Les Mooseheads d'Halifax n'ont pas volé la victoire vendredi soir au centre Georges-Vézina, au grand dam de la mascotte Sago.

Les Sags ramenés sur terre

Les Saguenéens ont été ramenés sur terre vendredi soir par les Mooseheads d'Halifax. Les Chicoutimiens ne se sont jamais mis en marche sur la glace du centre Georges-Vézina pour subir une première défaite en cinq matchs, au compte de 4-1.
À son premier départ de la saison à domicile, Julio Billia a reçu bien peu de support de ses coéquipiers qui ont démarré avec une dizaine de minutes de retard, ce qui a permis aux visiteurs de mener 9-1 dans les tirs à la mi-période. À la suite du cafouillage dans le territoire chicoutimien, Connor Moynihan a fait dévier le tir de Maxime Fortier pour ouvrir le pointage. Mathieu Desgagnés a ramené les deux équipes à la case départ, poussant la superbe passe de Frédéric Allard dans le fond du filet adverse, ce qui s'est avéré le seul moment de réjouissances pour les partisans.
Les Mooseheads ont du même coup infligé un premier revers aux Sags à domicile depuis le 21 octobre. Ils avaient remporté leurs six dernières rencontres depuis une défaite de 2-0 face aux Cataractes de Shawinigan. «Je suis capable de concevoir qu'on avait moins d'énergie, mais mentalement, on n'était pas allumés. On a donné des buts. On a permis un 4 contre 1 en désavantage numérique. L'autre, c'est la même affaire avec le troisième homme qui fait un mauvais changement. On a concédé deux buts en désavantage numérique où on était en zone neutre et qu'on a pris une mauvaise décision. Tu ne peux pas permettre de tels buts quand le réservoir d'énergie n'est pas plein», de laisser tomber l'entraîneur-chef Yanick Jean.
«Je ne sais même pas si on a pris une bonne pénalité. Dans mon livre à moi, il s'agissait de pénalités stupides dans la zone adverse», a-t-il résumé à propos des séquences qui ont mené aux cinq avantages numériques des Mooseheads.
Les Mooseheads ont complètement embouteillé les Sags dans leur territoire en deuxième période, marquant trois fois au passage. Après une chance en or ratée de Ryan Verbeek, le Suisse Nico Hischier a montré ses talents de passeur alors qu'il a fait tout le travail sur deux séquences, ce qui a d'abord profité à Joel Bishop, puis quelques minutes plus tard à Maxime Fortier lors d'un avantage numérique.
Les Sags ont ensuite cafouillé en couverture lors d'une autre attaque massive des Mooseheads, ce qui a permis à Benoît-Olivier Groulx de manoeuvrer avant de battre Julio Billia du côté du bloqueur et le mal était fait.
Sur la seule vraie chance des Sags, Nicolas Roy a opté pour la puissance de l'enclave pour envoyer la rondelle directement dans la baie vitrée. En deuxième moitié d'engagement, même s'ils n'ont pas flanché, les locaux ont été complètement embourbés dans leur territoire. Ça allait tellement mal que la mascotte Sago en a perdu une antenne lors d'un jeu pendant l'entracte.
«C'est comme si on avait voulu marquer trois buts sur la même présence. On jouait pour aller marquer au lieu de revenir à la base, resserrer les choses et être patients, de noter Yanick Jean.
«En première, on a attendu notre moment. Le reste du temps, on a couru après. On a essayé de provoquer notre moment au lieu de l'attendre. Ça fait en sorte qu'on s'est sortis nous-mêmes avec de mauvaises décisions. On a essayé de tricher. Notre club ne peut pas le faire. Aussitôt qu'on triche, on est dans la misère», d'avouer le pilote des Bleus qui a bien tenté de chambouler ses trios, sans trop de succès.
«Je ne pense pas que ça aurait viré de bord en restant les bras croisés. On a essayé. C'est la même chose quand on a enlevé notre gardien deux fois en troisième période. Leur gardien a fait de bons arrêts en fin de match», de souligner Yanick Jean.