Joseph Veleno a inscrit le troisième but des Sea Dogs, en troisième période.

Les Sags manquent d'opportunisme

Les Saguenéens étaient dans le coup face aux Sea Dogs de Saint-Jean, jusqu'à ce que 49 secondes en milieu de troisième période viennent tout changer, mardi soir, devant 4417 spectateurs au Centre Georges-Vézina. En retard 1-0, les visiteurs ont marqué trois buts rapides en route vers un gain de 5-0.
Les Sea Dogs prennent donc les devants 2-1 dans la série demi-finale qui se poursuit mercredi sur la glace des Chicoutimiens.
Avant que la tornade néo-brunswickoise ne s'abatte, les Sags avaient obtenu plusieurs chances de faire 1-1. Bokondji Imama, avec son deuxième filet du match, Joseph Veleno et Samuel Dove-McFalls ont tour à tour déjoué Julio Billia en moins d'une minute, ce qui a eu pour effet de mettre fin aux espoirs des Bleus.
Mathieu Joseph a réussi le dernier succès des Sea Dogs alors que le sort était déjà scellé.
« Il y a eu un passage à vide, ce qui explique le résultat final, a résumé l'entraîneur des Saguenéens, Yanick Jean, ajoutant que le principal coupable de la défaite de son équipe était Callum Booth, auteur d'un jeu blanc de 25 arrêts devant la cage des siens.
« On a des choses spécifiques à faire contre lui, il a été tout simplement incroyable, a ajouté Jean. On sait qu'il a toujours de bons matchs ici à Chicoutimi, il faut être plus incisif autour du filet. On ne peut pas se permettre de manquer des buts vides comme on l'a fait à quelques reprises. Je pense que c'est l'histoire du match.
« On ne peut pas laisser Booth garder les buts à sa guise comme il l'a fait. On ne peut lui permettre de nous défier et de nous sauter dans la face. Il y a des choses précises à faire et on ne l'a pas fait. »
Le pilote chicoutimien a décelé une certaine nervosité chez ses joueurs en début de match, mais elle s'est dissipée en cours de route.
« Peut-être en première période, mais ensuite, pas nécessairement, a mentionné Yanick Jean. Ça a pris un peu de temps avant de décoller, mais je pense que ça a été correct par la suite, mis à part la fin de la troisième période. »
Malgré le score plutôt sévère, le mot d'ordre dans le vestiaire était d'oublier celui-ci et de mettre l'accent sur les éléments positifs. N'eut été le manque d'opportunisme des Saguenéens, le résultat aurait effectivement pu être bien différent.
Les Sea Dogs frappent tôt
Les Sea Dogs avaient la ferme intention de calmer la foule dès le but de la rencontre et c'est ce qu'ils ont fait. Après 3 : 30 de jeu, Bokondji Imama faisait 1-0 pour les visiteurs avec un puissant tir des poignets qui n'a laissé aucune chance à Julio Billia.
Les Saguenéens ont ensuite été incapables de profiter de deux avantages numériques, malgré quelques bonnes chances.
« Oui, le premier but est important, mais quand ce n'est pas toi qui comptes, tu ne peux pas arrêter de jouer, a réagi l'entraîneur, qui a vu son équipe être blanchie en quatre avantages numériques. On a eu des chances de faire 1-1 et je pense qu'on est responsable de ce qui est arrivé. »
En deuxième période, les locaux ont continué de mettre à l'épreuve Callum Booth, mais le grand gardien a tenu le fort de brillante façon. Il a réservé son meilleur arrêt sur Joey Ratelle, sur un relais de Dmitry Zhukenov.
Booth a également été sauvé à deux reprises par ses poteaux. Celui que Nicolas Roy a frappé a donné lieu à une scène particulière.
En voyant la reprise à l'écran géant, les spectateurs croyaient dur comme fer que la rondelle était dans le but. Après une courte révision, les officiels ont confirmé que le disque n'avait jamais franchi la ligne des buts.
Les Sags ont une fiche parfaite de six victoires lors d'un deuxième match en deux soirs en séries. Ils tenteront d'en aligner une septième mercredi.
« On a toujours rebondi et c'est ce qu'il faut faire, a convenu Yanick Jean. Il n'y a personne qui est découragé. On aurait préféré un résultat différent, mais on recommence et on repart à zéro. »
Des occasions à saisir
Les joueurs des Saguenéens n'avaient pas la tête entre les deux jambes à la suite de la défaite, mais ils étaient conscients que le nombre de chances bousillées ne les avait certainement pas aidées.
Frédéric Allard a non seulement vu Callum Booth stopper ses deux tirs, mais un poteau en deuxième période a également été un fait saillant de cette soirée.
« On a joué 50 bonnes minutes, les 10 dernières nous ont tués et Booth a fait des gros arrêts en fin de deuxième pour les garder dans le match, a souligné le défenseur. C'est ce qui a fait la différence. »
Le manque d'opportunisme était sur toutes les lèvres dans le Centre Georges-Vézina au terme de la partie. Les joueurs des Sags avaient sensiblement le même discours.
 « On a eu des chances et on ne les a pas prises, alors qu'eux en ont profité, a décrit Allard, qui avait une réponse on ne peut plus claire lorsqu'on lui a demandé ce que les Sags devaient mieux faire pour battre les Sea Dogs, mercredi.
