Olivier Galipeau a inscrit le but de la victoire en fusillade.

Les Sags l'emportent en tirs de barrage

Les joueurs des Saguenéens ont quitté le Centre Georges-Vézina avec quelques livres en moins sur les épaules, dimanche après-midi. Une première victoire en trois matchs, après deux performances plus tièdes, ont soulagé un peu tout le monde, dont la plupart des 2257 spectateurs.

Les Sags ont signé une victoire de 2-1 en tirs de barrage devant les Voltigeurs de Drummondville. Félix-Antoine Marcotty, en deuxième période, a marqué le seul but des gagnants en temps réglementaire, puis Vladislav Kotkov et Olivier Galipeau ont déjoué le Chicoutimien Olivier Rodrigue en fusillade. 

Après le but de Galipeau, cinquième joueur de son équipe à s’élancer, Zachary Bouthillier s’est chargé de stopper Morgan Adams-Moisan, confirmant la victoire. La forte réaction des joueurs des Saguenéens voulait tout dire. Il faisait du bien, ce cinquième gain de la saison, un deuxième seulement à domicile.

Cette séquence de trois matchs en quatre jours se termine donc sur une bonne note pour les Saguenéens, malgré les défaites de jeudi et samedi, contre Gatineau et Blainville-Boisbriand, respectivement.

« Ce n’était pas une situation facile, a mis en contexte l’entraîneur-chef des Sags, Yanick, dans son point de presse. On a passé près de 11 heures dans l’autobus hier (samedi). En première période, on s’en attendait un peu, même si on aurait espéré mieux quand même. On s’est regroupé par la suite et l’implication a été meilleure. »

Pas le départ souhaité

La rencontre a débuté de la pire des façons pour les Bleus. Dès la 10e seconde de jeu, Zachary Bouthillier a été déjoué par un tir d’Yvan Mongo. Ce but a eu pour effet de figer les locaux, dominés 14-3 dans la colonne des tirs au cours des 20 premières minutes de jeu.

« Quand ça va moins bien, ce sont souvent des choses qui viennent te hanter, a reconnu Yanick Jean. On n’a pas redonné de but pendant 64 minutes et 50 secondes par la suite, donc c’est surtout le processus qu’il faut analyser. On était sur les talons, on l’a bien vu sur le premier but. On joue plus sur les talons parce qu’on a un peu de difficultés à la maison et on n’a pas encore trouvé notre erre d’aller encore. Ça fait en sorte qu’on a peur de se faire battre. »

Petit à petit, les Saguenéens ont retrouvé des couleurs. Ils ont terminé les 65 minutes de jeu avec 24 tirs, contre 35 pour les Voltigeurs. En prolongation, Olivier Galipeau a obtenu une chance en or de donner la victoire à son équipe en saisissant une belle passe de German Rubtsov. Seul dans l’enclave, le tir du capitaine a frappé le poteau.

Quelques instants plus tard, Kevin Klima s’est échappé, mais Olivier Rodrigue a eu le dernier mot.

« L’effort était là, a noté Yanick Jean. Peut-être moins en première période, mais je suis capable de lire la situation dans son ensemble. On va en faire des erreurs et c’est correct, mais le manque d’effort est impardonnable. Ce soir, l’effort était là. »

Kelly Klima rétrogradé

L’attaquant Kelly Klima a passé la rencontre sur le quatrième trio, excepté quelques présences en plus de ses séquences sur l’avantage numérique. Le vétéran de 20 ans se cherche depuis le début de la saison, limité à sept points en 15 matchs. Pour Yanick Jean, le temps était venu de poser un geste concret.

« Il doit nous en donner plus que ça, a-t-il affirmé. On a eu une rencontre ensemble et on n’est définitivement pas satisfait de son jeu. Je pense que Kelly n’est pas satisfait non plus. Les joueurs de 20 ans de qualité doivent transporter une équipe. Olivier Galipeau le fait et Kevin l’a fait lors des dix premiers matchs, même si c’est plus difficile dernièrement. Kelly, j’attends encore. Il faut prendre des actions quand ça ne va pas à notre goût et on ne peut pas laisser aller les choses. »

Les Saguenéens jouent leur prochain match vendredi soir, lors de la visite des Sea Dogs de Saint-Jean.

Zachary Bouthillier a mis fin au débat en réalisant l’arrêt devant Morgan Adams-Moisan.

