Alexis Shank a été fumant devant la cage des Saguenéens malgré la défaite, réalisant 80 arrêts.

L'Océanic l'emporte sur les Sags en quatrième prolongation

Les Saguenéens ont amené l’Océanic en prolongation lors des deux premiers matchs à Rimouski, mais rentrent tout de même en retard 2-0 dans la série quatre de sept. Dans le deuxième affrontement, les Rimouskois ont eu besoin de 83 tirs et quatre périodes de prolongation pour finalement venir à bout des Chicoutimiens et Alexis Shank, au compte de 3-2, dans le troisième plus long match de l’histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.
Alexis Shank, Xavier Labrecque et Jérémy Fortin ont assisté, impuissants, au but victorieux de l'Océanic.

À mi-chemin de la septième période, D’Artagnan Joly a joué les héros quand son tir du poignet s’est frayé un chemin, frappant le poteau avant d’entrer dans le fond du but, pour faire bondir les partisans qui étaient toujours présents au Colisée Financière Sun Life. Quelques minutes avant, Zachary Lavigne s’était amené seul devant Colten Ellis qui avait fermé les jambières. 

« C’est l’un des matchs les plus incroyables auquel j’ai eu l’occasion de participer, a convenu l’entraîneur-chef des Sags Yanick Jean au terme de la rencontre. On a vu des jeunes qui ont puisé et puisé dans leurs ressources. Certains n’avaient plus rien après deux périodes de prolongation et tout d’un coup, le gaz revenait .»

« Je n’ai jamais dirigé un match aussi long et enlevant. Ouf. C’était épuisant pour les entraîneurs. Imaginez-vous pour les joueurs », a pour sa part soufflé son vis-à-vis Serge Beausoleil dans son point de presse, notant également la bonne condition physique de ses troupiers.  

« On se questionnait si on mettait le match à 16h ou 19h pour donner un peu plus de repos aux joueurs. On a une tradition de jouer à 16h et on l’a fait, mais finalement on a joué à 19h également. », a-t-il blagué par la suite. 

Malgré la défaite, le gardien des Sags Alexis Shank a été époustouflant, réalisant 80 arrêts, établissant une nouvelle marque d’équipe. Les 83 tirs qu’il a affrontés représentent maintenant le deuxième plus haut total de l’histoire de la LHJMQ en séries, derrière Pierre-Luc Therrien des Tigres qui avait fait face à 89 tirs en 1999. « Il est tout le temps de même. Il l’a fait plein de fois cette année. Il ne m’a pas jeté à terre et ce n’était qu’une autre journée au bureau pour lui », de souligner Yanick Jean. Avec le total de lancers, l'Océanic a établi une nouvelle marque de concession. 


Après deux revers en temps supplémentaire, Yanick Jean ne croit pas que ses troupiers ont plus ou moins confiance en leurs moyens qu’avant le début des hostilités. « On n’avait pas besoin de se prouver qu’on était capables de jouer cette série-là », de mentionner l’entraîneur-chef. 

« On s’est battus et c’est ce qu’on doit faire dans cette série. Personne ne doit baisser la tête. C’était deux gros matchs de hockey. Maintenant, on retourne à la maison et on recommence à zéro. On a joué pas mal de périodes jusqu’à maintenant. On l’a dit que ce serait serré. C’est un peu comme une série de deuxième ou troisième ronde avec des équipes qui ont fini avec de bonnes positions au classement général. C’est ce qui arrive dans ce temps-là et honnêtement, je n’ai pas un mot à dire, de reprendre Yanick Jean. On n’a pas eu de bons favorables encore. On va continuer de travailler pour en avoir. »

Film du match

Les Sags ont ouvert la porte dès le début de la rencontre avec une pénalité pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire et les locaux en ont profité d’une bien drôle de manière. Zachary Lavigne a tenté de dégagé son territoire et la rondelle a dévié sur le patin de Dmitry Zavgorodniy pour passer au-dessus du gardien Alexis Shank avant de se retrouver au fond du but. Les visiteurs ont mis quelques minutes à s’en remettre, les deux équipes obtenant ensuite de très bonnes chances, sans rien conclure.  

Les Chicoutimiens ont à leur tour profité de leur première attaque massive en début de deuxième, marquant d’une manière plus conventionnelle. Posté dans le haut de l’enclave, Théo Rochette a inscrit son troisième de la courte série avant un tir parfait dans la partie supérieure. Le reste de la période a toutefois appartenu aux locaux qui ont doublé les Chicoutimiens dans la colonne des tirs. Alexis Shank a notamment effectué l’arrêt signature de cette série jusqu’à maintenant, de la jambière après un déplacement gauche droite sur une descente à deux contre un. 

