Les Sags ont savouré une première victoire en six matchs, mercredi soir, l’emportant 3-2 en prolongation sur l’Océanic.

Les Sags retrouvent le chemin de la victoire

Grâce à un bien meilleur effort qu’en fin de semaine dernière, mais aussi du brio du gardien Zachary Bouthillier, les Saguenéens ont retrouvé le chemin de la victoire après cinq défaites consécutives, face à l’Océanic de Rimouski.

En prolongation, Artemi Knyazev a récupéré le retour de Théo Rochette, qui a tout fait sur la séquence, pour donner une victoire de 3-2 aux Chicoutimiens, au grand plaisir des 2806 spectateurs au centre Georges-Vézina. Il s’agissait d’une première victoire pour les Sags en six présences en temps supplémentaire.

Alexis Lafrenière a eu le meilleur sur Zachary Bouthillier lors d’un avantage numérique en première période, mais le gardien des Sags a ensuite eu le dernier mot sur l’attaquant vedette de l’Océanic.

« Un, on ne s’est pas battus nous-mêmes. On a travaillé. Quand tu le fais, il y a de meilleures choses qui arrivent que quand tu ne travailles pas et tu es deuxième sur la rondelle tout le temps. C’est une grosse amélioration sur l’effort. Ce n’était pas parfait, mais c’est normal. Faire des erreurs, c’est normal, surtout dans le junior. Le reste, ce qu’on leur demande, c’est de travailler et ce soir, on a travaillé », a tranché après la rencontre l’entraîneur-chef Yanick Jean.

« Je sentais un devoir d’améliorer l’effort. On l’a dit aux joueurs. Ça n’a rien à voir avec la victoire. Ils auraient marqué avec dix secondes à faire et je tiendrais le même discours. On est contents d’avoir gagné, c’est sûr. C’est pour ça qu’on joue au hockey, mais le processus était beaucoup mieux et c’est là-dessus qu’on voulait mettre l’emphase. »

Pour ce qui est de l’histoire du match, l’attaque massive de l’Océanic, qui roule à près de 40 %, a frappé dès la première occasion quand Alexis Lafrenière a récupéré un rebond quelque peu chanceux avant de pousser la rondelle derrière Zachary Bouthillier. En début de deuxième, à la toute fin d’un avantage numérique de quatre minutes, après quelques occasions bousillées en fin de première, Samuel Houde a assuré la réplique des Sags avec un lancer digne d’un choix de 5e ronde dans la Ligue nationale. L’espoir du Canadien a certainement laissé tomber un peu de pression au passage avec son premier but en 13 rencontres.

Les visiteurs ont ensuite dicté le rythme, s’offrant plusieurs chances de marquer, mais Bouthillier a réalisé quelques bijoux pour garder le pointage intact. En fin d’engagement, encore une fois en désavantage numérique, il a finalement flanché sur le tir d’Olivier Garneau qui a frappé les deux poteaux avant de se retrouver dans le fond du but. L’Océanic n’a toutefois profité de cette avance que durant 16 secondes. À la reprise, après avoir intercepté une passe, Justin Ducharme s’est amené en vitesse sur l’aile gauche avant de décocher un tir dans la lucarne qui n’a laissé aucune chance à Colten Ellis, pour permettre aux siens de retraiter au vestiaire à égalité. Même sans but, la troisième période n’a pas manqué d’action avec des chances de part et d’autre, mais les deux gardiens ont refusé de céder. Bouthillier a terminé la rencontre avec 32 arrêts.

« Il a été très bon et nous a donné une chance. C’est ce qu’on demande à nos gardiens depuis le début de l’année. On veut qu’ils fassent en sorte qu’on s’accroche. Il a fait quelques bons arrêts en deuxième période et aussi sur une échappée en troisième. Il nous a donné du momentum et du gaz », a souligné Yanick Jean, qui a bien aimé l’énergie des trois attaquants de retour au jeu après une blessure, Ryan Smith, Mathieu Desgagnés et Vincent Lapalme. Il a aussi convenu que de remettre tout le monde a la bonne place facilitait grandement les choses.