Zachary Bouthillier a bien rebondi

Zachary Bouthillier aurait eu toutes les raisons du monde d’être secoué pour le but qu’il a encaissé dès la dixième seconde de jeu. Le gardien des Sags s’est plutôt ressaisi, ne donnant rien à l’adversaire le reste du match.

Le numéro 35 a également donné un seul but en tirs de barrage, lorsque Robert Lynch l’a sorti de ses patins à l’aide d’une belle feinte. Qu’à cela ne tienne, Bouthillier était satisfait d’avoir mis ce faux départ de côté.

« Ce n’est pas l’idéal (de donner un but après 10 secondes), mais je me suis dit que c’était fait et qu’il n’y avait rien à faire, a philosophé le grand gardien en souriant. Je suis ensuite parti pour 64 minutes et 50 secondes sans rien donner. C’est une belle façon de rebondir. »

Samedi, lors de la défaite de 8-2 des Sags à Boisbriand contre l’Armada, Bouthillier était venu en relève à Alexis Shank. Il avait failli à la tâche en stoppant un seul des trois tirs de l’Armada, avant de redonner le filet à Shank. « Les gars ont fait preuve de caractère et on a joué avec intensité, a ajouté Bouthillier. C’était notre meilleur match des trois derniers et c’est pour ça qu’on est allé chercher la victoire. »

Le retour de Guay

Échangé la saison dernière alors qu’il avait décidé de s’exiler en Autriche, l’ancien joueur des Saguenéens Nicolas Guay revenait à Chicoutimi pour une première fois. Maintenant capitaine des Voltigeurs, l’attaquant de 18 ans a même eu la chance de mettre fin au débat en fusillade, mais son tir a frappé le poteau.

« J’ai quand même passé une saison ici donc c’est sûr que c’est spécial de revenir, a convenu le jeune athlète. Le gardien l’autre côté a été solide. On a eu des chances, mais on manquait peut-être un peu de présence au filet. Je ne pense pas qu’on ait joué un mauvais match, c’est quand même un gros point sur la route. »

Nicolas Guay, utilisé à outrance par son entraîneur depuis le début de la saison, a été pris à parti par les spectateurs. Les huées n’ont toutefois pas dérangé le principal intéressé.

« Ça fait partie du sport et je carbure à la pression et aux grands moments, a indiqué Guay. Ça me poussait à jouer encore mieux. »

Un autre pour qui affronter les Sags est spécial est bien entendu Olivier Rodrigue. Évoluant devant parents et amis, dont son père Sylvain revenu à temps de Wichita, le gardien de but a fait face à 24 tirs.

« On ne donne pas beaucoup de chances de marquer et c’est à moi de faire les gros arrêts quand c’est le temps, a exprimé le Chicoutimien. J’essaie de garder l’équipe le plus longtemps possible dans le match. »

Pointes de plume

• Mathieu Desgagnés a participé à la période d’échauffement, mais il n’était pas en uniforme face aux Voltigeurs. Opéré à un genou, il n’a toujours pas joué de match depuis le début de la saison régulière. L’attaquant de 17 ans pourrait disputer une première partie vendredi prochain, lors de la visite des Sea Dogs de Saint-Jean...

• En plus de Desgagnés, Samuel Houde était absent en raison d’une fracture à un poignet. Pour ce qui est de Joakim Paradis et Alexis Gaboury-Potvin, ils ont été laissés de côté...

• Nicolas Desgroseilliers est maintenant un membre des Voltigeurs de Drummondville. Choix de septième ronde des Saguenéens en 2015, sa première saison à Chicoutimi a pris fin abruptement il y a deux ans lorsqu’il avait percuté la bande, tête première, pendant une pratique. Il n’était pas revenu de la saison. La saison dernière, Desgroseilliers a joué 16 matchs avec les Braves de Valleyfield dans le junior AAA. Les Voltigeurs l’ont invité au camp d’entraînement et il a réussi à percer l’alignement. En neuf rencontres, il a inscrit deux buts, mais il n’était pas de l’affrontement contre les Sags dimanche...

• Pendant que les électeurs seront appelés aux urnes dimanche prochain pour les élections municipales, les joueurs des Saguenéens se rendront au Lac-Saint-Jean pour rencontrer les jeunes hockeyeurs. Ils visiteront les arénas de Saint-Félicien, Mashteuiatsh, Dolbeau et Alma...