Les Saguenéens ont remporté un neuvième match de suite face aux représentants de la Mauricie, devant leurs partisans.

Les Sags s’imposent face aux Cataractes

Opposés à l’équipe la moins généreuse de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Saguenéens ont sorti l’artillerie lourde jeudi soir, s’imposant au compte de 6-3 face aux Cataractes de Shawinigan, devant 3059 spectateurs au centre Georges-Vézina.

Avant la rencontre, les Cataractes n’avaient accordé que 12 buts en sept matchs et le gardien Antoine Coulombe avait fait encore mieux, ne cédant que quatre fois lors de ses cinq victoires pour une moyenne de 0.75, ce qui a doublé jeudi soir.

« Il restait six minutes en première, c’était 0-0 et ç’a fini 4-2 », a lancé l’entraîneur-chef Yanick Jean au début de son point de presse.

« Honnêtement, on a tellement fait de belles choses. Pour moi, c’était le jour et la nuit comparativement à Cap-Breton pour notre présence au filet et amener des rondelles au filet. On avait manqué tellement de chances de prendre des lancers. J’ai trouvé que cette fois, on a joué avec conviction, comme une gang de gars qui voulait marquer des buts, ce qui a fait la différence », a résumé le pilote des Bleus, très satisfait de l’attitude de ses troupiers avec l’avance après avoir laissé filer une priorité de deux buts samedi face aux Eagles.

«C’est de la progression et du cheminement à l’intérieur d’une saison. Quand tu mènes par deux buts en deuxième moitié de saison, tu te fais beaucoup moins souvent remonter qu’en première moitié. Ça arrive à tout le monde. Toutes les équipes grandissent là-dedans. Oui on l’a mieux géré, mais c’est normal, d’estimer Yanick Jean. On faisait de belles choses. Les buts qu’on a donnés, ce sont des erreurs individuelles et non de nonchalance, de manque d’éthique de travail ou d’indiscipline. Ce sont des erreurs où on voulait bien faire. Ce sont des choses qui arrivent et on doit tourner la page. C’était facile de remettre le compteur à zéro même si on avait donné deux buts. On était au filet, on donnait du fil à retordre au gardien adverse et c’est ce qu’on devait faire.»

Les Saguenéens ont obtenu les huit premiers tirs de la rencontre, mais Antoine Coulombe a résisté à toutes les attaques. Il a réservé son plus bel arrêt de la jambière à Ethan Crossman alors que les Sags évoluaient avec l’avantage d’un homme. Samuel Houde a finalement percé le mystère du gardien des Cataractes, ce qui a ensuite mené à une pluie de six buts en l’espace de 5 min 40. Charles Beaudoin a d’abord créé l’égalité sur une échappée. Vladislav Kotkov a redonné les devants aux locaux, profitant encore une fois de la vision du jeu d’Hendrix Lapierre. La jeu du chat et de la souris s’est poursuivi. Profitant d’un revirement en sortie de territoire, Vasily Ponomarev a fait 2-2 sur un retour. Les Sags ont encore pris les devants sur un plomb de Louis Crevier qui a inscrit son quatrième de la saison, lui qui n’avait pas fait bouger les cordages l’an dernier. Son taux de réussite (4 en 14 tirs) est le meilleur de toute la LHJMQ.

Cette fois, les Sags ont fermé la porte et avec une cinquantaine de secondes au cadran, Justin Blanchette s’est joint à la fête, ce qui donnait une priorité de deux buts aux locaux qui n’ont plus regardé derrière par la suite.

En début de deuxième période, le tir de Michael Pellerin s’est faufilé jusque dans le fond du but, ce qui a signifié la fin pour Antoine Coulombe.

Le reste de la rencontre peut se résumer à un superbe arrêt d’Alexis Shank en deuxième et une escarmouche à mi-chemin en troisième qui a envoyé sept joueurs au cachot.

Avec trois minutes à faire, Kotkov a assommé les visiteurs pour de bon avec son cinquième en seulement trois matchs. Charles Beaudoin a tout de même profité des dernières secondes pour s’amener une deuxième fois seul devant Shank qu’il a de nouveau battu d’un bon tir.

Le défenseur Louis Crevier s’est mis en évidence dans cette rencontre, non seulement avec son but, mais aussi avec son jeu défensif. Sur une séquence en deuxième, il a notamment bloqué trois tirs des Cataractes. «On dirait qu’il est meilleur de match en match. Je l’ai dit en deuxième moitié l’année passée que des équipes de la Ligue nationales allaient se mordre les doigts de ne pas lui donner une chance. Il y en a qui l’ont fait (le Lightning) et il est revenu confiant. Il est impressionnant. Il fait bien les choses défensivement. Avec son bâton, ça ne passe pas, peu importe contre qui. Il joue aussi de mieux en mieux offensivement», de souligner Yanick Jean.

«On avait besoin de ça. C’était le septième match qu’Artemi Kniazev manquait. On doit se débrouiller pour au moins les neuf premières parties sans notre défenseur numéro un. Il y en a qui devaient prendre la relève et Crevier s’est chargé de sa tâche avec panache», a insisté Yanick Jean.

+
POINTES DE PLUME

• L’ancien attaquant des Saguenéens Denis Hamel fera partie des quatre intronisés au Temple de la renommée de la Ligue américaine de hockey, lors d’une cérémonie qui se déroulera en janvier 2020. L’ancien joueur et ensuite entraîneur Robbie Ftorek fait également partie de cette 15e cuvée, tout comme Darren Haydar et Fred Thurier. Après trois saisons avec les Sags entre 1994 et 1997, Denis Hamel a ensuite passé une quinzaine d’années chez les professionnels, dont 12 dans la Ligue américaine, en plus de disputer près de 200 matchs dans la Ligue nationale. « Denis Hamel était l’un des plus dangereux marqueurs pendant ses 12 ans dans le circuit », rappelle la LAH dans un communiqué sur son site Internet. En 850 matchs dans le deuxième circuit en importance en Amérique du Nord, Denis Hamel a récolté 651 points. Il se retrouve au 11e rang de l’histoire avec 338 buts en plus d’avoir passé 866 minutes au banc des pénalités. Il a également participé à deux finales de la coupe Calder à la fin des années 90 avec les Americans de Rochester, amassant 29 points en 55 rencontres éliminatoires et pris part à trois matchs des étoiles. Après sa carrière professionnelle, Denis Hamel a également disputé une soixantaine de parties avec les Marquis de Jonquière de la Ligue nord-américaine de hockey.

• La séquence avec au moins un point de l’attaquant des Cataractes Mavrik Bourque a été stoppée à six rencontres. La veille, à Baie-Comeau, il a réussi un tour du chapeau en moins de cinq minutes. 

• Le début de saison difficile du Titan d’Acadie-Bathurst s’est poursuivi, mercredi. La formation du Nouveau-Brunswick a subi un neuvième revers en autant de sorties, 4-3 en prolongation devant les Huskies de Rouyn-Noranda. 

• En fin de deuxième période, le gardien Justin Blanchette a perdu sa lame de patin, ce qui est pour le moins rare pour un gardien. Devant l’incapacité de réparer rapidement le problème, Antoine Coulombe a terminé la période devant le filet des Cataractes. C’était plutôt cocasse de voir Blanchette se déplacer en style papillon pour quitter la surface glacée.