Les Sags ont encore une fois connu une bonne troisième période, prenant les devants pour la première fois de la série avec moins de cinq minutes à faire. Lors d’un avantage numérique, Théo Rochette a été patient avant de tenter une passe, mais la rondelle a dévié pour se retrouver derrière Colten Ellis. Les réjouissances ont toutefois été de bien courte durée. Avec Jérémy Diotte au cachot et l’Océanic en avantage six contre quatre, Cédric Paré a soulevé les 3456 partisans au Colisée Financière Sun Life d’un violent tir sur réception. Jusqu’à maintenant, tous les buts des Sags ont été marqués par les joueurs de 16 ans Théo Rochette (4) et Hendrix Lapierre. 

La première période de prolongation n’a pas fait de maître, étant tout de même excitante au possible, notamment avec un avantage numérique de part et d’autre. L’attaquant de l’Océanic Anthony Gagnon a eu deux fois l’occasion de mettre un terme à la rencontre. Il a raté son tir sur un but ouvert avant d’être frustré de la jambière par Alexis Shank quelques minutes plus tard. Le gardien chicoutimien a toutefois réservé son plus bel arrêt au héros de la veille, Jimmy Huntington, de la mitaine. Les occasions de conclure le match n’ont pas non plus manqué lors de la deuxième période supplémentaire. Jérémy Fortin pouvait également donner la victoire aux siens, mais a tiré hors cible. Les Sags se sont défendus deux fois avec succès à court d’un homme, ce qui a permis d’étirer le plaisir encore un peu.

Seulement trois buts en deux matchs à forces égales

Lors de ces deux premiers duels, seulement trois buts ont été marqués à forces égales, les deux de l’Océanic en prolongation, ainsi que l’un des trois buts des Sags en troisième période vendredi d’Hendrix Lapierre. 

« Ce sont deux équipes systématiques et qui se défendent bien. Les deux clubs sont dans la première moitié pour les buts accordés. Il faut que tu bagarres pour chaque pouce sur la glace. On s’attendait à ça et c’est exactement ce qu’on a depuis le début de la série », d’estimer Yanick Jean, soulignant le bagage énorme mis en banque par les jeunes joueurs de l’équipe au cours de cette série, rappelant du même souffle que toute la pression se trouvait encore sur l’Océanic. 

« On savait que ce serait des matchs à l’arraché. Tout le monde est conscient que c’est pas mal ça qui se passe », a laissé tomber l’entraîneur-chef Serge Beausoleil après cette deuxième victoire en temps supplémentaire. 

Contrairement à la veille où ils ont laissé filer une priorité de trois buts en troisième avant de sauver la mise en prolongation, cette fois, les Rimouskois tiraient de l’arrière en fin de troisième période. «C’était 2-1 avant qu’on enlève le gardien avec moins de deux minutes à faire. Les gars ont très très bien travaillé pour aller chercher le gros but égalisateur. Ça donné de l’énergie à tout le monde », de raconter Serge Beausoleil. 

« Si on reste pragmatiques, c’est seulement deux victoires. Tout va être à refaire à Chicoutimi. Ce ne sera pas évident et on voit comment l’adversaire est corriace », a-t-il signalé après deux matchs où les coups d’épaules ont été nombreux de part et d’autre. 

« On est en avance, mais il faut gagner notre dû », de convenir Serge Beausoleil. C’est serré. Ce sont des guerres de tranchées. Il faut donner crédit aux joueurs des deux équipes. C’est tout un spectacle pour les amateurs.» 

+
Pointes de plume

• Le défenseur des Sags Gabriel Villeneuve n’a pas été suspendu par les autorités de la LHJMQ pour son coup à la tête de Ludovic Soucy vendredi. Il était donc à son poste pour le deuxième match. Le vétéran avait écopé d’une pénalité majeure en plus d’être expulsé de la rencontre en deuxième période, ce qui a mené à trois buts de l’Océanic pendant l’attaque massive qui a suivi. Pour sa part, Soucy était également en uniforme samedi après avoir raté la fin de la première rencontre. Également blessé vendredi, le défenseur Jordan Lepage a raté ce deuxième affrontement. 

• Le record de la plus longue rencontre de l’histoire de la LHJMQ appartient toujours aux Tigres de Victoriaville et aux Olympiques de Hull en 1999, le seul match de l’histoire du circuit Courteau qui a nécessité cinq périodes supplémentaires. Brock Boucher avait tranché le débat et donné la victoire aux Olympiques après 146 minutes et 31 secondes d’action. 

• Les deux clubs ont maintenant rendez-vous mardi et mercredi, mais cette fois sur la patinoire olympique du centre Georges-Vézina. Les joueurs auront au moins quelques jours pour refaire leurs forces. 

• L'ancien record pour le plus grand nombre de tirs reçus par un gardien des Sags en séries appartenait à Yvan Charbonneau qui avait fait face à 57 lancers en 1980. Récompensé de la première étoile, Alexis Shank a d'ailleurs été chaudement applaudit par les amateurs rimouskois qui sont restés jusqu'à la fin de la rencontre. 

• Les Sags ont perdu samedi une première fois en 11 occasions un deuxième affrontement en autant de jours en séries éliminatoires. La séquence avait débuté en 2016 face aux Screaming Eagles du Cap-Breton.