« C’est la clé d’un club junior. Quand tu as des joueurs qui ne jouent pas dans la bonne chaise pendant un court temps, il n’y a aucun problème. À moyen terme, ça devient plus difficile alors imagine à long terme. C’est ce qui nous est arrivé. Le premier mois, on a été corrects même s’il nous manquait plusieurs joueurs, mais dernièrement, on a payé le prix pour ça. Tu ne peux pas demander à des joueurs affiliés d’effectuer le même rôle que des joueurs blessés. D’autres doivent en faire plus et prendre plus de responsabilités. C’est ce qui fait en sorte que ça fatigue à long terme », d’indiquer Yanick Jean.

Les entraîneurs des Sags portaient le noeud papillon pendant le match face à l’Océanic, afin de supporter l’organisme de lutte au cancer de la prostate Procure. Ils posaient ce geste symbolique et volontaire pour une deuxième année de suite.

+

BOUTHILLIER SOULAGÉ ET TOURNÉ VERES L'AVANT

« C’était le temps que ça arrive, a lancé le principal intéressé, visiblement soulagé par cette performance. J’ai mis tous les efforts possibles pour me rendre. C’était une question de temps. La confiance était revenue dans les entraînements et techniquement j’étais sur la coche. C’était juste une question de temps et maintenant, je ne regarde plus en arrière », poursuit Bouthillier.

TEXTE-courant: « J’avais vraiment tourné la page en début de semaine. On recommence à zéro et je l’ai prouvé ce soir. Je veux continuer pour le reste de la saison, a indiqué la première étoile de la rencontre. C’est sûr qu’elle fait du bien, mais je pense que j’ai travaillé pour. Ça n’arrive pas par surprise, mais je suis content que ça se produise ce soir. » 

TEXTE-courant: Dans l’autre vestiaire, l’entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil, estimait que sa troupe avait laissé filer un point face aux Sags. 

TEXTE-courant: « On ne peut pas dans un match serré comme ça donner un but gratuit comme on l’a fait en fin de deuxième période. T’es sur la route, tu viens de marquer un filet très important, il reste une minute à la période et tu donnes un but sur une mauvaise exécution, une passe un peu molle, je vais dire ça comme ça », a-t-il laissé tomber, en référence à la passe de Jordan Lepage interceptée par Justin Ducharme qui a ensuite fait bouger les cordages. 

TEXTE-courant: « J’aurais aimé qu’on réussisse à achever notre adversaire, mais on n’a pas réussi à le faire. Ils ont marqué le but gagnant sur une erreur assez grotesque, comme c’est souvent le cas en prolongation », a-t-il repris, acquiesçant que la séquence n’était pas une pièce d’anthologie pour les trois joueurs de l’Océanic sur la patinoire. 

TEXTE-courant: Sur une notre plus positive, Beausoleil s’est montré ravi de l’exécution de la première unité d’attaque massive qui a produit les deux buts des Rimouskois face aux Sags. 

TEXTE-courant: La formation du Bas-Saint-Laurent est installée bien loin devant tout le monde, notamment avec un pourcentage de succès de 38,3 % avec l’avantage d’un homme. 

TEXTE-courant: « Il y a beaucoup de talent sur cette ligne, mais les gars communiquent bien et se trouvent bien. Ce n’est pas de l’opportunisme. Ils font vraiment très bien ça. C’est certain que j’aimerais qu’on marque un peu plus souvent à cinq contre cinq. C’était un match très serré », de constater Serge Beausoleil, toujours très volubile, victoire ou défaite.

« C’était le temps que ça arrive, a lancé le principal intéressé, visiblement soulagé par cette performance. J’ai mis tous les efforts possibles pour me rendre. C’était une question de temps. La confiance était revenue dans les entraînements et techniquement j’étais sur la coche. C’était juste une question de temps et maintenant, je ne regarde plus en arrière », poursuit Bouthillier.

