de la brigade défensive des Sags.

« Je sais que je suis le plus haut repêché, mais je ne rajoute pas de pression pour cette raison. Je joue simplement comme je suis capable », laisse-t-il tomber.

Un « demi-vétéran »

Repêché en troisième ronde en 2017 et deuxième de la cuvée derrière Michael Pellerin, Thomas Ferland a l’expérience du junior majeur, mais n’a disputé que sept matchs avant la période des Fêtes avant d’être cédé dans le junior AAA. Comble de malheur, l’arrière de 18 ans a disputé seulement 11 rencontres (3 points, +4) avant qu’une fracture du poignet vienne mettre un terme à sa saison.

Après avoir passé la première moitié de la dernière saison à Chicoutimi, Thomas Ferland souhaite s’établir pour de bon au sein de la brigade défensive des Sags.

« Je n’ai pu rien faire pendant trois mois. J’ai eu un gros été pour me remettre en forme et vraiment être prêt pour le camp, mentionne Thomas Ferland. C’est sûr que sur la confiance, ç’a été difficile, mais j’ai confiance en moi. Je me sens prêt. »

À son troisième camp, qu’il considère comme un nouveau départ, Thomas Ferland affiche la maturité d’un vétéran, ce qu’il est à moitié ! « Je suis venu ici pour tout donner. Je suis conscient que c’est probablement ma dernière chance. Je suis prêt à tout donner pour rester ici pour de bon cette fois-ci », assure-t-il.

Loris Rafanomezantsoa est le choix le plus élevé au camp des recrues des Sags,ayant été sélectionné en deuxième ronde, 21e au total en 2018.

« Je sais que ce n’est pas juste le camp. Si, et je dis bien si, je fais l’équipe, je vais devoir continuer à avoir une bonne éthique de travail, travailler certains points de mon jeu. Ça fait partie du métier », raconte Thomas Ferland.

+ POINTES DE PLUMES

• Rafaël Harvey-Pinard est déjà présent dans l’entourage des Sags. Jeudi, il était derrière le banc lors des deux matchs simulés. 

• En matinée, les Blancs ont eu le dessus 5-4 en tirs de barrage sur les Bleus. L’attaquant Xavier Fillion, qui sera assurément un candidat pour un poste, a été le seul à marquer en fusillade d’une belle feinte. Choix de 10e ronde en 2018, Tristan Fortin a su attirer l’attention à quelques occasions. Ce fut un autre genre de rencontre en soirée alors que les Blancs ont vraiment dominé. Choix de 5e tour au dernier repêchage, Pierre-Alexandre Boulet a touché la cible à deux occasions. 

• Après la journée, l’entraîneur-chef Yanick Jean qualifiait cette journée de « correcte ». Il a vu de belles choses de plusieurs joueurs qu’il s’attendait et convenait que pour d’autres, ce fut plus difficile. Entre 10 et 20 verront leur aventure prendre fin après un troisième match simulé, vendredi matin. « Il y a beaucoup de joueurs qui sont venus ici et qui ne savent pas bien s’entraîner. Ça rentre dans le bagage d’expérience. C’est facile à voir ceux qui ont eu un bon été d’entraînement et les autres, de laisser savoir Yanick Jean. On a beaucoup de régionaux. Si ça peut les aider à comprendre que le hockey c’est un mode de vie et non un hobby. »

• Joueur invité, le fils de l’ancien défenseur des Sags Steve Gosselin, Félix-Antoine, participe au camp de la formation pour laquelle son père a évolué de 1990 à 1994. Le défenseur de 17 ans a passé la dernière saison avec le Collège de Lévis dans la Ligue de hockey préparatoire scolaire des moins de 18 ans. Comble du hasard, l’autre fils de Steve Gosselin, William, qui a préféré le football, fait partie des Couguars du Cégep de Chicoutimi. Hier soir, pendant que Félix-Antoine était sur la glace de l’aréna de l’UQAC, William n’était qu’à une dizaine de mètres à l’extérieur sur le terrain de football.