Olivier Rodrigue

«L’expérience d’une vie» pour Rodrigue

Même s’il est confiné au poste de troisième gardien avec la formation canadienne au Championnat mondial junior, le Saguenéen Olivier Rodrigue garde le sourire en République tchèque.

« On est tous des numéros un et ils devaient prendre une décision, a-t-il mis en contexte lors d’une entrevue avec le site Internet LNH.com et d’autres médias francophones vendredi. Je dois vivre avec ça. Mon but pour l’instant n’est peut-être pas d’aider l’équipe sur la glace, mais tout ce que je peux faire, c’est de travailler encore plus fort dans les entraînements et d’être un bon coéquipier.

Lors des derniers mois, Olivier Rodrigue semblait destiné à obtenir le poste de gardien numéro un, mais les dirigeants du programme canadien ont décidé de faire confiance à Nico Daws et de confier le poste d’adjoint à Joel Hofer. Le gardien saguenéen, des Wildcats de Moncton, devrait donc normalement se contenter d’un rôle de spectateur, à moins d’une blessure ou d’une défaillance majeure devant le filet.

« C’est une belle expérience. Je fais partie de l’équipe canadienne. De me retrouver avec les gars et de pouvoir pratiquer avec eux, c’est l’expérience d’une vie », a exprimé Olivier Rodrigue.

« C’est sûr qu’à l’intérieur de lui, il est déçu, mais il ne le démontre jamais et c’est un coéquipier extraordinaire », a pour sa part noté l’entraîneur adjoint André Tourigny.

« Il fait partie de l’équipe, il est avec tout le monde, il est de bonne humeur et il est impliqué, a-t-il souligné. Ce n’est pas la première fois que j’ai un troisième gardien, mais c’est la première fois que j’en ai un comme lui, qui est engagé et qui est content d’être là avec les boys. »

Même s’il n’est pas sur la glace, Olivier Rodrigue doit accomplir certaines tâches pendant les matchs. « J’ai quelques notes à prendre. Je regarde surtout les gardiens et ce que je pourrais faire pour aider notre entraîneur des gardiens en analysant leur jeu », de raconter Rodrigue. Comme le rappelle le journaliste de LNH.com Guillaume Lepage, ce n’est pas étranger du tout à l’emploi qu’occupe son père Sylvain comme consultant des gardiens avec les Oilers d’Edmonton.

« C’est peut-être de famille ! », a convenu Olivier Rodrigue, avec le sourire.