« Marquer, a-t-il soufflé. On a tellement eu de chances et on ne l'a pas mis dedans. Ça va être de faire des ajustements pour réussir à marquer. »
 Le capitaine des Saguenéens, Nicolas Roy, a bien failli créer l'égalité au cours d'un avantage numérique en deuxième. Le poteau a finalement dit non. Le grand attaquant convenait que quelques minutes ont tout changé.
 « On a eu un relâchement après leur deuxième but et on a commis des erreurs directes qui nous ont coûté des buts, a fait valoir l'espoir des Hurricanes de la Caroline, tout comme Callum Booth d'ailleurs. Il faut leur donner crédit et Booth a joué un gros match. Il va falloir trouver le moyen d'amener plus de rondelles et de trafic au filet. »
Allard et Roy étaient bien au fait de la fiche de six victoires et aucune défaite en situation de deuxième match en deux soirs. C'est notamment pour cette raison que les deux vétérans refusaient de céder à la panique.
 « On va avoir une bonne réunion demain (mercredi) matin et on va rebondir pour le prochain match », a assuré Frédéric Allard.
Sea Dogs vs SagsPhoto: Jeannot Lévesque
Les vétérans se lèvent
Les Sea Dogs de Saint-Jean n'ont pas perdu deux matchs consécutifs depuis le 24 février. Ils ont pris les moyens pour ne pas que ça se produise, mardi soir.
Première étoile du troisième duel, Callum Booth a remporté une septième victoire en 11 sorties au Centre Georges-Vézina, incluant trois blanchissages. L'ancien gardien des Remparts de Québec a avoué ne pas être au courant de cette statistique, mais savourait pleinement ce triomphe qui propulse les Sea Dogs en avance dans la série.
« Il y a d'excellents partisans au Saguenay et j'adore venir jouer ici, a partagé le longiligne athlète. Avec les Remparts, les deux équipes ne s'aimaient pas beaucoup et c'est le fun de jouer dans une telle atmosphère. L'équipe joue toujours bien devant moi, ça va bien et on va essayer de continuer. »
Contrairement au dernier match, les Sea Dogs ont été en mesure de museler l'attaque massive des Saguenéens. Après trois buts samedi avec un joueur en plus, Chicoutimi a cette fois été blanchi.
« Lors du deuxième match, c'est leur avantage numérique qui nous a tué, a mis en contexte Callum Booth. On a apporté des ajustements pour régler la situation et on a bien fait en bloquant plusieurs tirs. »
Auteur du premier but tôt dans la rencontre et du premier des trois buts rapides de son équipe, Bokondji Imama a répondu à l'appel de l'entraîneur-chef Danny Flynn.
« Danny a tenu plusieurs rencontres individuelles avec les vétérans et on avait besoin de lever notre jeu d'un cran, a raconté le gaillard de six pieds, un pouce et 217 livres de muscles. Je faisais partie de ce groupe et c'est ce que j'ai fait. »
L'ancien porte-couleurs du Drakkar de Baie-Comeau était conscient que le résultat final n'indiquait pas nécessairement l'allure de la rencontre.
 « Je sais que ça a fini 5-0, mais c'était un match serré. En marquant plusieurs buts rapides, on a vu les partisans quitter l'aréna et on sentait que la fin approchait », a exprimé Bokondji Imama, qui a pris un malin plaisir à faire taire les spectateurs.
« Je me suis fait un peu huer, donc si j'ai la chance de compter, pourquoi pas les remettre à leur place », a lancé l'attaquant avec le sourire, lui qui en est à sa dernière saison junior.
Le pilote des Sea Dogs, à l'instar de ses joueurs, ne croyait pas que le résultat témoignait de l'opposition qu'avaient offerte les Saguenéens.
« C'était un match serré et notre gardien a été exceptionnel », a reconnu Danny Flynn, satisfait de la tenue de sa troupe durant les 60 minutes de jeu. Il refusait toutefois de dire que la victoire signifiait beaucoup pour son équipe.
« Pour moi, c'est un jour à la fois, a scandé le pilote. Je ne vois pas ça comme une série quatre de sept, c'est une série d'un match. On profite de la victoire jusqu'à minuit et on repart à zéro. Cela dit, c'est bien d'aller chercher la première victoire à Chicoutimi. »
Pointes de plume
• L'Armada de Blainville-Boisbriand a profité du retour devant ses partisans pour prendre les devants 2-1 dans l'autre demi-finale. Les hommes de Joel Bouchard ont vaincu les Islanders de Charlottetown 5-4, qui perdaient un deuxième match de suite pour la première fois depuis le 29 janvier...
• Francis Verreault, membre des Saguenéens de 2003 à 2008, était présent au Centre Georges-Vézina. Il a d'ailleurs été présenté à la foule au cours de la première période, avec la chanson qui jouait lorsque le maire de Verreaultville marquait un but, la pièce Tomahawk Chop, des Braves d'Atlanta. Les spectateurs lui ont réservé de chauds applaudissements. Francis Verreault a passé la dernière saison en Italie...
• L'ancien entraîneur de Francis Verreault avec les Sags, Richard Martel, était également un spectateur attentif...
• Vincent Lapalme était de retour après avoir purgé un match de suspension samedi. Mathieu Desgagnés a été laissé de côté, tout comme Keenan MacIsaac. Les Sea Dogs ont montré le même alignement que lors des deux premiers matchs...