Le gardien Domenic Graham était de retour avec ses coéquipiers à l'entraînement hier.

Les Sags vers un creux

Au rythme actuel, les Saguenéens pourraient bien établir une nouvelle marque pour le moins de buts marqués dans l'histoire de la concession.
Avec cinq matchs à disputer, les Chicoutimiens ont touché la cible à 174 occasions. Ils menacent donc le record d'équipe de 186 buts comptés lors de la saison 2009-2010. Pour le moment, le rythme actuel est de 0,03 buts par match supérieur à celui de la pire saison offensive des Saguenéens et la 15e moins productive dans l'histoire de la LHJMQ. Toutefois, depuis que le meneur en attaque de l'équipe, Laurent Dauphin, se retrouve sur la liste des blessés, les régionaux n'ont inscrit que quatre buts en quatre rencontres et si ça ne s'améliore pas dans les cinq dernières rencontres, les Sags établiront une nouvelle marque peu enviable.
Quand on divise la saison en deux, il est évident que les départs de Charles Hudon, Sébastien Sylvestre et Thomas Gobeil à la période des transactions des Fêtes ont miné l'attaque des Saguenéens. Lors des 40 premières parties de la saison, les Sags flirtaient avec la marque respectable de trois buts marqués par rencontre avec 188. Depuis ce temps, en 23 rencontres, les Bleus n'ont fait bouger les cordages qu'à 56 occasions, soit plus d'un demi-but de moins par rencontre (2,43).
L'entraîneur-chef des Sags, Patrice Bosch, n'est pas surpris de cette baisse, ce qui ne l'empêche pas de trouver la situation difficile. «Je me souviens qu'avant Noël, on trouvait qu'on ne marquait pas assez avec Hudon et Sylvestre», rappelle le pilote des Bleus.
«C'est sûr qu'on s'attendait à une baisse. Quand ça frappe, ça fait tout le temps un peu mal», concède-t-il.
Trois fois dans leur histoire, toutes lors de saisons récentes, les Saguenéens ont inscrit moins de 200 buts, ce qui correspond grosso modo à une moyenne de respectabilité de trois buts par rencontre. L'année dernière, ils ont inscrit 198 buts et 197 lors de la saison 2010-2011.
Les partisans des Sags peuvent se consoler en se comparant. Cette saison, six équipes ne marqueront pas 200 buts, dont le Titan d'Acadie-Bathurst qui rééditera le livre des records de la LHJMQ à moins d'une explosion offensive dans ses quatre dernières parties. Avec 131 buts au compteur, la formation du Nouveau-Brunswick devrait marquer 21 buts pour dépasser le Drakkar de Baie-Comeau et les Huskies de Rouyn-Noranda et leurs 151 buts lors de la même saison, en 2010-2011.
Les temps ont changé et il se marque maintenant beaucoup moins de buts que durant la belle époque de l'attaque dans les années 70, 80 et 90. Le record de buts marqués des Sags de 442 a été établi lors de la saison 1979-80 et avec les systèmes actuels, il ne risque pas d'être approché de sitôt.
Changement de routine
On ne pourra pas accuser les entraîneurs des Saguenéens de ne pas faire tout en leur possible afin d'aider les joueurs à secouer leur disette à l'attaque et, du même coup, retrouver le sentier de la victoire. Dans les derniers jours, tous les joueurs ont changé de place dans le vestiaire. Hier, lors de l'entraînement quotidien de l'équipe, l'accent a été mis sur l'exécution individuelle autour du filet. «On fait des choses qu'on ne faisait pas pour changer la routine», soutient Patrice Bosch qui soutient que ses protégés ont beaucoup de choses dans la tête présentement, mais il sent leur volonté de s'en sortir.