L’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, admet que sa formation est désavantagée par le format actuel du classement en vue des séries éliminatoires, mais préfère s’attarder sur ce qu’il peut contrôler.

Les Saguenéens désavantagés par les conférences

Un rapide coup d’oeil au classement permet de constater le débalancement évident entre les conférences Est et Ouest dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Les Saguenéens en paient présentement les frais.

Avant les matchs de vendredi, les Chicoutimiens, qui étaient inactifs, pointaient au 9e rang du classement général du circuit junior majeur, mais au 7e échelon dans leur conférence. Questionné sur la situation, l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, a convenu que sa formation était grandement désavantagée, comme d’autres dans la conférence de l’Est. « Définitivement, ça c’est certain, a-t-il tranché. On s’attendait d’être là au classement général, mais pas d’être là dans notre conférence. »

Cette saison, les dirigeants de la LHJMQ ont opté pour une nouvelle formule en vue des séries éliminatoires afin de diminuer les dépenses de voyage et d’encourager les rivalités. Pour les deux premières rondes, les équipes croiseront le fer selon le classement dans leur conférence respective. En entrevue téléphonique plus tôt cette semaine, le commissaire Gilles Courteau a indiqué que les dirigeants voulaient éviter par exemple un affrontement Rouyn-Noranda contre Halifax en première ronde. « Après la première année, on verra. On va prendre le temps d’analyser la situation. Comme chaque fois qu’on arrive avec un nouveau règlement, on fera un post-mortem et on décidera ce qui va arriver par la suite », a-t-il mentionné.

Cette situation fait qu’avec 51 points, les Sags accusent un retard de quelques points pour l’avantage de la glace alors qu’ils seraient loin devant en troisième place dans l’autre conférence, ce qui aura également un impact sur la qualité de l’adversaire au premier tour éliminatoire. « Il faut s’attarder à ce qu’on peut contrôler », de laisser tomber Yanick Jean sur la situation actuelle.

Avec une récolte de 51 points en 45 rencontres, les Saguenéens pointent au 9e rang du classement général et le 7e dans la conférence de l’Est alors qu’ils seraient en troisième position dans la conférence de l’Ouest.

« On est encore loin de l’avantage de la glace. Les équipes ont des matchs en main sur nous. On n’en fait pas une maladie à mettre l’accent là-dessus », de raconter le pilote des Bleus, notant l’importance de mettre de la pression sur les autres équipes dans la course. Il ajoute que ses troupiers, qui ont remporté leurs trois derniers matchs, sont revenus de la pause dans un bon état d’esprit. « Quand tu as travaillé, tu te sens bien, tu es dans de bonnes dispositions. Mentalement, ton estime de soi augmente. Ç’a un effet boule de neige », de raconter Yanick Jean.

+

VERS UNE 1500E VICTOIRE

Les Saguenéens auront l’occasion de s’approcher à une seule victoire de la barre des 1500 dans l’histoire de la concession, samedi, au Centre Videotron de Québec. 

Les Chicoutimiens devraient normalement atteindre cette marque sur la route alors qu’ils disputeront leurs quatre prochaines rencontres sur des patinoires adverses, dont un voyage de trois matchs dans les Maritimes. Les Sags ont présentement un dossier de 1498 victoires, 1560 défaites et 137 matchs nuls depuis le début de leur histoire, ce qui leur donne 3263 points en 3195 parties. Ils deviendront ainsi la troisième concession originale à atteindre les 1500 victoires. 

« Pour moi, c’est une fierté d’atteindre cette marque. J’ai été joueur ici pendant quatre ans, j’ai été adjoint pendant trois ans et je suis entraîneur-chef depuis maintenant quatre ans. J’ai participé à 11 de ces années avec l’organisation. C’est vraiment un gros plateau. C’est impressionnant », d’exprimer Yanick Jean. 

Pendant la période des Fêtes, l’alignement des Remparts de Québec a été chambardé par Patrick Roy qui a multiplié les transactions. La stratégie semble fonctionner pour la formation de la Capitale nationale qui affiche une récolte de dix points en sept rencontres en 2019, n’ayant pas perdu en temps réglementaire en quatre matchs. « Ils ont fait beaucoup de changements qui semblent avoir été pour le mieux. Un peu à notre image, ils sont sur une bonne séquence. Ça va être un match serré », de prédire l’entraîneur-chef qui devra encore se passer des services des attaquants Zachary Lavigne et Tristan Pelletier.