« J’avais vraiment tourné la page en début de semaine. On recommence à zéro et je l’ai prouvé ce soir. Je veux continuer pour le reste de la saison, a indiqué la première étoile de la rencontre. C’est sûr qu’elle fait du bien, mais je pense que j’ai travaillé pour. Ça n’arrive pas par surprise, mais je suis content que ça se produise ce soir. » 

Dans l’autre vestiaire, l’entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil, estimait que sa troupe avait laissé filer un point face aux Sags. 

« On ne peut pas dans un match serré comme ça donner un but gratuit comme on l’a fait en fin de deuxième période. T’es sur la route, tu viens de marquer un filet très important, il reste une minute à la période et tu donnes un but sur une mauvaise exécution, une passe un peu molle, je vais dire ça comme ça », a-t-il laissé tomber, en référence à la passe de Jordan Lepage interceptée par Justin Ducharme qui a ensuite fait bouger les cordages. 

« J’aurais aimé qu’on réussisse à achever notre adversaire, mais on n’a pas réussi à le faire. Ils ont marqué le but gagnant sur une erreur assez grotesque, comme c’est souvent le cas en prolongation », a-t-il repris, acquiesçant que la séquence n’était pas une pièce d’anthologie pour les trois joueurs de l’Océanic sur la patinoire. 

Sur une notre plus positive, Beausoleil s’est montré ravi de l’exécution de la première unité d’attaque massive qui a produit les deux buts des Rimouskois face aux Sags. 

La formation du Bas-Saint-Laurent est installée bien loin devant tout le monde, notamment avec un pourcentage de succès de 38,3 % avec l’avantage d’un homme. 

« Il y a beaucoup de talent sur cette ligne, mais les gars communiquent bien et se trouvent bien. Ce n’est pas de l’opportunisme. Ils font vraiment très bien ça. C’est certain que j’aimerais qu’on marque un peu plus souvent à cinq contre cinq. C’était un match très serré », de constater Serge Beausoleil, toujours très volubile, victoire ou défaite.

+

POINTES DE PLUMES

• Un rapide coup d’œil au classement du top-10 de la Ligue canadienne de hockey permet de voir la domination complète des Raiders de Prince Albert qui trônent au sommet du classement de la Ligue de l’Ouest. La formation dirigée par l’ancien entraîneur de la Ligue nationale Marc Habscheid a remporté 21 de ses 22 rencontres depuis le début de la saison, dont les 14 dernières. Dans la LHJMQ, les Huskies de Rouyn-Noranda n’ont que quatre défaites en 23 parties après une victoire de 3-2 en tirs de barrage, hier, face aux Cataractes de Shawinigan, pour pointer au 3e rang du classement canadien, derrière les Raiders et les 67’s d’Ottawa (20-3-3). Les 67’s n’ont pas perdu en temps réglementaire à leurs 20 dernières rencontres.

• Dans le cadre de son 50e anniversaire, la LHJMQ a lancé, hier, un vaste scrutin populaire afin de déterminer la meilleure équipe de son histoire. Sous forme d’un tableau éliminatoire, les amateurs sont invités à voter chaque semaine. Au terme des six rondes, l’équipe championne des championnes sera couronnée. Pour le premier tour, les 12 équipes championnes de la coupe Memorial ont obtenu un laissez-passer en plus des Olympiques de Hull de 1986. Les éditions championnes de 1991 et 1994 des Saguenéens se retrouvent en lice. Semée #41, l’édition 1991 est opposée au premier tour au Canadien Jr. de Verdun de 1985 (#22) tandis que l’équipe de 94 fait face aux MAINEiacs de Lewiston champions de 2007 qui occupent la 14e place. Il est possible de voter au www.EquipeLHJMQ50.ca et des prix seront attribués parmi tous les participants. 

• Avec le retour de trois attaquants, le vétéran Félix-Antoine Marcotty a été laissé de côté face à l’Océanic. Yanick Jean n’était pas satisfait de son jeu dernièrement. « Il le sait, on s’est parlé. Maintenant, c’est à lui de rebondir, de faire en sorte d’embarquer et de travailler », d’exprimer le pilote des Bleus.